1. / Maladies
  2. / Drogues et addictions
  3. / Arrêt du tabac, cigarette électronique

Cigarette électronique : deux pistes pour expliquer les cinq décès liés au vapotage

Les cas, parfois mortels, de maladies pulmonaires chez des adeptes américains du vapotage pourraient être liés à l’usage d’huile de cannabis et d’huile de vitamine E, deux substances lipidiques dangereuses pour les poumons.

Rédigé le , mis à jour le

Cigarette électronique : deux pistes pour expliquer les cinq décès liés au vapotage

Cinq décès et 450 malades à ce jour. Les autorités sanitaires américaines ont actualisé le 6 septembre les chiffres grandissants des victimes du vapotage aux États-Unis.
Si les marques ou les substances impliquées ne sont pas encore connues, deux points commun à une majorité de ces cas émergent : celui de l’inhalation par vapotage de produits contenant du THC, la substance active du cannabis, et la présence dans les e-liquides d’huile de vitamine E, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains (CDC).

A lire aussi : Le Vrai du Faux : la cigarette électronique est-elle dangereuse ?

Vésicules de graisses

Problème : "dans les deux cas, il s’agit de substances huileuses", souligne le professeur Bertrand Dautzenberg, tabacologue, ancien pneumologue et président de Paris Sans Tabac. Et c’est ce caractère huileux qui pourrait être à l’origine des pathologies pulmonaires : "d’après les radiographies que j’ai pu voir, les malades enregistrés aux États-Unis pourraient souffrir de pneumopathies lipoïdes", une infection des poumons causée par l’inhalation de substances lipidiques, d’après le spécialiste. Des photos de cellules pulmonaires des vapoteurs malades gorgées de vésicules de graisses publiées par les CDC soutiennent également cette hypothèse.

La vaporisation ne dégrade pas les composés chimiques

Si l’huile de vitamine E ou de cannabis "n’est pas dangereuse lorsqu’elle est ingérée dans un 'space cake' ou brûlée", elle le devient quand elle est inhalée.

Et pour cause : le procédé du vapotage n’est pas celui d’une combustion mais d’une vaporisation dite à "haute température". Cette température reste tout de même trop faible pour dégrader les composés chimiques contenus dans le liquide, y compris l'huile. Les vapoteurs inhalent donc un aérosol de la même composition que le liquide initial, y compris les éventuels produits nocifs : le propylène glycol, éventuellement la glycérine végétale, l’eau, la nicotine en dose variable, les arômes, et toute autre substance ajoutée au mélange.

Ainsi, si le liquide contient de l’huile, cette dernière est "entraînée dans les poumons par le propylène glycol dans une forme d’émulsion* et les gouttelettes d’huile se déposent dans les alvéoles pulmonaires" décrit le professeur Dautzenberg. "Cela revient à verser de la mayonnaise directement dans les poumons !" s’indigne-t-il. Conséquence, "le poumon devient blanc et ne parvient plus à assurer ses fonctions respiratoires".

S’en tenir aux liquides vendus en boutique

En l’état actuel des connaissances, la piste de l’huile dans les liquides de cigarette électronique n’est qu’une hypothèse, "mais il s’agit de la plus probable", avance le professeur Dautzenberg. Dans l’attente de résultats plus complets et tant que la lumière sur ces cas n’aura pas été faite, les CDC recommandent aux vapoteurs de ne "pas acheter ces produits dans la rue, ni les modifier, ni y ajouter de substances non prévues par le fabricant".

En France, "les 35.000 produits autorisés par l’Anses et aujourd’hui vendus en boutique ne contiennent pas d’huile" souligne le tabacologue, qui recommande donc aux usagers de s’en tenir à ces liquides et de respecter une règle simple : "pas d’huile dans la vape !"

--

*Emulsion : dispersion, sous forme de gouttelettes, de deux liquides non miscibles entres eux.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr