1. / Se soigner
  2. / Politique santé

Un syndicat de médecin réclame la consultation à 30 euros minimum

La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), premier syndicat de médecins libéraux, souhaite que le tarif de la consultation soit relevé à 30 euros et augmente en fonction de la complexité de l'acte médical.

Rédigé le

Un syndicat de médecin réclame la consultation à 30 euros minimum
Un syndicat de médecins libéraux réclame une revalorisation du tarif de base des consultations

30 euros à la place des 23 euros actuels. La CSMF, fermement opposée au projet de loi santé, présentait ses principaux axes de bataille le 26 août 2015. Fustigeant le blocage des tarifs des actes médicaux depuis des années le syndicat appelle à une hausse conséquente du tarif de base d’une consultation médicale aujourd'hui fixée à 23 euros pour un généraliste et 28 euros pour un spécialiste. "Il y aurait un tarif de base minimum de 30 euros pour les médecins généralistes et spécialistes" qui varierait selon la complexité de l’exercice médical, a proposé Jean-Paul Ortiz le président de la CSMF sans préciser toutefois comment seraient classifiés ces actes.

"Le tarif de 23 euros est déconnecté de la réalité quotidienne du médecin généraliste. C'est l'une des raisons majeures de la crise profonde exprimée par les médecins et de la désaffection pour la médecine générale", a estimé le médecin.

"Nous n'allons pas nous battre pour des augmentations de 2 euros. Il faut valoriser le travail et l'expertise du médecin", a poursuivi M. Ortiz qui précise que cette révision de tarification permettrait notamment l’emploi par les médecins de davantage de secrétaires médicales.

Les syndicats de médecins réclament depuis des mois des revalorisations tarifaires, mais le gouvernement et l'Assurance-maladie refusent toute discussion sur le sujet avant la tenue des élections professionnelles le 12 octobre et l'ouverture de négociations pour une nouvelle convention en 2016. 

Le syndicat a en outre appelé les sénateurs à un "sursaut démocratique" en amendant profondément le texte que ces derniers examineront à partir du 14 septembre.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr