1. / Se soigner
  2. / Médicaments

Trente-trois nouveaux médicaments à proscrire en cas de conduite

Avec la Sécurité routière et la Direction générale de la santé, l’Ordre national des pharmaciens lance ce jour, le 22 mars, une campagne de sensibilisation aux risques liés à l'usage des médicaments lorsqu’on conduit.

Rédigé le , mis à jour le

Trente-trois nouveaux médicaments à proscrire en cas de conduite
Trente-trois nouveaux médicaments à proscrire en cas de conduite

L’objectif de cette campagne est de mieux faire connaître les risques de certains médicaments avec la conduite alors qu’un arrêté du 20 mars publie une liste de trente trois-trois nouveaux médicaments dangereux.

Selon l'Odre des pharmaciens, "3,4% des accidents mortels de la route sont attribués à une prise de médicaments. Dans la moitié des cas, les traitements en cause sont des benzodiazépines (anxiolytiques ou somnifères). En France, plus de 11 millions de personnes consomment des benzodiazépines."

Un kit de communication sera mis à la disposition des pharmaciens pour sensibiliser le public à ce sujet. Ce kit comprend une affiche, un film d’animation
pédagogique, un dépliant destiné au public et une fiche mémo pour les pharmaciens. Ces documents rappellent les trois pictogrammes de couleur jaune,
orange et rouge apposés sur les boites de certains médicaments pouvant présenter des risques pour la conduite. L’affiche "La sécurité sur la route commence sur votre table de nuit" est destinée à être apposée dans les officines des pharmaciens qui le souhaiteront.

A quoi correspondent les pictogrammes ? 

Niveau 1 : "Soyez prudent. Ne pas conduire sans avoir lu la notice."
Le risque est faible et dépend de la sensibilité du patient. La notice lui indiquera les cas où il devra s’abstenir de conduire. Le patient devra s'informer avant de prendre le volant et rester vigilant sur des éventuels effets secondaires signalés dans la notice.

Niveau 2 : "Soyez très prudent. Ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé."
Les effets délétères du médicaments sont à évaluer au cas par cas selon la sensibilité du patient. Seul le médecin prescripteur peut apprécier si la prise de celui-ci est compatible avec la conduite. Si le médicament est disponible sans ordonnance, ce sera le pharmacien qui donnera conseil.

Niveau 3 : "Attention, danger : ne pas conduire. Pour la reprise de la conduite, demandez l’avis d’un médecin."
Les effets du médicament rendent impossible la conduite automobile car elle serait trop dangereuse. En cas d'arrêt du traitement, le patient devra s'assurer auprès de son médecin qu'il ne présente aucun effet résiduel du médicament avant de reprendre la conduite.

Liste des nouveaux médicaments à éviter en cas de conduite :

Niveau d’alerte 1

- Rasagiline
- Circadin
- Diergospray

Niveau d’alerte 2

- Prialt
- Inovelon
- Zebinix
- Vimpat
- Trobalt
- Fycompa
- Neupro
- Trevicta
- Cymbalta
- Valdoxan
- Pyridostigmine
- Aripiprazole
- Ambénomium
- Brintellix
- Modiodal
- Mestinon
- Firdapse
- Fampyra
- Wakik
- Izlagi
- Xeroquel
- Prostigmine
- Suboxone

Niveau d’alerte 3

- Xyrem
- Lenoxe
- Chlorotekal
- Chirocaïne
- Diacomit
- Abilify
- Dexdor

VOIR AUSSI : la liste complète des médicaments portant les pictogrammes de vigilance conduite