1. / Blogs
  2. / Jamais sans chapeau

Jamais sans chapeau

Jamais sans chapeau

Se casser la tête pour les autres

Rédigé le 15/06/2010 / 8

Sophie se casse la tête pour les autres. Pour améliorer le sort des personnes traumatisées du crâne et de  leur entourage. Et pour faire connaître cette pathologie méconnue au plus grand nombre.

Rien ne destinait Sophie à devenir une porte-parole du « coup sur la tête ».

Une famille réussie avec quatre beaux enfants et une vie professionnelle passionnante. Viticultrice, épouse de viticulteur (en Bourgogne de surcroit), Sophie sourit à la vie comme la vie lui sourit.

Brusquement , un jour de 2005, c’est l’accident d’automobile. Le mari, le papa, le viticulteur est traumatisé crânien comme les médecins disent. Pourtant, beaucoup parmi ces fameux médecins connaissent mal ou pas du tout cette « maladie » qui affecte le cerveau. Les traitements et les solutions sont plus que réduits. Le grand public ne s’y intéresse guère plus.

La mémoire et les souvenirs, la connaissance et la culture, les émotions, le caractère, l’orientation dans l’espace, l’organisation des mouvements, le sommeil et l’éveil, la parole…tout cela est chamboulé. Parfois, les séquelles des lésions du cerveau sont si profondes, si radicales qu’on a peine à reconnaître l’être aimé avec qui nous avions passé tant de moments et partagé le meilleur et parfois le pire. Savent-ils encore pourquoi ils vivent ces abîmés du ciboulot ? Ils peuvent paraitre normaux au premier abord, mais ils sont incapables d’autonomie

 Là c’est le pire qui durerait sans espoir de retour à l’état antérieur. C’est le pire entrecoupé d’étincelles d’espérance à chaque amélioration si minime soit-elle… C’est la renonciation à beaucoup de choses. C’est voir certains proches s’écarter puis disparaître peu à peu comme des ombres s’éloignant dans le brouillard d’un quai de gare en Sologne (j’ai enlevé :par un triste matin d’automne, pour ne pas rajouter au mélodrame). C’est l’impression de ne pas être entendu. Personne ne semble s’intéresser aux cerveaux cassés…

S’arrêter, se reposer, lâcher prise…Sophie a dû y penser plus d’une fois. Elle a rencontré d’autres personnes qui ont vécu des histoires ressemblant à son histoire. Sophie a participé à des réunions, partagé sa douleur, écouté d’autres pleurs …

Et puis un jour Sophie a relevé la tête. Elle a arrêté son travail et s’est engagée dans une association réunissant des familles de traumatisés crâniens et cérébrolésés.

Aujourd’hui, sa force lui permet d’aider les autres. Présidente d’une association de Bourgogne et membre des instances nationales regroupant les associations similaires de France et de Navarre, Sophie s’occupe également d’un blog, modère un forum consacré au sujet, gère la page Facebook de l'association, participe à des émissions de radio ou de télévision, prépare la journée nationale d’information du 19 octobre prochain pour informer et former en priorité les professionnels de la santé qui négligent cette maladie.

FAIRE CONNAITRE LE TRAUMATISME CRÂNIEN. FAIRE AVANCER LES RECHERCHES EN TRAITEMENT ET TROUVER DES SOLUTIONS POUR SOULAGER LES FAMILLES. C’est pourtant simple.

Qui d’entre nous est prêt à aider Sophie et ses amis ?