1. / Blogs
  2. / Le blog de Michel Cymes

Le blog de Michel Cymes

Le blog de Michel Cymes

Et Dieu dans tout ça ?

Rédigé le 22/02/2011 / 9

Menaces religieuses sur l'hôpital, c'est le titre du dernier livre d'Isabelle Lévy qui, depuis des années, prévient que l'entrée de la religion à l'hôpital deviendra un vrai problème.

Des années qu'elle avertit, qu'elle dénonce, qu'elle demande que de vraies mesures soient prises. Des années qu'elle n'est pas écoutée.

Et le constat est flagrant. Il y a de plus en plus de conflits entre soignants et patients dans certains hôpitaux.

La France multiethnique est aussi présente dans les centres de soins. Mais l'intolérance de certains pratiquants devient un véritable problème médicolégal.

Des patientes qui refusent de retirer leur voile, d'autres qui ne veulent pas découvrir un avant bras pour une prise de sang, celles dont les maris refusent qu'elles soient examinées par un médecin homme. Ceux qui veulent des ordonnances, mais refusent un examen.

Prosélytisme de la part d'associations religieuses autorisées à venir dans les centres de soins.

Mais côté personnel également, la laïcité est parfois un concept oublié. On doit laisser au vestiaire toute marque religieuse. Que dire des croix, des kippas... ?

Nous traversons, la société française traverse, une crise où la religion, où l'esprit communautaire entraîne des divisions, des conflits, des rejets de l'Autre...

L'hôpital doit rester le lieu dans lequel tout le monde, quelles que soient ses convictions, quelle que soit sa religion, quelles que soient ses origines, peut venir se faire soigner.

Il est inadmissible qu'un patient ou une patiente impose des règles au personnel soignant.

Inadmissible que ces convictions prennent le pas sur les règles imposées par la bonne pratique médicale.

Quand un patient confie sa santé à un médecin, il doit laisser, à l'extérieur, ce qui le distingue des autres dans notre société. Ou il ne doit pas venir.

Quand il y aura eu un accident, un décès, dus à une absence d'examen, c'est le médecin ou l'infirmière qui seront accusés. La loi doit les protéger.

La bise aux dames et la mimine aux messieurs

Menaces religieuses sur l'hôpital 

Liste ou pas ?

Rédigé le 11/02/2011 / 16

Avec un peu de recul on peut se demander si il fallait publier la liste des 77 médicaments sous surveillance ?

Des millions de Français se sont inquiétés se demandant si il n'allait pas leur arriver la même chose qu'à ceux qui avaient pris du Mediator®.

Et quelles que soient les compétences du ministre de la Santé, Xavier Bertrand, il faut bien reconnaître qu'on est allé un peu vite sous prétexte de rassurer le public sur la pharmacovigilance.

On a voulu nous dire : "Regardez les médicaments sont sous haute surveillance !"... Ah bon mais alors avant que cette liste ne soit publiée, ils ne l'étaient pas, sous surveillance ?

Et ça veut dire quoi sous surveillance ? Ils sont dangereux ou pas ? Ils vont être retirés du marché ? Si oui, pourquoi attendre ? Pourquoi ne pas les interdire tout de suite ?

Et ceux qui sont, non seulement sous surveillance et donc dans cette liste, mais qui ont également un "Service Médical Rendu" plutôt léger (en termes clairs qui ne servent pas à grand chose )... Pourquoi n'ont-ils pas été retirés plus tôt ?

Finalement, en plus de vous inquiéter (et nous l'avons vu avec l'incroyable fréquentation du site quand nous avons publié la liste), ces médicaments montrés du doigt ont fini par entraîner un effet pervers...celui de déclencher une méfiance générale vis à vis de tous les médicaments. Or dans cette liste, certains sont surveillés car récents. Et personne n'en aurait rien su sans la publication.

Nous sommes dans un contexte de principe de précaution et de transparence, certes louable, mais qui finit par paniquer tout le monde.

Mettre le vaccin contre le pneumocoque dans cette liste met forcément le doute dans l'esprit des parents qui voudraient faire vacciner leurs enfants. Et surtout, donner des arguments aux anti- vaccins (ou ceux qui prônent la liberté de vaccination, c'est plus clean...). Qu'il y ait des effets secondaires, c'est probable, qu'ils soient très rares c'est sûr, qu'ils sauvent des vies... c'est une évidence.

La bise aux dames et la mimine aux messieurs

Sponsorisé par Ligatus