1. / Maladies
  2. / Os et articulations
  3. / Polyarthrite

Fumer augmente le risque de polyarthrite rhumatoïde

Les études dénonçant le lien entre tabagisme et risque accru de polyarthrite rhumatoïde (PR) se multiplient depuis plusieurs années. Selon les données d'une nouvelle étude, publiée le 22 avril 2013 dans la revue Arthritis Research & Therapy, la consommation quotidienne de tabac entraînerait au minimum le doublement du risque de PR, à partir de quelques cigarettes par jour. Si les risques décroissent lentement après un éventuel sevrage tabagique, ils restent encore très élevés 15 années plus tard.

Rédigé le , mis à jour le

Fumer augmente le risque de polyarthrite rhumatoïde
Fumer augmente le risque de polyarthrite rhumatoïde

L'étude publiée dans Arthritis Research & Therapy porte sur l'analyse des dossiers de 219 femmes de plus de 54 ans atteintes de polyarthrite rhumatoïde (PR), membres d'une cohorte de 34.000 femmes suivies durant huit ans. Parmi elles, 36% n'avait jamais fumé, 37% étaient fumeuses et 27% avaient abandonné la cigarette.

Avec près de 250.000 patients touchés en France, la polyarthrite rhumatoïde est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires. Elle se traduit par l'apparition d'intenses douleurs au niveau des articulations. La PR apparaît généralement entre 35 et 55 ans, et frapperait trois fois plus de femmes que d'hommes.

Comparées aux femmes n'ayant jamais fumé, les fumeuses présentent un risque moyen de développer une PR multiplié par 2,2. Le risque comparé entre anciennes consommatrices et non fumeuses avoisine quant à lui 1,7 en moyenne (risque augmenté de près de 70%).

Les chercheurs ont cherché à déterminer l'influence de la consommation quotidienne de cigarette sur l'apparition future d'une polyarthrite rhumatoïde. Par rapport à une non-fumeuse, une femme ayant consommé tout au long de sa vie "quelques cigarettes par jour" (de 1 à 7 cigarettes quotidiennes) voit le risque d'apparition de la pathologie plus que doublé.

Cette estimation, précisent les scientifiques, est à pondérer en fonction de la durée du tabagisme. Ainsi, les femme ayant consommé 10 cigarettes par jour durant moins de 10 ans possèdent un risque de PR "seulement" accru d'un facteur 1,7.

"La durée du tabagisme semble avoir plus d'influence sur l'augmentation du risque [de PR] que l'intensité de la consommation", précisent les signataires de l'analyse. "Fumer de façon modérée - de une à dix cigarettes par jour - pendant plus de trente ans est associé à un risque de PR multiplié par 2,54."

"Arrêter de fumer semble réduire ce risque, mais ne le fait pas disparaître", poursuivent les chercheurs. En effet, les personnes ayant arrêté la cigarette depuis plus de 15 ans persistent à présenter un risque doublé d'apparition de PR. Comparées aux femmes sevrées depuis seulement un an, ce risque est néanmoins réduit de 30%.

Source : Cigarette smoking and smoking cessation in relation to risk of rheumatoid arthritis in women. Daniela Di Giuseppe, Nicola Orsini, Lars Alfredsson, Johan Askling & Alicja Wolk. Arthritis Research & Therapy 2013. doi:10.1186/ar4218