1. / Se soigner
  2. / Hôpital

Hôpital : les actes de violence plus souvent signalés

Le nombre d'incidents de violence déclarés par les établissements de santé est en hausse, selon le dernier rapport de l'Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS). Les services de psychiatrie et des urgences sont les plus fortement touchés.

Rédigé le

Hôpital : les actes de violence plus souvent signalés
Hôpital : les actes de violence plus souvent signalés

Les actes de violence dans les établissements de santé sont de plus en plus souvent signalés, selon le dernier rapport de l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) qui assure un suivi annuel.

En 2013, 12.432 signalements d’atteintes aux personnes et aux biens ont été rapportés. Un chiffre en hausse puisqu’en 2012, 11.021 signalements avaient été rapportés pour un nombre équivalent d’établissements déclarant ces évènements. 

Une majorité d'atteintes aux personnes

Les signalements concernent majoritairement des atteintes aux personnes (72% des déclarations contre 28% pour les atteintes aux biens).

Toutes atteintes confondues, les services les plus touchés sont la psychiatrie (24% des violences), les Urgences (14%), la médecine (9%) et la gériatrie (9%).

Près de la moitié (45%) des atteintes aux personnes sont des cas de violence physique et dans 32% des cas ce sont des injures ou des insultes. Les violences avec armes concernent 1% des signalements.

Davantage de victimes parmi les infirmiers

En 2013, 17.500 victimes de violences au sein d'un établissement ont été déclarées. 78% d'entre elles sont des membres du personnel d'établissement, 13% des patients, 2% des agents de sécurité et 1% de visiteurs.

Parmi les victimes, 94% sont du personnel de santé (46% d'infirmiers, 10% de médecins et 44% d’autres personnels soignants), et 6% du personnel administratif.

Une majorité de dégradations légères et de vols sans effraction

Sur les signalements d’atteintes aux biens, 90% concernent des dégradations légères et des vols sans effraction, 6% des vols avec effraction, 4% des dégradations de matériel de valeur, incendie et vols à main armée ou en réunion. Dans près de neuf cas sur dix, les auteurs de violences sont des patients.

"L'hôpital est par nature un lieu hors du commun où la souffrance et l’angoisse ont toujours été présentes. On ne peut donc pas dire qu’il y a plus de violences, mais que leur origine ou leur forme ont changé. Ce qui augmente cependant c’est l’aggravation du sentiment d’insécurité ressenti par les personnels de santé", note le rapport.

"Le personnel hospitalier est en première ligne lors de la survenue d’un incident de violence. 48% des évènements sont entièrement gérés par le personnel hospitalier. (...) Les   formations   professionnelles   dispensées   sur   la   gestion   des   tensions et de l’agressivité peuvent se révéler extrêmement utiles afin de mieux prévenir et gérer  les moments  de  violence."

Source : Observatoire national des violences en milieu de santé. Rapport annuel 2014.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus