1. / Forums et Ch@ts
  2. / Forums
  3. / Schizophrénie
Me connecter pour participer au forum
Auteur moi et la maladie
legroslulu
Le 11/03/2015 11:56:48

Diagnostiqué schizophrène depuis de nombreuses années. Ayant éprouvé des épisodes dépressifs importants. Aujourd'hui je ne suis plus sous antidépresseurs en accord avec ma psy. Depuis un mois et demi je n ai pas fait d injection de risperdal®. Je ne souffre pas particulièrement de délires psychotiques pour le moment. J aimerai savoir si je peux continuer ainsi sans risquer une décompensation?

Emjy
Le 11/03/2015 17:37:17

Tu écris, legroslulu, arrêté les "antidépresseurs en accord avec ma psy" mais tu ne dis pas précisément si l'arrêt du "risperdal®" est aussi en accord avec ta psy ou de ta propre décision. Si tu n'as plus fait "d'injection" par automédication (en ne reprenant pas le RDV prévu pour cette injection) tu prends des risques inutilement et je comprends mal pourquoi tu n'en n'as pas parler avec ta psy comme tu l'as fait pour l'antidépresseur. Sinon, (si arrêt en accord avec psy) je ne comprends pas le sens de ta question car si la psy a jugé possible d'arrêter c'est qu'elle a évalué que le risque de "décompensation" n'est pas important, qu'elle assure un suivi et qu'elle saura remettre le traitement à temps (sans attendre une décompensation). Et puisque tu es suivi, pourquoi ne lui téléphones-tu pas pour lui dire ton questionnement et avoir son avis ? Je suis ravie pour toi que "pas particulièrement de délires psychotiques pour le moment" donc que tu sois stabilisé. raison de plus pour ne pas modifier de toi-même tes traitements, l'avis du psy est indispensable lorqu'on est "schizophrène". Emjy

Neurone
Le 12/03/2015 20:28:09
À Emjy : Vous vous croyez supérieure aussi bien à tous les psys qu'à tous les malades ! D'où tenez-vous votre prétendu savoir ? Quelle expérience avez-vous de la psychiatrie pour vous permettre de distribuer aussi bien tant de leçons de morale que de justice à tout le monde sur ce site ? Que faites-vous dans la vie ?
Emjy
Le 12/03/2015 23:30:44
Réponse à Neurone : je ne me crois pas "supérieure aussi bien à tous les psys qu'à tous les malades" puisqu'au contraire j'ai justement dit à legroslulu ceci : 'pourquoi ne lui téléphones-tu pas pour lui dire ton questionnement et avoir son avis ?. d'autre part, je suis venu répondre précisément ) legroslulu et tu ne viens ici QUE pour me critiquer négativement alors que tu ne réponds même pas à legroslulu !!! Quel besoin as-tu de venir ainsi porter des critiques négatives alors que je réponds à un post qui n'est même pas le tien et sur lequel tu n'as rien à répondre d'autre que de critiquer les intervenants !?! Deplus, tu m'envoies ton négativisme en indiquant à mon propos des choses fausses puisque je n'ai jamais prétendu être "supérieure" aux psy et/ou aux malades. je n'ai pas à me justifier auprès d'un individu (toi) qui se comporte de cette façon envers quelqu'une (moi) qui ne lui a rien fait et je ne rentrerais donc pas dans 'mon' cursus perso, mais sache quand même pour ta gouverne que mon frère est psychiatre etc... De plus, je suis dans le conseil (demandé par le blogueur, et pas donné à toi) et dans des intentions bienveillantes (pas du tout dans les intentions que tu me prêtes, à tord) et revoies tes classiques et tu sauras alors ce qu'est la "morale", pas mes propos en tout cas ! J'arrête là car ça m'indispose de répondre puisque pas à me justifier envers une personne aussi initialement incorrecte et hors de tout dialogue direct initial ! Emjy
legroslulu
Le 13/03/2015 16:22:29

Emjy c est pas automédication que souhaite pas faire d injections en ce moment. Ce n est pas un risque inutile ! Pour relater mon expérience brièvement entre 1998 et 2010 j étais sous haldol® avec une petite dose mais suffisante. 4 5 puis 6 semaines. C était déjà une contrainte. Durant toute cette période il ne m a jamais été proposé d autres soins psychothérapie ou autres certes il y avait un suivi avec ma psychiatre. Cela ne m a pas vraiment apporté grands choses ces rdvs psychiatre psychologue infirmières etc. Puis le risperdal® TS les 15 jours très contraignant. Aujourd'hui je prends le risque bien calculé de ne pas faire d injections et ce depuis le 17 février. Certes je suis diagnostiqué schizophrène mais pour reprendre les mots de mon accompagnant addictologue votre cas est particulier vous ne rentrez pas dans les "manuels". Je serais selon lui une personne sensitive. Petite précision je suis très a l écoute de moi même et ai toujours su détecté quand ça n allait pas. Ma psychiatre émet quand a elle des réservés et me dit il faut voir.

legroslulu
Le 13/03/2015 16:37:27
Que penses tu de l emdr? Cette technique m a été proposé. Au départ, après en avoir parlé a ma psychiatre elle m a déconseillé d en faire. Elle même pratiquant l hypnose. Puis dans un second temps après avoir réitéré ma question elle m a dit oui vous pouvez en faire mais il vous que vous travaillez. Faire un travail sur soi.
Adrien Franceschino, externe CHU de Montpellier
Modérateur
Le 14/03/2015 22:28:35

Bonjour,

L'EMDR est habituellement utilisée dans les états de stress post-traumatique, pas dans la schizophrénie.

En outre il est à mon sens dangereux d'arrêter les neuroleptiques, cela peut se faire avec l'accord de votre psychiatre et si vous êtes stabilisé depuis longtemps mais il faut être conscient que c'est au risque d'une décompensation qui pourrait mener à une hospitalisation longue et pas forcément agréable.

Si ce qui vous dérange est la contrainte qu'engendre une injection toutes les deux semaines, pourquoi ne pas discuter avec votre psychiatre un passage sous HALDOL DECANOAS®, qui vous permettrait de ne faire qu'une injection par mois, soit deux fois moins ?

Bon courage,

Cordialement.

Emjy
Le 15/03/2015 13:52:20
legroslulu a dit :
...Durant toute cette période il ne m a jamais été proposé d autres soins psychothérapie ou autres certes il y avait un suivi avec ma psychiatre. Cela ne m a pas vraiment apporté grands choses ces rdvs psychiatre psychologue infirmières etc. ... Certes je suis diagnostiqué schizophrène mais pour reprendre les mots de mon accompagnant addictologue votre cas est particulier vous ne rentrez pas dans les 'manuels'. Je serais selon lui une personne sensitive. Petite précision je suis très a l écoute de moi même et ai toujours su détecté quand ça n allait pas. Ma psychiatre émet quand a elle des réservés et me dit il faut voir.
Je ne suis pas surprise que des suivis "psychiatre psychologue infirmières etc." en institutions (CMP, CHS par exemples) ne t'aient "pas vraiment apporté grands choses" car j'ai souvent remarqué ça pour d'autres et je reste assez critique face aux suivis psychologiques réellement mis en place dans ces institutions, c'est souvent de façon inadéquate et une aide en saupoudrage sans réel investissement de la part des personnels médicaux, le malade ne peut pas s'y retrouver puisque le travail psychologique n'est pas structuré et n'y est pas clairement défini! Par contre une psychothérapie chez un psy indépendant peut être d'un bénéfice non négligeable puisque le travail sur soi permet d'influer sur le potentiel 'maladie' donc aussi 'rechutes'. Tu dis, legroslulu, "Durant toute cette période il ne m a jamais été proposé d autres soins psychothérapie ou autres" mais comme tu en nas conscience, rien ne t'empêche de contacter de toi-même un psy indépendant en vue de suivre cette psychothérapie. Mais tu dis aussi "Je serais selon lui une personne sensitive. Petite précision je suis très a l écoute de moi même et ai toujours su détecté quand ça n allait pas" donc c'est super car il n'y a pas qu'une manière d'être suivi et visiblement tu sais tenir compte de tes ressentis et t'en servir à titre préventif. Tu indiques être suivi par un "accompagnant addictologue" et en effet il est difficile sur un blog d'évaluer les enjeux de ce que tu appelles "ton cas" donc je m'abstiendrai de te donner une piste unique et/ou de t'indiquer que ce serait déterminant pour toi car ce qui est déterminant pour toi est ce qui te convient tout en maintenant ta sécurité (éviter une décompensation) et tu sembles avoir déjà un équilibre dans ta maladie et des appuis (addictologue, ton analyse de ta situation...). Emjy
Emjy
Le 15/03/2015 13:57:10
J'ajoute cependant, legroslulu, que je partage tous les propos que t'a donnés Adrien ('externe CHU de Montpellier' donc qui est étudiant en médecine). Emjy
psy0002
Le 27/07/2015 16:14:24

En effet, contrairement à certaines croyances populaires, cela arrive à tout le monde, à un moment ou l’autre de sa vie, de traverser une période difficile où les difficultés (affectives, matérielles, professionnelles,...) rendent la vie pénible et finissent par provoquer des symptômes (physiques ou psychiques) plus ou moins handicapants.  C’est lorsque ces symptômes deviennent trop envahissants, qu’il est recommandé de prendre contact avec un psychologue. N'hésitez pas à contacter Psy Abc. www.abc.be

 

 

les liens à caractères commercial ne sont pas autorisés

Message modifié le 27/07/2015 16:51:17, par Modérateur Allodocteurs.fr

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier