1. / Forums et Ch@ts
  2. / Forums
  3. / Greffes et don d'organes
Me connecter pour participer au forum
Auteur L'acceptation d'un proche ne suffit pas toujours !
fleurdemars
Le 14/01/2011 17:18:47
Bonjour à tous. Ma mère et moi avions eu une longue discussion et avions pris chacune notre carte de donneur bien avant qu'elle ne soit malade et quela question se pose ! Quand est arrivé le moment où j'ai exprimé sa volonté, vue sa maladie on ne pouvait lui prélever que les cornées, ce que j'ai accepté d'autant plus volontiers que je suis moi-même aveugle. Sauf que, chose que j'ignorais, si on meurt dans un hôpital non habilité pour les prélèvements, le don d'organes ne peut pas avoir lieu... Enfin c'était ainsi en 2006, ça a peut-être changé. Bref, le slogan complémentaire aux demandes habituelles pourrait être : "Si vous avez accepté, ensuite choisissez le bon endroit pour mourir". Oui mais, comment prévoir ? ? ? Depuis 2006, la loi a-t-elle changé ? Je l'espère de tout mon coeur car je me sens aussi révoltée qu'au premier jour de la mésaventure, pourtant ça remonte à plus de quatre ans ! Bon courage à tous ceux qui attendent, et cordialement à tous. Fleurdemars.
Vagal
Modérateur
Le 14/01/2011 20:57:41

Effectiviement, tous les hopitaux ne sont pas habilités pour les prélèements d'organes : il faut en effet des structures lourdes avec une équipe chirurgicale entrainée notamment.

Le plus souvent, les chirurgiens se déplacent d'un autre hopital dans ce cas la... mais ca n'est pas toujours possible.

fleurdemars
Le 16/01/2011 13:16:43
Bonjour et merci de votre réponse... Moi, en tout cas, j'avais proposé de faire transporter le corps dans un hôpital habilité, même à mes frais, car je tenais à tout prix à respecter la volonté de ma défunte mère : refus catégorique ! Et ce n'était pas une question de temps puisqu'on disposait pour ce type de prélèvement de 48 h, et que la question s'est soulevée moins de 5 h après le décès.... Je trouve ça absolument désespérant et je reste toujours autant révoltée, pire encore quand j'entends les appels aux dons d'organes, légitimes évidemment, mais comment prévoir à l'avance si l'hôpital où on a atterri souvent en catastrophe pourra ou non effectuer le prélèvement ? Ben voilà, il faut en parler à ses proches, c'est bien sûr fondamental, mais si c'est une condition absolument nécessaire ce n'est hélas pas une condition suffisante... En tout cas merci de vos précisions. Bon dimanche, cordialement à tous. Fleurdemars.

Répondre

Pour répondre à ce sujet merci de vous identifier