1. / Blogs
  2. / La chronique du handicap

La chronique du handicap

La chronique du handicap

Semaine pour l'emploi des personnes handicapées

Rédigé le 18/11/2013 / 0

Pourquoi parler d’emploi des personnes handicapées aujourd’hui ?
Parce que c’est aujourd’hui que s’ouvre la 17ème semaine pour l’emploi des personnes handicapées, initiée par l’association ADAPT mais qui rassemble désormais tous les acteurs impliqués. Elle a lieu jusqu’au 24 novembre, dans toute la France, et propose des centaines d’initiatives, forums, rencontres pour favoriser l’inclusion des travailleurs handicapés.

Quelles sont les dispositions pour favoriser l’emploi des travailleurs handicapés ? Des lois tentent de mobiliser les employeurs depuis déjà plusieurs décennies. Mais la situation n’a vraiment commencé à bouger qu’avec la loi handicap de 2005. Elle impose que toute entreprise de 20 salariés et plus ait au moins 6% de travailleurs handicapés dans ses effectifs. Attention, c’est un plancher, pas un plafond ! Certaines entreprises atteignent 10 %, parfois plus… A l’inverse, 50 % des entreprises ne remplissent pas leur obligation et 8 % d’entre elles n’embauchent aucun salarié handicapé ! Elles ne cessent de trouver des prétextes : trop compliqué, impossible dans leur activité, trop dangereux, pas assez compétent…

Pas assez compétent, et pour cause ! L’école pour tous est un engagement très récent. Des générations de jeunes handicapés n’ont pas eu la chance d’aller à l’école. Alors, aujourd’hui, 80 % des demandeurs d’emploi reconnus travailleurs handicapés ont un niveau de qualification inférieur au bac ! Seulement un collégien handicapé sur six poursuit sa formation au lycée. Et on ne parle pas des études supérieures… Heureusement, les choses changent, même doucement, et on mesurera certainement dans vingt ans le bénéfice de cette école inclusive.

Si une entreprise ne veut engager aucune action dans ce sens, que lui arrive-t-il ?
Elle doit payer une amende, en réalité dans un langage plus châtié une "contribution" qui sert à alimenter un fonds commun géré par l’Agefiph pour les entreprises privés et par le Fiphfp pour la fonction publique. Ces sommes collectées servent ensuite à financer de multiples actions en faveur des travailleurs handicapés : de la formation, du matériel adapté, des aménagements de poste, des aides humaines… Dans un monde idéal, il faudrait que le budget de ces deux fonds atteigne zéro, ce qui signifierait que toutes les entreprises assujetties ont respecté leur quota d’embauche. Mais nous n’y sommes pas encore.

D’autant qu’en temps de crise, ce sont ceux qui sont réputés moins productifs qui en subissent les effets en premier. En 2012, le taux de chômage des travailleurs handicapés a augmenté plus rapidement que pour l’ensemble de la population. Ils sont 21% à ne pas avoir d’emploi, le double de la moyenne française.

Pour ceux qui ne peuvent pas occuper un emploi en milieu ordinaire, que se passe t-il  ?

Il existe d’autres solutions, et notamment dans le milieu que l’on appelle "protégé". Ce sont les EA (Entreprise adaptée) ou les ESAT (Etablissements et services d’aide par le travail). On dit de ce milieu qu’il est "protégé" car les travailleurs bénéficient aussi d’un encadrement médico-social qui leur permet de travailler dans des conditions compatibles avec leur handicap, majoritairement mental dans ce type de structures. Ils sont accompagnés par des éducateurs, des psychologues, des ergothérapeutes. Rassurés sur leurs compétences, certains poursuivent parfois leur carrière dans le milieu ordinaire.

Certaines entreprises soumises à l’obligation d’embauche qui ne satisfont pas au quota de 6% peuvent sous-traiter avec le milieu protégé pour compenser. Une vraie force économique avec plus de 140 000 travailleurs ! Dans de multiples domaines et pas seulement le repassage ou l’entretien d’espaces verts mais aussi des activités culturelles ou artistiques.

Y-a-t-il des handicaps qui semblent vraiment rédhibitoires pour les employeurs ? Oui c’est certain. Pour la très grande majorité, un travailleur handicapé, c’est une personne en fauteuil roulant. On installe une rampe, on aménage le bureau et le tour est joué. Mais ce profil de la recrue "idéale" est en réalité extrêmement rare. Il n’y a pas un handicap mais des milliers de handicaps. Et c’est face à cette complexité que les choses se corsent.
Le plus déroutant pour les employeurs, c’est certainement le handicap psychique (bipolarité, dépression, schizophrénie…) car peu de gens savent comment l’appréhender. Il a longtemps été le laisser pour compte mais des initiatives voient le jour comme les Club house, ils existent depuis soixante ans aux Etats-Unis mais le premier n’a été implanté en France qu’en 2011 ! Ce sont des lieux de jour qui permettent de mener les personnes concernées vers le retour à l’emploi. Avec un accompagnement humain de qualité, tout est possible !
Globalement, les Français ont-ils des réticences à travailler aux côtés d’un collègue handicapé ?
D’après un sondage "Regard sur le handicap" publié il y a quinze jours, 94 % des personnes interrogées se déclarent prêtes à travailler avec un collègue en situation de handicap, mais seules 38 % considèrent que leur employeur fait de "réels efforts" en termes de recrutement. Il faut envoyer valser les idées reçues et cela passe aussi par un vrai engagement politique. Il revient en premier lieu à l’Etat de donner l’exemple ; or le taux d’emploi légal d’agents en situation de handicap dans les trois fonctions publiques n’est que de 4,39%.

On se rend compte que, la plupart du temps, c’est la mobilisation d’initiatives individuelles d’associations ou d’entreprises qui permettent de faire avancer les choses. De nombreux chefs d’entreprises ont pris le pari d’embaucher des travailleurs handicapés et se disent aujourd’hui très satisfaits. Cette présence in situ a permis de briser les tabous, de relativiser les propres soucis des autres employés.

Pour en savoir plus sur cette "semaine pour l’emploi des personnes handicapées", et découvrir les centaines de rendez-vous qui sont proposés dans toute la France, du 18 au 24 novembre, consultez les liens suivants : 

www.semaine-emploi-handicap.com
www.handicap.fr

www.semaine-emploi-handicap-agefiph.fr