1. / Se soigner
  2. / Homéopathie

Agnès Buzyn : "On a décidé de rembourser l'homéopathie sans aucune évaluation scientifique"

La ministre de la Santé a jugé que le remboursement de l'homéopathie devrait être conditionné, au même titre que les autres médicaments, à une évaluation de son efficacité par l'Assurance maladie.

Rédigé le

Agnès Buzyn :
Agnès Buzyn : "On a décidé de rembourser l'homéopathie sans aucune évaluation scientifique"

Le remboursement de l'homéopathie va-t-il bientôt prendre fin ? Pour l'heure, plus d’un Français sur deux en consomment, des médecins en prescrivent, et la Sécurité sociale rembourse certains produits à hauteur de 30%. Mais ce matin, sur l’antenne de France Inter, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a réclamé une mise au point : « Le problème de l’homéopathie c’est qu’elle n’a jamais été évaluée [par l'Assurance maladie] comme un médicament. On a décidé de rembourser l’homéopathie sans aucune évaluation scientifique. Peut-être pourrait-elle entrer dans le droit commun et être évaluée » a affirmé la ministre.

Cette pratique se présentant comme une alternative à la médecine conventionnelle existe depuis 220 ans. Elle prétend soigner en administrant une "très faible dose" d'une substance qui imite l’effet d’une maladie. Toutefois, dans les faits, les dilutions employées sont souvent telles que les préparations homéopathiques ne contiennent plus la moindre molécule de principe actif...

"Homéopathie contre les états grippaux : qu'avalez-vous vraiment ?", chronique de Florian Gouthière du 21 novembre 17

Aucune preuve d'efficacité pharmacologique démontrée

Quelle est la position des institutions scientifiques sur le sujet ? Ce principe de dilution est-il efficace ? Les réponses sont sans appel. Le 18 mai dernier, l'Académie de médecine a rappelé sa position vis-à-vis de l'aspect scientifique de l'homéopathie : il s'agit "d'une méthode imaginée il y a deux siècles à partir d'a priori conceptuels dénués de fondements scientifiques." En 2017, le Conseil scientifique des académies des sciences européenes (Easac) avait rendu un rapport accablant sur le même sujet. Selon lui, il n'y a "aucune preuve solide de l'efficacité des produits pour traiter les maladies, ou même les prévenir (...), même s'il y a parfois un effet placebo."

La polémique autour du remboursement l'homéopathie avait été relancée il y a quelques semaines à l'occasion d'une tribune publiée le 19 mars dans le Figaro par 124 médecins qui condamnaient fermement l'utilisation des pratiques présentées alternatives à la médecine telles que l'homéopathie. 

Le débat sur l’efficacité de l’homéopathie est donc relancé une nouvelle fois. S’il devait mener au déremboursement, cela permettrait à l’Assurance maladie de faire une économie de 0,3% sur le budget annuel de prise en charge des médicaments.

la rédaction Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus