1. / Blogs
  2. / Idées reçues sur le sport

Idées reçues sur le sport

Idées reçues sur le sport

« Je fume mais c’est bon, je fais du sport… »

Rédigé le 27/06/2015 / 0

Trop de sportifs fument, nous même observons des jeunes coachs sportifs en formation durant une année, une partie non négligeable allume le calumet de la mort durant la pauses.

Ils sont jeunes, ils font du sport, ils ont des performances au dessus de la moyenne et meilleurs que celles de certains sportifs non fumeurs, alors, tout va bien.

Quelle erreur !

Des chiffres :

-Chez les moins de 40 ans et sportifs, 24% des garçons et 32 % des filles fument.

Ils sont 71% à fumer dans l’heure qui précède ou les 2 heures qui suivent le sport.

-Chez les plus de 40 ans sportifs, 5,5 % fument et 49% d’eux fument dans l’heure qui précède ou les 2 heures qui suivent le sport.

La cigarette est mauvaise pour la santé, ce n’est pas un scoop, mais elle l’est également chez le sportif et certains risques sont majorés.

Il vaut mieux assumer le fait d’être dépendant que de se cacher derrière des phrases toutes faites, ni se convaincre d’arguments inexacts.

Bien entendu, le fumeur aime son moment d’encrassage, pour certains, c’est même une récompense, cela permet de déstresser, d'apprécier une performance,

En performance, il y a de nombreux sportifs d’élites qui fument, mais combien d’articles sur eux 15 ans après lorsqu’ils sont opérés du cœur suite aux ravages du tabac ? Champion de Football, tennis… à 25 ans, sous les feux des projecteurs, mais moins de projecteurs au moment d’une transition brutale du terrain au « billard ».

Fumer et pratiquer du sport, des conséquences à courts et long termes :

-Sur le long terme (étude de 2015), le tabac aurait une incidence sur la capacité du muscle a utiliser l’oxygène et entrainer une baisse de la masse musculaire.

-Augmentation de la fréquence cardiaque entrainant une perte d’endurance.

-Fixation du monoxyde de carbone sur les globules rouges, moins d’oxygène et donc moins de libération d’énergie. (Le monoxyde de carbone a une affinité 200 fois supérieur à celle du dioxygène pour l’hémoglobine).

-Un gros fumeur peut s’éloigner de la pratique sportive par démotivation puisqu’il aura une performance inférieure à ses partenaires.

-Les douleurs et crampes augmentées des muscles.

-Le spasme coronarien en période d’effort.

-Un gros fumeur peut s’éloigner de la pratique sportive par démotivation puisqu’il aura une performance inférieure à ses partenaires.

-L'augmentation de la viscosité du sang et rétrécissement des artères, risques augmentés d’un caillot !

Un conseil donné par les cardiologues, ne pas fumer 1 heure avant le sport ni 2 heures après. A ceci, vous ajoutez le temps de l’activité sportive (2 heures). Donc 5 heures sans fumer. Le mieux, c’est de ne plus fumer !

Bibliographie

-Time course of cigarette smoke-induced changes of systemic inflammation and muscle structure. Am J Physiol Lung Cell Mol Physiol. 2015 May 22:ajplung.00074.2015. doi: 10.1152/ajplung.00074.2015. [Epub ahead of print]

-Dr Laurent Chevalier : Les 10 règles d’or du club des cardiologues du sport Cardio et sport n°26

-Dr Laurent Chevalier : Tabac, Cholesterol et sport.

-Yasue and Kiyotaka Kugiyama Coronary Spasm: Clinical Features and Pathogenesis  Internal Medicine Vol. 36, No. 1 1 (November 1997)

Article rédigé par Didier Reiss et Pascal Prévost

Sponsorisé par Ligatus