1. / Se soigner
  2. / Affaires, justice
  3. / Mediator

Affaire Mediator : cette Légion d'honneur qui sème un vent de colère

L'ancien ministre de l'Agriculture et garde des Sceaux de François Mitterrand, Henri Nallet, a été promu au rang de commandeur de la Légion d'honneur le 14 juillet 2015. Une décoration que ne comprennent pas les victimes du Mediator, car Henri Nallet a été le conseiller personnel de Jacques Servier pour les affaires internationales, entre 1997 et 2008.

Rédigé le

Affaire Mediator : cette Légion d'honneur qui sème un vent de colère
Affaire Mediator : cette Légion d'honneur qui sème un vent de colère

L'une des promotions de la Légion d'honneur du 14 juillet 2015 a semé un vent de colère. Henri Nallet, ancien ministre de l’Agriculture et garde des Sceaux de François Mitterrand, a été élevé au rang de commandeur de la Légion d'honneur en qualité d'ancien ministre et président du Haut conseil de la coopération agricole, sur le contingent du ministre de l'Agriculture. Une décoration qui choque les victimes du Mediator, car à la suite de ses mandats de ministre, Henri Nallet a été le conseillé personnel de Jacques Servier pour les affaires internationales. Une activité menée entre 1997 et 2008 qui lui a valu d’être entendu en décembre 2013 sous le statut de témoin assisté, un statut intermédiaire entre témoin simple et mis en examen.

"Mes clients sont furieux. L'un m'a dit ce matin : Cette histoire est comme un coup de poignard", a déclaré à l'AFP Me Charles Joseph Oudin, défenseur de victimes de ce médicament fabriqué par Servier et prescrit pendant des années comme coupe-faim malgré ses effets dangereux.

"Je suis effondrée qu’une telle polémique puisse surgir", regrette Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest qui a révélé l'affaire Mediator. "Alors qu’une instruction est en cours sur une affaire dramatique qui est celle du Mediator, je ne comprends pas comment tout d’un coup cette décoration sort comme d’un chapeau. C’est révoltant pour les victimes". Irène Frachon a été l'une des premières à réagir à cette annonce dans une lettre adressée au président de la République et relayée par le quotidien Libération, le 17 juillet 2015.

"J'espère que c'est un simple bug administratif"

De son côté, Me Yves Baudelot, le défenseur d'Henri Nallet a rappelé sur RTL que "les juges d'instruction ont considéré qu'il n'y avait pas matière à mettre Henri Nallet en examen."

Ce à quoi Irène Frachon répond : "Ce n’est pas après Henri Nallet que nous en avons. C’est l’attribution de la Légion d’honneur à un personnage qui illustre la confusion entre public et privé, ce qui est un dévoiement pour des personnes censées œuvrer pour l’intérêt général. J'espère que c’est un simple bug administratif."

Me Joseph Oudin a annoncé qu'il allait saisir François Hollande, sous forme d'un "recours gracieux" au nom de cinq victimes, pour qu'il "suspende" cette décoration et ordonne une enquête "pour vérifier les conditions" de son attribution.

"Nous souhaitons qu'à l'issue de cette enquête, le décret soit modifié pour que M. Nallet ne puisse pas bénéficier de cette promotion", a-t-il ajouté à l’AFP. L'avocat prévoit parallèlement "de saisir le Conseil d'Etat pour obtenir l'annulation" de ce décret.

Utilisé par cinq millions de personnes en France, le Mediator, à l'origine de graves lésions des valves cardiaques, pourrait être responsable à long terme de 2.100 décès, selon une expertise judiciaire.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus