1. / Se soigner
  2. / Fin de vie
  3. / Euthanasie

« Ce n'est pas la vie que j'abrège, c'est l'agonie »

En Belgique, l'euthanasie est autorisée depuis 2002. Le Dr Yves De Locht fait partie des médecins, qui, si la demande est recevable, aident les patients à accomplir cette dernière volonté.

Rédigé le

Entretien avec le Dr Yves De Locht, médecin généraliste et auteur de "Docteur, rendez-moi ma liberté"

Dans son livre "Docteur, rendez-moi ma liberté. Euthanasie : un médecin belge témoigne...", le Dr Yves De Locht, parle de ce que ça veut dire d'être celui qui aide à mourir. Il évoque aussi la situation en France, une situation qui pousse de plus en plus de Français, condamnés par la maladie, à franchir la frontière et à partir mourir loin de chez eux. "Il faut l'accepter : il n'est pas toujours possible de guérir. Chacun des patients que j'ai aidé à mourir a forgé ma conviction : au-delà d'un certain seuil, la souffrance ne doit pas se prolonger. Le "dernier soin", comme j'aime l'appeler, fait partie de ceux que le médecin doit dispenser à celui qui le réclame. Ce n'est pas la vie que j'abrège, c'est l'agonie", explique Yves De Locht dans son livre. 

Voici les conditions pour pouvoir bénéficier d'une euthanasie selon la loi belge :

  • La demande doit émaner du patient seul et ce à plusieurs reprises par écrit : signature et date + "Je demande à pouvoir bénéficier d'une euthanasie". 
  • Le patient doit être atteint d’une "affection accidentelle ou pathologique grave et incurable".
  • La souffrance, physique ou psychologique, provoquée par cette affection doit être constante, insupportable et inapaisable.
     

Livre :

  • Docteur, rendez-moi ma liberté
    Euthanasie : un médecin belge témoigne...

    Yves De Locht
    Ed. Michel Lafon, 7,95 euros

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus