1. / Maladies
  2. / Psychiatrie
  3. / Bipolarité (maniaco-dépressif)

À quels signes reconnaît-on un malade bipolaire ?

À quels signes reconnaît-on un malade bipolaire ? Est-ce une maladie qui relève de la psychiatrie ?

Rédigé le

À quels signes reconnaît-on un malade bipolaire ?

Les réponses avec le Pr Chantal Henry, psychiatre spécialiste des troubles bipolaires :

"Les troubles bipolaires sont une maladie qui relève de la psychiatrie. Souvent on a un délai très long entre le début de la maladie et le diagnostic posé puisqu'il faut avoir une phase d'exaltation pour pouvoir diagnostiquer la bipolarité. Il faut savoir qu'en général les patients vont chercher des soins lorsqu'ils sont dépressifs, lorsqu'ils sont mal. Mais quand ils sont exaltés, surtout si ce sont des états d'exaltation relativement modérés, ils ne vont pas chercher des soins puisqu'ils se sentent mieux que d'habitude.

"Lors des exaltations, on a l'impression que l'on va pouvoir tout faire mais de temps en temps, on fait quelques bêtises. Avec ce sentiment de toute puissance, la machine s'emballe, il y a un sentiment de grande énergie, les idées s'accélèrent, on n'est pas fatigué même si on ne dort pas mais après, cela peut déboucher sur des idées délirantes ou sur des actes qui vont conduire à de grosses difficultés.

"On a différentes sévérités dans cette pathologie. Pour les bipolaires de type 1, il y a des manies qui finalement conduisent à l'hôpital puisque les personnes sont tellement agitées, elles ne dorment que deux heures, elles peuvent avoir des idées délirantes et donc dans ce cas, elles seront hospitalisées. Alors que dans les hypomanies, c'est-à-dire les petites manies, les états d'exaltation sont beaucoup plus modérés, certains patients sont plus performants. En revanche, les relations interpersonnelles seront souvent très compliquées parce que les personnes ne vont pas assez vite à côté d'eux. Ces diagnostics sont donc difficiles et différés parce qu'ils ne vont pas aller chercher des soins.

"On peut aussi se tromper avec l'hyperactivité dans certains cas. C'est un diagnostic différentiel qui pose problème en sachant que l'hyperactivité va évoluer de manière chronique et souvent débute très tôt. La bipolarité, elle, se manifeste par phases. Entre les phases, les patients sont normothymiques et donc normalement sont indemnes de symptômes majeurs."

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus