1. / Forums et Ch@ts
  2. / Forums
  3. / Sexualité
  4. / Plaisir et orgasme
Me connecter pour participer au forum
Auteur Votre sexe vous complexe au point que cela perturbe vos rapports ? Parlez-en
Modérateur Allodocteurs
Le 25/03/2011 12:55:58
amoureuse
Le 03/01/2012 00:17:56
Mon proche ami est complexé, mais parce que son sexe est trop gros ... un comble ... mais je le comprend car c'est assez difficile à vivre au quotidien lorsqu'il vie en collectivité, (il se cache sous les douches de sport et ne supporte pas les remarques désobligeante...) ou lorsqu'il à une érection en extérieur,car c'est vite très voyant et gênant suivant les situation... et encore plus avec les femmes, car il à peur de faire mal, ce qui fait qu'il est très timide et n'ose pas approcher de femmes... et le pire de tout il ne trouve pas de capote à sa taille et alors la tout devient impossible... Comme quoi il n'y à pas que les petit calibres qui sont complexé ^^ d'ailleurs dans sont cas la phrase "ce n'est pas la taille qui compte mais la façon dont on s'en sert" ne marche pas, puisque il à bien du mal à rentré sans faire de mal, et ne peut pas s'en servir donc ... je plaind les petit, mais les gros aussi, arf ^^
pechemelba
Le 11/08/2014 14:26:33
:suspect: moi c'est l'inverse mon pénis est petit 12 cm en érection, 3,5 cm au repos je fais du nudisme sur les plages au début ca me complexé pu maintenant mais quand je sors de l'eau il est tout petit comme "rentré" c'est normal?
Emjy
Le 11/08/2014 20:48:09
Bonjour 'amoureuse'. A l'âge où il est encore très difficile de contrôler ses pulsions (adolescence par exemple), lorsqu'un garçon a un émoi (et pas seulement d'ordre de la pensée érotique, mais même seulement à la vue d'une fille inconnue qui passe banalement dans la rue, sans qu'il veuille la séduire) il a fréquemment une érection réflexe et il bien obligé d'attendre que l'érection s'arrête (il n'a pas de moyen pour que la dé-turgescence ait lieu plus vite). En voici un exemple (connu) : il y a très longtemps (au moment de ses 1ères médiatisations dans le cadre de ses participations à des films porno) Rocco Siffredi (alors jeune) avait expliqué que lorsqu'ils allaient avec des copains à la plage, il passait son temps dans l'eau car il avait fréquemment (sans excitation mentale volontaire) des érections spontanées, et que ses copains l'interpellaient car lui était encore dans l'eau alors qu'eux en étaient sortis depuis longtemps, et il avait dit que ça le gênait beaucoup à l'époque (je te cite cet exemple uniquement parce que Rocco S. est connu, pas pour orienter ton ami à faire comme lui carrière dans le porno). Les réactions (érections réflexes, attitude pour que ça ne se remarque pas) de Rocco S. ne sont qu'un exemple parmi beaucoup d'autres, comme le cas de ton proche ami par ex., et tu peux lui dire qu'il n'est pas le seul dans ce cas. Pour d'autres raisons (sexe plus petit que la moyenne ou sexe courbé, mais pas non plus anormaux car autant de tailles et de formes de pénis que d'hommes sur la planète / complexes...) des hommes soustraient leur sexe au regard des autres hommes (au service militaire autrefois, lors des douches dans les vestiaires sportifs, à la plage...). Parce qu'on est dans le cas d'un gros sexe, tu dis que c'est un "un comble" mais ça n'en est pas un. Beaucoup de gens pensent comme toi que c'est un comble mais c'est une erreur d'interprétation (dans le contexte où tu emploie "un comble", tu sous-entends que tu estimes que c'est 'mieux' pour lui que le contraire) car le fait de penser que ce serait mieux pour les hommes d'avoir un gros sexe plutôt qu'un petit fait partie des idées reçues : en réalité ces jugements de valeur (mieux, moins bien...) ne devraient pas exister ! Seul celui qui en souffre peut estimer que (pour lui) ce serait mieux, ou moins bien. Pour ce qui est de sa "peur de faire mal" aux femmes, il faut le rassurer en lui disant que sa crainte n'est pas fondée : le vagin d'une femme est adapté à la pénétration de n'importe quel type de sexe, et pour l'en convaincre tu peux lui dire que même une tête de bébé (nettement plus volumineuse que son sexe) passe par là. Il n'a pas encore "osé approcher une femme" et n'a donc pas encore eu l'expérience d'un rapport sexuel, et il ne sait pas encore (objectivement) que son sexe lors de la pénétration ne fera pas plus mal à une femme qu'un sexe différent (moins épais ou moins long que le sien par exemples) : il est dans l'imaginaire (il pense que 'ça va lui faire mal') mais ce n'est pas la réalité (car ça ne va 'pas' lui faire mal) ! Même avec un sexe dans la norme (pas 'normal' puisqu'il n'y a pas de pénis 'anormal', mais dans le sens de 'majorité' de sexes sont d'un certain calibre) un homme peut faire mal à sa partenaire s'il grille des étapes ! Pour qu'une femme n'ait pas mal durant la pénétration il faut qu'elle ait le temps de sécréter un lubrifiant (naturel) permettant au pénis de coulisser facilement dans le vagin. Si l'homme se précipite à la pénétrer elle n'a pas eu le temps de cette lubrification et la pénétration lui fait mal car elle a une sécheresse vaginale. Pour que la femme ait cette lubrification il faut qu'elle ait du désir et de l'excitation. Il faut donc que l'homme suscite le désir chez sa partenaire et qu'il prenne le temps de faire monter l'excitation de la femme, ce que permet les préliminaires. Si l'homme zappe les préliminaires il prend le risque de faire mal à sa partenaire. Pour que le rapport sexuel se passe 'bien', c'est-à-dire sans traumatisme ni physique (douleur...) ni psychologique (impact émotionnel douloureux, mauvais souvenir...) il faut comprendre que l'homme et la femme ne fonctionnent pas de la même façon : chez l'homme le désir est plus instinctif (pulsionnel), chez la femme il est d'abord relationnel, émotionnel (pour désirer elle a besoin d'un environnement harmonieux, de se sentir désirée dans le regard de l'homme...). Un rapport sexuel ne doit pas faire mal (même le premier) et l'homme doit procéder sans précipitation, en tenant compte du fonctionnement de la femme : il doit donc prendre le temps de faire monter son désir et son excitation. Un homme jeune (ado par ex.) est souvent soumis à ses pulsions violentes (qui peuvent l'effrayer) et il doit cependant apprendre à différer son désir impérieux à pénétrer la femme. Les préliminaires permettent de créer un climat de confiance et de sensualité : en se branchant sur ses sensations l'homme peut différer ses pulsions envahissantes... et la femme peut avoir le climat propice à la montée de son désir et son excitation et la lubrification nécessaire pour une pénétration. Et quand vous dites (pour le cas de votre ami) que ' ' "ce n'est pas la taille qui compte mais la façon dont on s'en sert" ne marche pas' ', vous vous trompez : je viens ci-dessus de vous en faire la démonstration. Avec un gros sexe il est tout-à-fait possible de s‘en servir sans avoir de mal à pénétrer dans le vagin et sans faire de mal à la femme ! Vous ajoutez "il à bien du mal à rentré sans faire de mal, et ne peut pas s'en servir donc" : peut-être a-t-il cette expérience mais il n'est pas condamné à "ne plus s'en servir", ni condamné à devoir "faire mal" à sa partenaire ; il peut se préparer mentalement à différer ses désirs pulsionnels, et aborder aussi différemment (que dans ses expériences passées) les rapports sexuels dans l'avenir ; le "donc" qui ponctue votre phrase est une déduction fausse. Il n'y a pas de raison de le "plaindre".  Par contre vous soulevez un problème manifeste : celui de trouver des préservatifs adaptés à la grosseur de son sexe. Et là encore, en disant "il ne trouve pas de capote à sa taille et alors la tout devient impossible..." vous faites une fausse déduction car il existe d'autres contraceptifs (à la fois de la grossesse et des Infections Sexuellement transmissibles : les préservatifs féminins, qui peuvent être aussi associés à des gels spermicides. Le préservatif féminin est disponible en France depuis l'an 2000 ( et depuis le début des années 1990 dans plusieurs pays européens et aux Etats-Unis). Au même titre que le préservatif masculin, il protège également des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) et des MST (Maladies Sexuellement Transmissibles) : virus du sida de l'herpès de l'hépatite B, etc. Il est lubrifié et à usage unique. Il peut se mettre bien avant les préliminaires (longtemps avant si besoin) et il peut rester en place (si besoin) longtemps après le rapport. En polyuréthanne, donc sans latex (donc aussi utilisable par les personnes allergiques au latex), il est plus fin que le préservatif masculin tout en étant plus résistant que lui. Le préservatif féminin mesure 170 millimètres de long sur 78 mm de diamètre (donc plus que largement que les sexes les plus gros). Le préservatif féminin peut paraître (pour les hommes) plus difficile à mettre mais une fois pris le coup de main, ils s'perçoivent que c'est aussi facile et que leurs sensations sont les mêmes. Le préservatif masculin reste pourtant le plus utilisé mais c‘est culturel (date d‘apparition sur le marché alors que l‘utilisation des préservatifs masculins était très maîtrisée). Je peux comprendre que vous (et votre "ami proche") puissiez trouver que le préservatif masculin est plus pratique. Je pense qu'il existe des préservatifs masculins plus amples (plus larges et plus longs), je sais qu'il en existe des XL et XXL (il y en a un de 200 mm de longueur et 60 mm de largeur / ou un autre de 220-56 / et pour des pénis allant jusqu'à 15 cm de circonférence une marque en propose de 60 mm, 64 mm, et même jusqu'à 69 mm de large). Ton ami devrait trouver 'chaussure à son pied' (enfin !! Pour ainsi dire !!!). Mais s'il n'arrivait pas à s'approvisionner dans son environnement de proximité (pharmacies, association ADIS et/ou CDAG - centres de dépistage du SIDA - voire un centre de planification), il peut aussi rechercher sur Internet. Cordialement. Emjy
Emjy
Le 12/08/2014 02:36:47
pechemelba : un petit pénis n'est pas moins efficace qu'un gros au regard du plaisir donné à une femme car le fond du vagin n'est pas une zome de plaisir pour la femme (ce n'est pas une zome érogène). Les zomes d'orgasme pour la femme se situe soit très accessible (le clitoris), soit à moins de 2 centimètres à l'intérieur du vagin (zone décrite par le gynécologue Gräfenberg et depuis appelé 'point G'). Donc déjà, je comprends mal toute cette agitation intellectuelle des hommes sur la prétendue supériorité d'avoir un long pénis (jusqu'à pour certains se faire opérer pour un simulacre de pénis rallongé!). Il serait temps, dans les milieux masculins, de faire cesser cette ineptie...! Puisque tu dis que tu n'es "plus complexé comme au début", c'est que la pratique du nudisme t'as permis de ne plus être gêné par le regard des autres : tant mieux! Qu'un pénis qoit "tout petit comme rentré" quand tu sors de l'eau c'est effectivement "normal" : le pénis déjà peut être très petit au repos (durant le sommeil par exemple) et quand tu sors de l'eau, à cause du changement de température entre le milieu liquide (mer) et le milieu ambiant (l'air), il peut se produire une vasoconstriction des vaisseaux de pénis qui alors se rétracte et paraît "comme rentré". mais rien d'anormal dans tout ça, ça arrive fréquemment à pleins de garçons (et même dans d'autres circonstances très banales...). Emjy

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier