1. / J'ai mal…
  2. / Au dos

Mal de dos : et si c'était musculaire ?

Une mauvaise posture qu'on adopte sans même s'en rendre compte, des heures passées derrière son écran d'ordinateur dans un état de stress continu ou encore la fatigue générée par les trajets quotidiens… Tous ces facteurs malmènent notre dos et provoquent des douleurs musculaires.

Rédigé le , mis à jour le

Mal de dos : et si c'était musculaire ?
Mal de dos : et si c'était musculaire ?
Sommaire

Géographie du dos

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes font le point en image sur l'anatomie du dos.

La colonne vertébrale est constituée de 33 vertèbres empilées les unes sur les autres (sept vertèbres cervicales, douze vertèbres thoraciques, cinq vertèbres lombaires, plus cinq vertèbres sacrées et quatre vertèbres coccygiennes). Entre deux vertèbres se trouve un disque vertébral qui limite les frottements osseux et sert d'amortisseur.

Pour assurer le maintien de la colonne vertébrale, sa flexion, son extension et sa rotation, les vertèbres ont besoin d'être maintenues les unes aux autres. D'abord grâce à des bandes fibreuses, les ligaments, et par les tendons des différents muscles du dos.

Les muscles du dos sont très nombreux. Ils se présentent en couches superposées : certains sont superficiels, d'autres profonds. Les trapèzes par exemple relient les vertèbres cervicales et dorsales à l'omoplate et à la clavicule. Ils maintiennent le cou, permettent l'inclinaison de la tête et l'élévation de l'épaule. Les longs dorsaux, eux, assurent la verticalité de la colonne vertébrale et permettent de relever le buste et de se pencher en avant.

Des cervicales jusqu'aux lombaires, les muscles du dos peuvent être très tendus et même impacter notre façon de marcher, de nous tenir… Quand aucune lésion ne peut expliquer un mal de dos, il faut parfois travailler sur ces muscles, en les décontractant ou en les renforçant.

Du renforcement musculaire pour retrouver du tonus

Pour aider Lamine à renforcer les muscles de son dos, son ostéopathe a établi un programme adapté à sa pathologie.

Quand les muscles du dos font mal, il est bon de les tonifier. Pour éviter de se blesser, les conseils d'un professionnel de santé peuvent s'avérer utiles afin de mettre en place un programme d'exercices adaptés à la plainte du patient.

"Quand on a mal au dos, le premier réflexe est de ne pas bouger. Mais au contraire, il faut bouger. Il ne faut pas bloquer l'articulation pour que le muscle respire. Le patient aura ainsi une meilleure souplesse tant dans sa marche, que dans son quotidien de travail qu'il soit en station assise ou debout", explique David Attias, préparateur physique et ostéopathe.

Les bienfaits de la PCP thérapie

Qu'est-ce que la PCP thérapie ?

On connaît l'intérêt des massages manuels, des manipulations effectuées par les kinésithérapeutes sur les tensions musculaires du dos. Cela nécessite d'ailleurs de la part de ces professionnels une certaine force car détendre un dos très contracté est très physique…

Pour faciliter ce travail et surtout gagner en efficacité, un médecin formé à l'ostéopathie a mis au point un outil permettant d'appliquer des "pressions continues profondes". On parle de PCP thérapie.

Selon le Dr David Khorassani-Zadeh, médecin généraliste et ostéopathe, "le but de la PCP thérapie est de détendre les masses musculaires superficielles et les masses musculaires en profondeur, de libérer les tensions péri-articulaires et de donner une mobilité articulaire en profondeur. Au fur et à mesure des séances, une fois que l'on a commencé à traiter à distance où les patients ont moins mal, on se rapproche vers la lésion, vers la partie où ils ont le plus mal".

Et au fil des séances, en fonction du ressenti du patient, le poids exercé sur les zones musculaires peut être augmenté. Le médecin demande au patient d'effectuer des mouvements en même temps qu'il applique la pression. Cela lui permet de jauger s'il peut en augmenter l'intensité.

Après une vingtaine de minutes de pratique, toute la chaîne musculaire dorsale du patient est détendue et cela a une résonance sur son état général comme le confie le Dr David Khorassani-Zadeh: "Quand on obtient une souplesse musculaire et articulaire, quand les patients ont une meilleure posture, cela va entraîner une diminution systématique de leurs douleurs". Quatre à huit séances sont en général nécessaires pour ressentir les bénéfices de cette méthode.

En France, près de 200 praticiens utilisent la pression continue profonde. Avant de l'utiliser, ils s'assurent que le patient ne présente pas de pathologie infectieuse et inflammatoire. Un examen clinique complet permet de déterminer si la méthode est bien indiquée. En moyenne, une séance coûte 55 euros.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr