1. / Se soigner
  2. / Médicaments
  3. / Statines, anti-cholestérol

Cholestérol : quelle solution en cas de mauvaise tolérance aux statines ?

J'ai du cholestérol mais les statines ont des effets secondaires difficiles à endurer : douleurs musculaires dans les jambes comme si j'étais cassé de partout ! Ayant un taux de cholestérol élevé, j'ai pris des statines pendant des années. J'ai arrêté définitivement car je ne pouvais plus marcher. Pourquoi ? J'ai du cholestérol et je prends des statines depuis dix ans. Quel est l'effet à long terme de ce traitement ?

Rédigé le , mis à jour le

Cholestérol : quelle solution en cas de mauvaise tolérance aux statines ?

Les réponses avec le Dr Philippe Giral, lipidologue, et avec le Pr François Schiele, chef du service de cardiologie du CHU de Besançon :

"Ces molécules ne sont pas forcément bien tolérées. L'effet est réversible dès l'arrêt des statines. On ne garde pas de séquelles. On a une gêne ou des douleurs. Il est difficile d'avoir un traitement au long cours que l'on ne tolère pas bien. On a des stratégies. Il faut changer de molécules, baisser les doses, trouver une solution… La pire des choses est d'arrêter son traitement sans en avoir discuté ave son médecin, il y a toujours une solution à trouver. Il existe des statines plus faibles qui protègent un peu moins bien mais qui sont très bien tolérées. D'emblée, on prescrit parfois des statines assez fortes qui peuvent ne pas être bien tolérées. Si tel est le cas, il faut en discuter avec le médecin et trouver une solution. Mais arrêter son traitement d'un coup n'est sûrement pas la bonne stratégie."

"Concernant l'effet à long terme des statines, il n'y a pas d'effet particulier mis à part de faire baisser le taux d'infarctus. Il n'y a pas d'épuisement d'efficacité, il n'y a pas plus de cancer, il n'y a pas plus de démence… Il n'y a pas d'effets secondaires contrairement à ce qui peut être écrit un peu partout. Il peut y avoir des problèmes musculaires qui sont des effets régressifs à l'arrêt des statines mis à part des cas particuliers rarissimes, et il y a surtout moins d'infarctus."

Sponsorisé par Ligatus