1. / Se soigner
  2. / Fin de vie

Inhumer, incinérer… ou liquéfier un défunt ?

En Floride, un funérarium propose la liquéfaction de cadavre. L'inventeur de ce procédé affirme qu'il est moins violent et plus écologique qu'une crémation.

Rédigé le , mis à jour le

Inhumer, incinérer… ou liquéfier un défunt ?
Inhumer, incinérer… ou liquéfier un défunt ?

Après la terre et le feu, l'eau est mise à contribution dans un rite funéraire innovant. En effet un funérarium situé en Floride propose de dissoudre le défunt dans une solution alcaline. Le procédé, déjà utilisé pour les cadavres médicaux ou les animaux de ferme, consiste à plonger le corps dans une solution de d'hydroxyde de potassium (potasse) chauffée à 180°C et envoyée à 10 bars.

Il faut entre deux heures et demie et trois heures pour que l'opération soit complète. Le mélange de potasse et des tissus dissous peut être versé dans un jardin ou un mémorial ou simplement évacué dans les égouts. Les éléments métalliques comme les plombages ou les prothèses peuvent être récupérés et les os fragilisés peuvent être pulvérisés puis remis à la famille du défunt dans une urne.

Sandy Sullivan, le fondateur de l'entreprise qui commercialise l'appareil, affirme que la "Resomation" est plus paisible et plus écologique qu'une crémation en ne dépensant que 1/7ème de l'énergie pour brûler un corps et n'émettant qu'un tiers des gaz à effet de serre. Le liquide final serait stérile et ne contiendrait aucun ADN résiduel. Le biochimiste admet que cette méthode n'est pas très "belle" mais que la mort en elle-même n'est pas non plus un beau phénomène.

 

Pour en savoir plus