1. / Forums et Ch@ts
  2. / Forums
  3. / Stress, anxiété et fatigue psychologique
Me connecter pour participer au forum
Auteur Comment sauver son couple avec un mari dépressif
Espoir15
Le 16/01/2015 16:03:34
Il y a 1 an et demi mon mari c'est éloigné de moi très rapidement tout en s'enfonçant dans une dépression sévère . Au début il me disait qu'il ne savait plus s'il m'aimait , qu'il n'avait rien à me reprocher , de ne surtout pas changer mais qu'il ne savait plus . Qu'il allait s'éloigner de moi , de la maison et des enfants . Pour ressentir le manque , pour voir si je lui manquais . Ce que j'ai refuser car cela ne ressemble pas a l'homme que je connais . Il se jetait à corps perdu dans son travail en journée , se fatiguait au sport le soir avant de rentrer . Il se nourrit et vat se coucher très tôt . Le weekend il conduit pendant des centaine de km ( il dit que cela lui vidé la tête ). J'ai tout essayé pour le pousser à consulter mais rien y fait , sa maman est dépressive et il a vécu cela toute son enfance , il ne veux ni médicament ni rien . A présent cela fait 1 an et demi que cela dur , boulot dodo et le weekend end il fuit sur la route inexorablement ( je sais qu'il ne me trompe pas ) A présent il dit qu'il m'aime et ma toujours aimé mais qu'il ne contrôle rien . Qu'il déteste ce qu'il fait mais qu'il n'arrive pas a être différent . Moi de mon côté j'aimerai tant l'aider , mais il se bloque de façon très clair vis à vis de consulter ou de traitement . Je ne sais plus comment agir , je l'aime et c'est insupportable de le sentir si loin . De plus quand j'essaie de le faire réagir j'ai la sensation que de l'enfoncer encore plus . Je ne sais plus comment agir .
Emjy
Le 17/01/2015 08:11:34
Bonjour Espoir15. Même si je trouve toujours délicat de venir répondre à quelqu'un en contrariant ses certitudes (la tienne étant : "je sais qu'il ne me trompe pas") je ne peux te répondre en occultant ce qui apparaît en filigrane de ton discours. ----- Car bien que tu décrètes "je sais qu'il ne me trompe pas", tu n'apportes dans ton discours aucun élément qui permette de corroborer ta croyance. ----- Les attitudes de ton mari sont : son éloignement émotionnel envers toi, ses déplacements géographiques fréquents (constituant une fuite)… et au final un total désinvestissement conjugal (et familial : "de ses enfants") de sa part… ----- Et les arguments adoptés par ton mari pour se disculper sont : "je ne sais plus si je t'aime, je veux m'éloigner pour éprouver si tu me manques, surtout ne changes rien je n'ai rien à te reprocher…". ----- Or les arguments adoptés par ton mari pour justifier ses attitudes sans t'alerter sont un classique du genre ! ----- Un classique utilisé par de nombreux maris infidèles, et je me risque à avancer que le tien savait pertinemment que tu lui vouerais une confiance 'aveugle' (c'est le cas !) et qu'il n'aurait aucun mal à te convaincre (il y a réussi !). ----- Tu nous annonces que ton mari était "dans une dépression sévère" et que "cela fait 1 an et demi que cela dur" mais le mot « dépression » est un diagnostic médical (d'autant plus dans sa caractéristique "sévère", qui laisse entendre une pathologie avérée). ----- Or ton mari "ne veux ni médicament ni rien, il se bloque de façon très clair vis à vis de consulter ou de traitement" et j'en déduis que c'est toi qui a posé les mots de "dépression sévère" ! (Puisqu'il n'a pas consulté, il n'a pas pu y avoir de diagnostic médical.) ----- Or je ne partage pas ton raisonnement, que je qualifie d'interprétation erronée : et si je me permets d'avancer que tu es dans une erreur d'interprétation c'est d'une part parce que tu n'as pas la compétence nécessaire pour poser un tel diagnostic (la compétence en revient essentiellement aux médecins), d'autre part --et surtout-- parce que tu es dans une naïveté qui avalise la défense inconsciente de ton mari et le mépris de ton entendement (jusqu'à même te culpabiliser, ce que révèlent tes propos : "quand j'essaie de le faire réagir j'ai la sensation que de l'enfoncer encore plus"). ----- Et si tu es à la fois dans la culpabilisation, la crédulité, cette défense inconsciente acharnée de ton mari, et avec ta conviction profonde qu'il ne peut pas te tromper, c'est par 'déni de réalité' (processus psychique involontaire pour te protéger de ce qui te fait peur à ton insu et que tu n'es pas prête à assumer…), Mais pourtant c'est bien ton mari qui est le est responsable de ses choix, et tu n'en es pas coupable ! A propos de ton déni : as-tu remarqué que tu as mis entre parenthèses, symboliquement comme pour en préserver le contenu, justement la phrase qui t'es le plus essentiel : "je sais qu'il ne me trompe pas" ? ----- Bien d'autres éléments viennent crédibiliser mon hypothèse que ton mari n'est pas dans une dépression grave et effective : son cumul d'activités 'autonomes', la conduite possible de sa voiture (et durablement), l'ampleur de son activité professionnelle (comme de sa motivation) puisque qu'il "se jetait à corps perdu dans son travail", ajouté à du "sport le soir". Tout ça est incompatible avec l'état de "dépression sévère" que tu décris, qui plus est : durable dans le temps (puisque tu dis : "A présent cela fait 1 an et demi…"). Le maintien (voire l'augmentation) de ses activités et le fait qu' "Il se nourrit" viennent en contradiction avec l'inappétence et l'apathie qui sont l'apanage des dépressifs. Si ton mari était réellement aussi mal psychiquement, il ne serait plus en mesure d'enchaîner autant d'activités, et je remarque que son isolement (apparent, puisque moi je pense qu'il va rejoindre sa maîtresse) ne se produit pas par un retrait dans un coin du domicile mais en s'éloignant du domicile ! ----- {Parce que tu fais erreur dans tes certitudes, je te conseille un lien qui indique « comment reconnaître les signes de dépression chez l'adulte » et tu y constateras que le tableau dépressif indiqué ne correspond pas du tout au tableau que tu décris de ton mari : http://www.axaprevention.fr/applications-services/maladies/troubles-psychologiques/pages/depression.aspx [ c'est pour toi que je mets ce lien, moi je n'ai pas eu besoin de ce site pour te répondre, je suis infirmière et je sais identifier un syndrome dépressif sans avoir besoin de chercher des infos sur Internet ; c'est d'ailleurs pour ça que je suis venue te répondre ] ----- Outre ce que j'ai déjà dit, j'ajoute que ton mari a beaucoup trop de discernement pour être dans une dépression avérée : conserver ses nuits de sommeil et ses repas, mais ‘curieusement' [c'est ironique de ma part] il ne trouve pas le chemin du "dodo" les Week-ends ! Contrairement aux dépressifs (qui ont des difficultés de concentration et un ralentissement de la pensée…) lui n'a par contre, pas perdu sa capacité à raisonner puisqu'il sait te dire "qu'il ne contrôle rien, qu'il déteste ce qu'il fait mais qu'il n'arrive pas a être différent" : d'ailleurs il n'en est rien ! Il refuse ainsi d'assumer ses responsabilités et de changer de comportement ! Mais en réalité il contrôle parfaitement ses rythmes de vie et ses calendriers d'activités (temps pour le boulot, temps pour le repas, temps du sommeil la nuit, organisation de ses week-ends… Et s'il "vat se coucher très tôt" le soir, c'est un peu parce qu'il doit récupérer de ce qu'il "se fatiguait au sport le soir" (son choix de cumuls après "son travail en journée") mais c'est essentiellement par prétexte, par fuite de sa vie de couple et de famille. Je sens d'ailleurs un manque de réciprocité dans ton couple : toi dans des attentes fortes, lui dans des fuites marquées ! ----- Pour espérer passer cette crise conjugale il va donc te falloir interroger tes convictions (ex. : pourquoi ton indulgence à justifier les actes de ton mari ?), oser t'avouer tes peurs et lever le voile de ta réalité (pour ne plus vivre dans des faux-semblants…), communiquer avec ton mari, apprendre 'ensemble' à lever les non-dits, parler chacun de votre idéologie du couple et apprendre à les relier (pour donner une chance d'évolution à votre couple, sinon il va se scléroser ou se séparer). Pour l'avenir de votre couple, j'espère que la fracture est encore consolidable. ----- Et comme tu as écrit "de mon côté j'aimerai tant l'aider ", je suis obligée d'aborder avec toi que tu ne peux pas l'aider malgré lui, mais tu peux lui proposer un remaniement des fondements de votre couple : ça passe par la compréhension l'un de l'autre donc par parler vos souffrances et vos actuels non-dits, par une mise en commun de vos attentes personnelles et communes au couple, puis par poser des actes concrets et faire des concessions mutuelles… ----- Je pense qu'il refuse de consulter parce qu'il sait qu'il n'est pas dans la "dépression sévère" que tu lui attribue. Et comme je ne pense pas, comme lui (mais pour des raisons bien différentes !), que ça règlera les choses, je pense qu'au lieu de lui dicter les actes que tu souhaites lui voir accomplir il vaudrait mieux abandonner de le convaincre pour te concentrer sur toi : (lui) poser tes attentes, apprendre à poser tes limites, apprendre à lui dire tes ressentis… afin de redynamiser votre couple sur la mise en commun. Et pour t'aider à y parvenir (et secondairement "aider" ton conjoint) tu peux, toi, aller prendre conseil auprès d'un psychologue qui t'apprendra à te ressourcer et te donnera des pistes pour faire 'vivre' ton couple (pistes que tu pourras expérimenter dans ta vie quotidienne) et c'est de cette façon que ton mari peut progressivement modifier ses positionnements… Tu n'as pas de pouvoir sur son évolution 'malgré lui' : une relation de couple se vit à deux, dans le partage, et s'il ne se sent plus concerné, si sa 'vie' propre (donc ses objectifs principaux) est déjà profondément investie ailleurs, tu n'arriveras pas à sauver ton couple. Il te faudra alors changer de cap (et tenir seule ta barre) puisqu'il aura quitté le bateau (commun). Il est trop tôt pour te projeter, concentre-toi sur le présent, en commençant dès maintenant à modifier ce qu'il est nécessaire de changer. Bon courage. ----- Emjy
Espoir15
Le 17/01/2015 14:20:16
Bonjour , merci pour cette réponse qui a le mérite d'être franche . J'ai moi même pensée la même chose , je lui ais dit de nombreuses fois , je passe en effet par des cap on je pense que c'est de la dépression et des cap ou il se moque littéralement de moi . Je reviens très régulièrement sur le sujet , lui avançant les même arguments que vous , à quelques détails prêt , son travail il le maintien mais n'est plus aussi compétent qu'avant , il a tout le temps l'air agare , il fait du sport et roule pour se vider la tête pour reprendre ses mots , il c'est remis à manger correctement depuis quelques mois mais il a entre temps perdu 10 kg , j'ai plutôt la sensation d'un processus d'autodestruction , je ne veux pas passer a côté de quelques chose s'il me trompe mais nous avons des rapports intime il n'y a eu que les 4 premiers mots ouil n'y avait plus rien . Les premiers mois il était complètement incontrôlable , a présent il est dans une sorte de routine . Je reviens bien souvent sur le sujet de tromperie en lui disant que si cela était de la dépression , il est intelligent et de prendrait en main pour agir et se soigner . Il me dis qu'il ne peux pas s'arrêter de travailler , que son travail nous fait vivre , qu'il ne veux pas de médicaments , qu'il ne veux pas être comme sa mère ..... Il me dit qu'il est ( désolé pour les mots) un père et un mari de merde ... Il se dévalorise énormément sur cela . J'ai même essayé de lui faire croire que moi je continuais ma vie de mon côté , que je ne voulais plus l'attendre , que j'avançais sans lui . Mais cela ne sert à rien non plus . Je lui ais aussi demandé que l'on se sépare car je n'y croyais plus et que je ne supportais plus de le voir ainsi . Mais non il reste . Il est comme pris dans une spirale infernale dont il n'arrive pas a sortir , ni reprendre le cours de sa propre vie en main , c'est un homme qui a toujours été de l'avant , très très franc , qui ne se laisse pas aller , bien sur tout cela avant il y a un an et demi ..... Alors je suis en fonction des jours dans le doute , je préfère donc croire en l'homme que je connais depuis 23 ans , qui a toujours été droit , intégre , c'est pour cela que je ne sais plus que faire pour avancer , préserver nos enfants , et nous sauver .
Espoir15
Le 17/01/2015 14:31:59
De plus il est aller voir un psy au tout début , il a été reçu par un infirmier psy qui la , apparemment complètement bloqué ... La seule chose qu'il prend actuellement se sont des somnifères car il ne dort pas sinon . Les autres médicaments qui lui ont été prescrit au début , pour crise d'angoisse je crois , il n'a jamais voulu les prendre . Au début notre généraliste avait un peu de prise sur lui mais a présent plus du tout , il n.y vat plus , il me dit juste qu'il aimerait être serein .
Emjy
Le 04/02/2015 19:33:48
Espoir15, tu ne vas rien "préserver" ni envers tes "enfants", ni "sauver ton couple et ta famille, en restant dans le déni (de réalité : que ton mari a une maîtresse) puisqu'à terme ton couple va se dégrader et ta famille se déliter. La politique de l'autruche (ne rien voir, ne pas entendre les signes existant en filigrane des discours de ton mari) conduit à terme toujours dans le mur ! Ton mari est très perspicace pour trouver des justifications crédibles (à tes yeux) à ses absences et comportements : "il me dis qu'il ne peux pas s'arrêter de travailler" (mais s'il était réellement dépressif, l'absence de traitement aurait installé avec le temps écoulé cette impossibilité : preuve qu'il te fait croire à une situation qui n'existe pas), "il me dis... qu'il ne veux pas de médicaments" (et pour cause ! Il n'en a pas besoin et ne va pas prendre le risque de dépendance d'un traitement qui, pris sans besoin, agit comme la prise de substances inutiles pour l'organisme par le drogué). Tu dis "il fait du sport et roule pour se vider la tête" mais ça c'est ce qu'il te fait croire (quand il et ailleurs en réalité!) et c'est un bon acteur car il mime une fatigue extrême, allant "se coucher dès qu'il rentre..." (en fait pour se soustraire à tes questionnements et à la vie conjugale : où donc vois-tu là que ça préserve ta famille et tes enfants?). Tu dis qu'un "infirmier psy qui la , apparemment complètement bloqué" : quelle meilleur argument pour lui que celui-ci pour se soustraire à des démarches que tu lui imposes implicitement ! Espoir15, aucun argument (les miens) ne peuvent te convaincre si tu préfèress rester dans ta croyance d'un mari fidèle (quand il ne l'est pas!). Emjy
Emjy
Le 04/02/2015 19:48:45
Tu dis Espoir15 "c'est un homme qui a toujours été de l'avant , très très franc , qui ne se laisse pas aller , bien sur tout cela avant il y a un an et demi .....". Que s'est-il passé il y a un an et demi ? Tu dois lui imposer d'aller ENSEMBLE en consultation chez un psychiatre (ensemble pour que tu entendes ce qui se dit, et non plus ce qu'il t'en dit), ce qui permettra pour toi de pouvoir d'enfin comprendre et en fonction des éléments concrets déposés dans cette consultation, soit de travailler ensemble sur votre relation de couple défaillante, soit qu'il puisse être soigné si réellement une pathologie mentale (ce dont je doute), soit d'enfin accepter que ton mari est infidèle depuis cette date (mon hypothèse). Et si c'est encore possible pour vous deux, d'engager une psychothérapie de couple. Il faut que ton mari sente ta détermination pour qu'il accepte d'aller ensemble consulter, si échec de ta tentative il te restera toi à entamer un travail psychothérapeutique pour trouver de l'aide (de la compréhension, avancer sur ton cheminement... et trouver l'issue la moins dommageable à cet embroglio conjugal). Emjy
romu09
Le 07/02/2015 09:11:51
bonjour , j'ai besoin d'aide car je suis avec une femme qui a 2 garçon depuis le mois d'octobre 2014 , moi j'ai 3 enfants ont les pas les même weekend tous aux début toute allais bien et vers 10 janvier 2015 et bien tous a changer elle est plus sur de rien elle a beaucoup de chose a gérer un divorce en cours une maison a vendre et des dettes deux garçon de 5 et 7 ans quel a du mal a gérer car leur père leur monte la tête mais bon et moi qui arrive et qui aussi des petits souci comme repasser mon permis (le code) j'ai conduit sens permis et je vient d'être condamner fin janvier 2015 a 1 mois fermes le tous fait quel part d'en dépression ,elle me dis quel est paumer ce que je conçoit je fait toute les démarche pour réparer mes erreur tel que repasser mon code j'aurais vraiment besoin d'aide je l'aime énormément je veut pas la perdre tous expliquer part écrie ces compliquer j'aurais besoin d'une écoute part téléphone et sa devient urgent . merci
arwenn29
Le 23/05/2016 14:40:09
Bonjour, je suis actuellement dans une situation compliquée, mon mari est allé consulter (sous mes conseils) car il avait une perte d'appétit, se réveiller en pleine nuit, toujours à ce plaindre de tout...bref au début du mois il est allé voir le médecin qui lui a décelé une dépression...depuis je marche sur des oeufs, il ne sait rien, il ne sait pas s'il m'aime encore, si la vie de famille lui convient...je suis à bout et se rajoute à celà une confirmation de "tromperie", au mois de février mars il a entretenu bcp bcp bcp d'échange de sms avec une jeune fille (20 ans) qui bosse avec lui et quand je lui demandais la raison ou autres il me répondais que ce n'était rien or je ne l'ai jamais cru et là je viens d'avoir confirmation qu'il a eu une relation extra conjugual (je sais pas si c'est réellement le mot car nous ne sommes pas égaux face au mot tromperie, mais pour moi embrasser en fait partie) lui est dans le déni de ce qu'il sait passé, il ne m'avoue rien...je ne sais plus quoi faire je l'aime, il me dit que c'est de ma faute s'il est sous cachets, récemment il me parlait de divorce !!!! ce qui est étonnant c'est que d'un jour à l'autre c'est le jour et la nuit, je suis stressée toute la journée!!! il y a t il une chance que le traitement lui permette de ne pas foutre en l'air tout ce que nous avons construit, qu'elles attitudes adopter, je suis perdue...dois je lui dire de faire ses valises, de prendre du recul tout seul dans son coin, ou m'accrocher et lui montrer que je suis là.....

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier