1. / Maladies
  2. / Sommeil

Mieux dormir pour garder son sang froid

De mauvaises habitudes de sommeil pourraient nous faire rapidement déraper... Selon une étude américaine, une dette de sommeil entraînerait une baisse de la maîtrise de soi, et donc des comportements plus impulsifs ou agressifs.

Rédigé le

Mieux dormir pour garder son sang froid
Un manque de sommeil serait associé à une baisse de la maîtrise de son comportement (Image d'illustration)

S'il est courant d'être bougon après une nuit difficile, le manque de sommeil pourrait également affecter le self-control. Cette maîtrise de soi, qui se caractérise par la possibilité de surveiller ou de modifier ses paroles et ses actes, est réduite par le manque de sommeil. La fatigue rendrait alors plus impulsif et moins mesuré, selon une étude publiée dans la revue Frontiers in Human Neuroscience.  Pour arriver à ces observations, des chercheurs américains ont passé en revue près d'une trentaine d'études sur les relations entre sommeil et fonctions cognitives.

Comment définir le manque de sommeil ?

Le manque de sommeil se caractérise par des nuits trop courtes (d'une durée inférieure à celle dont il a besoin) ou des heures de sommeil trop irrégulières (de longues nuits alternées avec des nuits blanches, par exemple). Et cette dette de sommeil doit un jour être payée… Pour cela, il est conseillé de faire de courtes siestes d'une vingtaine de minutes dans la journée... quand c'est possible !

La fatigue pourrait prendre le pas sur les ressources psychologiques menant au self-control et pousser à adopter des comportements moins réfléchis, selon les chercheurs, qui parlent "d'épuisement de l'égo". Le sommeil est un besoin vital tellement puissant qu'il supplante alors toute forme de décision modérée pour se tourner vers la réponse la plus facile, et parfois la moins adaptée, comme l'agression ou la violence.

Une "mini revue" non exhaustive

Pendant la nuit, le cerveau se remodèle en fonction des expériences vécues. C'est la plasticité cérébrale, qui nous permet de nous adapter aux aléas de la vie. Après une petite nuit, cette plasticité est freinée, et nous nous adaptons donc moins bien aux situations et aux conflits de la journée. Ces explications sur les interactions entre sommeil et maîtrise de soi restent encore au stade d'hypothèses, selon les chercheurs qui définissent leur étude comme une simple "mini-revue".

Après la publication de cette étude, l'Agence sanitaire britannique (NHS) a publié un avis sur ces travaux : "cet article devrait être considéré comme relevant de l'opinion des auteurs. Aucune méthode n'est fournie, donc nous ne savons pas comment ils ont sélectionné les preuves qui servent de base à leur discussion. Nous ne pouvons pas écarter le fait que d'autres études pertinentes aient été mises de côté". Cependant, la NHS ne remet pas en question le lien entre sommeil et perte de maîtrise de soi avancé par les chercheurs.

Si ces conclusions ne semblent pas surprenantes, les chercheurs estiment qu'elles devraient permettre à tous d'anticiper ce type de réactions impulsives. Quand il devient chronique, le manque de sommeil peut affecter durablement le corps et le cerveau. Les insomnies peuvent dégrader les neurones et provoquer une baisse de vigilance, d'attention ou encore de concentration.

Source : Interactions between sleep habits and self-control. J. P Licher et al. Frontiers in Human Neuroscience, mai 2015.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus