1. / Se soigner
  2. / Handicap

Handicap : un numéro vert pour les familles épuisées par le confinement

Le gouvernement lance le 0 800 360 360, un numéro vert dans six régions pour épauler les personnes handicapées et donner du "répit" à leurs familles "épuisées" par deux mois et demi de confinement.

Rédigé le

Handicap : un numéro vert pour les familles épuisées par le confinement
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / Africa Studio

"Trouver des solutions pendant la crise" du coronavirus. C’est l’objectif du nouveau numéro vert à destination des proches de personnes handicapées, a annoncé ce 5 juin Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, lors d’un point presse à Bordeaux. Car le retour à la vie normale "va être beaucoup plus long pour les personnes en situation de handicap" s’est-elle inquiétée.

Ce numéro, le 0 800 360 360, sera activé à partir du lundi 8 juin à titre expérimental dans six régions pilotes : la Nouvelle-Aquitaine, la Corse, les Hauts-de-France, la Martinique, la Normandie et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il sera ensuite progressivement mis en place dans les autres régions françaises au cours du mois de juin.

A lire aussi : Handicap : quand confinement rime avec perte d'autonomie

Répondre au "besoin de soutien" des familles

"Aujourd'hui, les familles au bout de deux mois et demi de confinement sont pour beaucoup épuisées" et ont "besoin de soutien" à l'heure d'une reprise des écoles et établissements médico-sociaux "très progressive", a relevé Sophie Cluzel.

"Ce que la crise nous a enseigné, c'est l'isolement des familles" a-t-elle poursuivi. "Parfois, il n'y a pas de réponses adaptées (ou pas encore) de services d'accompagnement et là, nous mettons les acteurs tous ensemble avec la maison départementale des personnes handicapées, en cœur du réacteur et la coopération des territoires, des communes", a détaillé la secrétaire d'Etat.

Un risque de pertes d'acquis

Selon elle, la crise a révélé les difficultés de personnes "à la maison, avec des besoins excessivement importants, notamment d'accès aux soins", rendu "complexe" pendant la crise et faisant aujourd'hui redouter des "pertes d'acquis".

"Les professions du médico-social ont répondu présent pendant la crise à domicile, mais pour autant il faut travailler différemment" et "amplifier cette coopération", a souligné la secrétaire d'Etat. "Pour trouver des solutions de répit, accompagner les aidants, réaccompagner dans l'accès au soin", cette plateforme, présentée comme "une porte d'entrée unique", renverra vers des équipes territoriales d'écoutants. Prévue pour être lancée en 2021, elle a de fait été adaptée au contexte.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr