1. / Blogs
  2. / Jamais sans chapeau

Jamais sans chapeau

Jamais sans chapeau

Cabinet de lecture ou lectures de cabinet ?

Rédigé le 14/12/2010 / 31

Avec des prédécesseurs aussi prestigieux que Rabelais, Littré, Ben Yehuda, Boulgakov ou Céline…, les médecins devraient être des évangélistes de la bonne littérature jusque dans leur salle d’attente. Malheureusement, force est de constater que c’est loin d’être le cas.

Accompagnant récemment une amie dans un cabinet médical j’ai découvert avec effarement les lectures proposées aux patients en attente de consultation. Un foisonnement de Gala, Closer , Voici, Point de vue et consorts. Ces magazines, éparpillés çà et là sur une table basse, s’offraient à la vue d’une patientèle silencieuse et disciplinée qui ne se privait pas de les lire (amie lectrice ou ami lecteur, tu remarqueras que j’ai réussi à placer « patientèle », la semaine prochaine mon défi est de caser « panicule adipeux sous cutané » et ce n’est pas gagné d’avance ;-))))

Un sentiment bizarre est alors né en moi. Je me sentais comme avili par la présence de ces lectures. Une petite voix intérieure me disait « Comment le médecin qui propose de telles lectures peut-il prendre au sérieux ses patients ? La détente rime t’elle avec l’abêtissement et la futilité. Pourquoi le médecin, garant du secret médical, laisse-t-il traîner à la vue de tous, des torchons relatant avec moult détails les aspects les plus scabreux de la santé de nos célébrités ? »

La semaine dernière, me rendant successivement chez mon notaire , mon avocat et mon huissier, j’ai pu feuilleter des magazines comme Challenges, l’Express ou le Figaro Magazine qui sont, à mon avis, d’un autre intérêt.

Je ne suis pas un vieux rabat-joie aigri et constipé, mais je persiste à penser que les lectures de la salle d’attente d’un médecin font partie de la communication que ce professionnel de la santé entretient avec ses patients. J’ai la conviction que le cabinet du médecin et sa salle d’attente sont des sanctuaires qu’il convient de ne pas souiller par la bêtise effarante que constituent les ragots colportés dans une certaine presse dite autrefois de caniveau et qualifiée aujourd’hui de presse people.

Sans demander à ce que les disciples d’Hippocrate se transforment en bibliothécaires érudits, toujours prompts à proposer la lecture des Rougon Macquart, de la Comédiée Humaine voire des écrits intertestamentaires publiés par la Pleiade (qui ne seraient lus que par des intellectuels en affection de longue durée), je suggère que nous réfléchissions tous ensemble à ce que pourrait être l’éventail des lectures offertes dans la salle d’attente du cabinet médical.

Une idée m’est venue à la suite d’une visite à un confrère assumant de hautes responsabilités ordinales. Son cabinet était décoré par les reproductions des couvertures d’albums et de dessins extraits des aventures de Tintin et Milou. Cela m’a donné l’idée de proposer en premier choix la collection des albums de Tintin. La lecture de Tintin me paraît en effet adaptée au plus grand nombre et conviendrait certainement aux seniors bien au delà des 77 ans habituellement fixés comme limite d'âge supérieure.

Un grand mouvement naît aujourd’hui.

La constitution du Catalogue idéal de la salle d’attente médicale est en marche.

Plus rien ne sera comme avant. Il y aura un « avant » et un « après ».

Seule la faiblesse de vos contributions peut désormais arrêter ce tsunami littéraire qui marquera l’Histoire.

Marina, Michel, Sophie, Nathalie, Benoît, Gérard, amie lectrice, ami lecteur… à vous de compléter ce catalogue. L ‘Humanité toute entière vous en sera reconnaissante.