1. / Blogs
  2. / Présidentielle 2017 : la santé dans le débat

Présidentielle 2017 : la santé dans le débat

Présidentielle 2017 : la santé dans le débat

Santé : le programme du candidat François Fillon

Rédigé le 17/11/2016 / 0

A quelques jours de la primaire de la droite François Fillon progresse dans les sondages.

J’ai lu pour vous la partie de son programme consacrée à la santé.

Ce n’est un secret pour personne François Fillon souhaite un « choc »  libéral. Pour lui, notre système de santé est au bord de la faillite. Pour le sauver il veut donc mettre en place une règle d’or et imposer un équilibre des comptes pour les dépenses de santé de l’assurance maladie, c’est-à-dire mettre fin au trou de l’assurance maladie. Mais au delà de cet équilibre, il souhaite un remboursement du déficit  accumulé de 110 milliards depuis des années. Pour François Fillon il est possible de faire 20 milliards d’économie dans la santé.

 

Une mesure choc pour tous les Français

Il  propose que l’assurance maladie continue de rembourser les affections graves et de longue durée et que les assurances santé privées se concentrent sur le reste. Le ton est donné ! Votre consultation chez le généraliste sera à la charge de votre complémentaire. C’est d’une part une large place faite à l’assurance privée, un recul de l’esprit de la sécurité sociale. Alors pour ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder à une assurance privée il y prévoit un régime spécial.

La mutualité française qui regroupe 98% des mutuelles ne souhaite pas prendre position mais ils m’ont transmis ces chiffres. Si la proposition de françois Fillon s’appliquait demain alors c’est près de 20 milliards d’euros qui seraient transférés aux ménages et à leurs complémentaires santé (dont les marges sont à l'équilibre). Cela correspondrait à un transfert de prise en charge de près de 300 € par an et par personne (298 €). Si ces 300 € étaient couverts intégralement par les complémentaires santé, cela occasionnerait une augmentation de 76 % des montants pris en charge par ces complémentaires. La conséquence serait probablement une flambée des prix des cotisations des complémentaires santé.

On changerait donc de système de santé. C’est un choix politique !

 

Des mesures pour faire des économies à l’hôpital  

Sa mesure phare c’est le retour aux 39 heures à l’hôpital mais payées 35.

Parmi ses propositions pour faire des économies il veut aussi revoir la carte hospitalière, c’est à dire fermer des petits hôpitaux. C’est une recommandation faite chaque année par la cour des comptes. F. Fillon souhaite des hôpitaux plus loin mais avec des plateaux techniques de haut niveau et des structures de petites urgences au niveau local. Mais on ne sait pas si ces dernières assureront une permanence des soins la nuit.  Le problème c’est que la fermeture d’hôpitaux à plutôt tendance à crisper les populations qui vivent déjà dans des territoires isolés. Il va en falloir de la diplomatie.

 

Autre mesure pour l’hôpital

François Fillon aimerait "faire payer ceux qui abusent des urgences", c'est ce qu'il a déclaré sur le site internet des "entreprises internationales de recherche". Alors j’ai eu sa conseillère en matière de santé au téléphone. Elle était embarrassée car ce n’est pas dans le programme. S’il gagne la primaire il faudra donc lui demander s’il maintient cette mesure car là encore c’est un changement assez radical de système.

Il souhaite également accélérer le virage ambulatoire avec suppression de lits à la clé. Un lit médicalisé coute cher : 1500e. Il propose donc de développer des hôtels hospitaliers, ces sont des hôtels à l’intérieur ou attenant à l hôpital, le coût d’un lit est de 70 euros. Une expérimentation est en cours en France. C’est une bonne idée lorsqu’il s’agit de petite chirurgie comme un glaucome. Ce que ne nous dit pas F.Fillon c’est qui prend en charge cette nuit d’hôtel, le patient, sa mutuelle ou l’assurance maladie ?

 

Des reformes en profondeurs, des réformes structurelles 

Il souhaite une décentralisation de l’hôpital, une plus grande autonomie des hôpitaux, en clair des agences régionales de santé moins sous le joug de politiques issue de Paris et du ministère de la santé. Il critique d’ailleurs fortement ces agences régionales de santé qu’il a lui même créées et qui selon lui, génèrent une importante bureaucratie à l’hôpital. Cela peut paraître abstrait mais regardez cette photo (photo). Elle a été prise en Angleterre dans les années 80. M.Tatcher avait mis en place cette décentralisation à l’hôpital qui avait  entrainé  des contraintes budgétaires. Il y avait eu une désaffection des patients pour l’hôpital public ou les listes d’attente pour se faire soigner étaient devenues interminables, les patients se sont alors tournés vers le secteur privé.

 

Une place particulière à la médecine libérale

Il souhaite évidemment l’abrogation de la loi Touraine et du tiers payant. Il souhaite aussi revaloriser les consultations des médecins, on n’a pas les montants mais il prévient qu’il y aura des contreparties et qu’il faudra que ces médecins remplissent des objectifs de santé publique. Pas de blanc seing pour François fillon.

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que ces mesures ne semblent pas très populaires ?

 Oui, d’autant que la semaine dernière le personnel de l’hôpital était dans la rue et leur principale réclamation était la surcharge de travail et les rémunérations très basses. C’est plutôt l’inverse qu’il leur propose F.Fillon. Et voici son état d esprit lorsqu’il s’agit de manifestants, c’était à propos de la loi El Khomri " Cette loi a mis 150.000 personnes dans la rue. Pour ma réforme des retraites, en 2003, elles étaient 2,5 millions dans la rue. Et ma réforme a quand même été au bout, ça n'a pas été facile, mais elle s'applique aujourd'hui." En clair, la rue ne fait pas peur à ce libéral à l’accent tatchérien.

 

Des propositions qui existent déjà

Non. Il veut développer la télémédecine, le dossier médical personnel, c’est un dossier où toutes vos données de santé sont conservées. Le dossier médical c’est l’arlésienne dans le milieu médical tant on sait que de nombreux médecins y sont opposés. Il souhaite aussi plus de synergies entre les hôpitaux publics et privés. Et puis sur un aspect un peu plus sociétal de la santé il fait des promesses étonnantes qui figurent parmi ses 15 mesures phares. On peut lire « adoption plénière réservée aux couples hétérosexuels, limiter la PMA aux couples hétérosexuels infertiles et interdire la GPA ». Il retire donc aux homosexuels l’adoption plénière. Cette dernière est une proposition mais en revanche il est inutile de promettre de limiter la PMA aux couples hétérosexuels infertiles ni d’interdire la GPA puisque c’est déjà le cas. En fait il s’agit là d’un clin d œil à Sens Commun, le bras politique de la manif pour tous qui a désigné Fillon comme son candidat. Il est toujours assez déstabilisant de lire dans les programmes des promesses qui existent déjà.


Sponsorisé par Ligatus