1. / Se soigner
  2. / Fin de vie
  3. / Autopsie

Autopsie de la médecine légale

Tout ce qu'il y a sur un corps peut être un indice pour déterminer les causes de la mort. C'est là que le médecin légiste intervient. Avec ou sans réquisitions judiciaires. Mais son rôle ne se résume pas aux autopsies. Il peut aussi s'occuper de personnes bien vivantes.

Rédigé le , mis à jour le

Autopsie de la médecine légale
Autopsie de la médecine légale
Sommaire

Déroulement d'une autopsie

Les différentes étapes d'une autopsie

La toute première étape consiste à déshabiller le cadavre, le mesurer, le peser, le prendre en photos. L'ensemble du corps est ainsi examiné pour repérer la présence de lésions cutanées.

Le médecin légiste réalise ensuite des incisions pour examiner les organes, déterminer la présence de lésions internes, la trajectoire des blessures. Chaque organe est prélevé pour livrer son secret. Le contenu de l'estomac, par exemple, peut révéler la présence de médicaments, ce qui peut mène sur la piste d'un suicide...

A la fin de l'autopsie, le corps est refermé et préparé par des spécialistes, avant de le rendre à sa famille.

Apprenti médecin légiste : exercice de reconstitution

Les élèves légistes examinent, trois ans après sa mort, les restes d'une femme...

Pour permettre aux étudiants en médecine légale d'apprendre ce travail spécifique d'autopsie du squelette, les hôpitaux réalisent des reconstitutions à partir de corps donnés à la science. Les élèves légistes étudient ainsi des cas inspirés d'affaires criminelles réelles.

Le but est d'apporter un maximum d'informations à la police sur les circonstances du décès.

Les techniques d'imagerie médicale

Reconstruction d'un portrait robot avec le Dr Michel Sapanet

Quand on ne dispose pas d'éléments d'identification flagrants, permettant de retrouver l'identité d'une victime d'un acte criminel, le médecin légiste a recours à des techniques pointues d'imagerie médicale.

Autopsie sur un nourrisson

Le Centre de référence de la mort subite du nourrisson à l'hôpital Antoine-Béclère/AP-HP

Les bébés décédés de manière inexpliquée sont accueillis dans des centres de référence de la mort subite. Ces services hospitaliers prennent en charge les familles en deuil et s'occupent de réaliser les premiers examens, radios, prélèvements sur le nourrisson.

Le but est de comprendre les causes qui ont entraîné la mort de l'enfant. L'autopsie, acceptée par la majorité des parents, est réalisée par un médecin anatomo-pathologiste dans les 48 heures qui suivent le décès du bébé.

En savoir plus

Chroniques dun médecin légiste
Dr. Michel Sapanet
Ed. Jean-Claude Gawsewitch, mars 2009

"Sa vie, c'est la mort. Égorgés, poignardés, étranglés, pendus, noyés, tués par balle, tous finissent par parler. Sur sa table en inox, avec un immense respect, le légiste leur inflige l'ultime violence, celle de l'autopsie. Exploration des boîtes crâniennes, inspection des chairs mortes, ouverture des cœurs, voici le quotidien extraordinaire d'un homme ordinaire. Quelle vérité enferme ces corps anonymes, bien souvent méconnaissables ? Au médecin légiste d'aller la chercher. Suicide déguisé, sombre accident de chasse ou infanticide inexplicable, le docteur sapanet passe en revue les nombreuses affaires criminelles survenues ces dernières années dans la région poitevine. Avec humour, il nous propose une plongée en apnée dans l'univers captivant de l'autopsie, et accomplit cet art insolite de faire parler les morts".

Sur Allodocteurs.fr :

Sur L'Etudiant.fr :