1. / Se soigner
  2. / Médicaments

N'arrêtez pas vos traitements sans avis médical !

Il est fréquent qu'un patient déclenche une pathologie aiguë grave après avoir arrêté son ou ses médicaments sans en avoir parlé à son médecin.

Rédigé le , mis à jour le

Photo : ©Fotolia - Vidéo : chronique du Dr Patrick Pelloux, médecin urgentiste, du 14 décembre 2017

Des risques différents selon les traitements 

L'arrêt du traitement par les patients est une des causes de prise en charge dont on parle peu aux urgences. Les risques dépendent avant tout de la maladie traitée, de la durée d'action du médicament, de la posologie du médicament. Certaines molécules restent plus longtemps que d'autres dans l'organisme et donc l'arrêt du traitement va se faire sentir au bout de quelques jours. À l'inverse, d'autres médicaments peuvent rapidement poser problème car la molécule disparaît tres vite de l'organisme, comme l'insuline.

Les antidiabétiques

Que ce soit par voie orale ou en traitement injectable comme l'insuline, il ne faut pas arrêter son traitement contre le diabète car vous risquez une décompensation de tout votre équilibre biologique. Vous êtes équilibré parce que vous avez un traitement. L'arrêt de ce traitement peut être mortel notamment avec le risque d'hyperkaliémie, qui correspond à un excès de potassium dans le sang. Il ne faut donc jamais arrêter ces traitements et leur adaptation doit toujours être faite par un médecin.

Les antihypertenseurs

Les tensiomètres personnels de prise automatique sont intéressants mais certains malades mesurent une pression artérielle normale et arrêtent leur traitement car ils pensent qu'ils sont guéris. Il s'agit d'un risque majeur car ils peuvent déclencher une poussée hypertensive dont les conséquences sont l'insuffisance cardiaque brutale avec l'oedème aigu du poumon, l'infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux

Les antiarythmiques 

Il ne faut jamais les arrêter car ils régulent votre activité cardiaque et vous risquez un trouble du rythme qui peut être mortel. Ces traitements sont souvent associés à des anticoagulants qu'il ne faut pas stopper. Et pour certains d'entre eux, il faut surveiller très régulièrement leur dosage pour éviter des pathologies graves comme l’embolie pulmonaire.

Les antiépileptiques

Les malades ne font plus de crises d’épilepsie et se croient à l'abri. Malheureusement, quelques jours après l'arrêt, le taux du médicament dans le sang  diminue et la crise d'épilepsie reprend, voire même se transforme en un état de mal épileptique, c'est-à-dire des successions de crises sans récupération qui peuvent être mortelles.

Les antidépresseurs

Il ne faut jamais arrêter un traitement antidépresseur brutalement car vous risquez un rebond de la maladie et il y a un vrai risque de suicide. Ce qui est valable pour les antidépresseurs est aussi valable pour les neuroleptiques dans le cadre de pathologies psychiatriques complexes. Un malade traité par neuroleptiques qui arrête son traitement va décompenser à un moment ou à un autre. Il faut donc toujours bien prendre son traitement.

Des conseils si vous partez en voyage

- Au moment de vos vacances ou d'un départ en voyage, ne mettez pas tous vos médicaments dans une seule et même valise. Si vous perdez votre bagage, vous perdez votre traitement ! Mettez vos traitements dans des valises différentes. L'idéal est de les conserver dans un sac cabine, donc avec vous et avec l'ordonnance. 

- Si vous partez dans des pays où il n’y a pas les mêmes médicaments qu'en France, pensez à avoir votre ordonnance et si possible avec les dénominations internationales. Cela vous permettra de retrouver plus facilement les molécules.

- Gardez toujours une semaine de traitement d'avance avec vous au cas où vous seriez en difficulté.

Sponsorisé par Ligatus