1. / Maladies
  2. / Poumons
  3. / Pollution de l'air

Vers l'arrêt de la vente des voitures diesel et essence d'ici 2040

Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot présentait jeudi son "plan climat". Il a annoncé la fin des ventes de voitures à essence et diesel d’ici 2040, proposant également l'octroi d'une prime pour les ménages modestes qui souhaitent acheter un véhicule propre.

Rédigé le

Vers l'arrêt de la vente des voitures diesel et essence d'ici 2040
Nicolas Hulot a reconnu que l'objectif était "lourd" pour les constructeurs automobiles. Crédit photo : WS-Design - Fotolia.com

Plus aucune voiture diesel ou essence ne sera vendue en France d'ici 2040, a annoncé jeudi le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, proposant aussi la création d'une prime pour aider les ménages modestes à acquérir des véhicules plus propres.

"Nous annonçons la fin de la vente des voitures à essence et diesel d'ici 2040", a-t-il poursuivi, en présentant son "plan climat" lors d'une conférence de presse, reconnaissant que cet objectif est "lourd", notamment pour les constructeurs automobiles. C'est une "véritable révolution", mais "les conditions sont là".

Aussi un objectif de "santé publique"

"Nos propres constructeurs (automobiles) ont dans leurs cartons de quoi alimenter et incarner cette promesse (...) qui est aussi un agenda de santé publique",  a ajouté Nicolas Hulot. Les émissions d'oxyde d'azote s'échappant des véhicules roulant au diesel sont en effet responsables de 107.600 décès prématurés dans le monde selon une étude conduite par l’ONG ICCT et publiée par la revue Nature le 15 mai 2017.

Dans une perspective plus proche, les ménages les plus modestes vont bénéficier d'une "prime de transition" pour se débarrasser de leurs voitures polluantes au profit d'un véhicule plus propre, a-t-il aussi annoncé. Cette prime, dont le montant n'a pas été précisé, permettra de "remplacer un (véhicule) diesel datant d'avant 1997 ou essence d'avant 2001 par un véhicule plus propre neuf ou d'occasion". 

Sur les plus de 100.000 décès dans le monde, 38.000 sont imputables aux "émissions générées en excès" par rapport à celles prévues par les tests effectués en laboratoire, toujours selon l'étude réalisée par l’ICCT. Les responsables de ces excès ? À 76% les poids lourds et les cars. Arrêter la vente de voitures aura donc un effet limité s'il se concentre uniquement sur ce type de véhicule.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr