1. / Blogs
  2. / Du vert, du bio, de l'écolo !

Du vert, du bio, de l'écolo !

Du vert, du bio, de l'écolo !

​Et si vous rouliez écolo ?

Rédigé le 22/04/2015 / 1

Les transports en commun vous donnent des boutons, faire du vélo vous fatigue… Alors chaque jour, vous prenez votre auto ! Avec l’émergence des petits véhicules électriques, vous n’avez plus aucune excuse pour polluer !

 

Gyropode, vélo à assistance électrique, roue électrique, trottinette électrique, skate board électrique, monoroue E-L-E-C-T-R-I-Q-U-E, il existe aujourd’hui un large choix de petits engins qui permettent de se déplacer en ville rapidement et sans trop s’épuiser. Ca tombe bien car si nos villes frôlent aujourd’hui l'asphyxie, c’est notamment à cause des véhicules diesel qui génèrent un tiers des particules fines qui empoissonnent l’air qu’on respire.

 

Des particules cancérigènes

Au niveau mondial, l’Organisation mondiale de la santé estime que 7 millions de personnes meurent prématurément à cause de la pollution de l’air et plus précisément des particules fines. En 2013, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) les a classées dans la catégorie des cancérigènes certains pour l’homme. Ils figuraient depuis 1998 sur la liste des cancérigènes probables. Or, en France, nous dépassons régulièrement les seuils de particules fixés par l’Union européenne en 2005. A Marseille, Toulon, Paris, Lille ou encore en Martinique, on les explose ! Plus de 35 jours par an, nous sommes au dessus des 50 microgrammes de particules par m3 d’air réglementaires. Sur la seule station du stade de France à Saint-Denis, on dépasse le seuil 200 jours par an…

 

Des villes qui aiment de plus en plus le vélo

Ces dernières années, les villes ont fait beaucoup d’efforts. Avec près de la moitié de sa voirie équipée de pistes cyclables, Strasbourg est la mieux équipée, juste devant des villes comme Nantes, Angers, Grenoble et Bordeaux. Paris, qui a longtemps boudé les bicyclettes, semblent aujourd’hui vouloir les attirer. La municipalité vient de se fixer comme objectif pour 2020 de doubler les 700 km des pistes cyclables actuels et de tripler le nombre de déplacements effectués à vélo pour atteindre les 15%. La plupart des grandes villes ont mis en place des politiques de subventions pour aider les particuliers à acheter des vélos électriques, des vélos cargo, ou encore des triporteurs.

 

Alors, il vous faut encore une bonne raison pour laisser votre voiture au garage ?

 

- Gyropode

C’est le véhicule électrique chouchou des guides qui promènent des hordes de touristes dans les grandes villes aux quatre coins de l’Europe, mais aussi des polices municipales. Nice, Marseille, Bordeaux Lyon, Thionville… 25 communes l’ont adopté pour permettre à leurs agents de patrouiller. Vitesse maximum : 20km/h. Autonomie : 40km. Mais un prix très élevé : 8000 € tout de même.

 

- Roue électrique

Il suffit d’installer un kit et cette roue avant pour transformer votre vélo en vélo électrique. Le passage en mode électrique s’active à la demande, et propose trois niveaux d’assistance. Autonomie moyenne : 70 km. Coût : 700 € environ.

 

- Trottinette électrique

Elle a le vent en poupe et commence à envahir nos trottoirs. Sa forme compacte et pliable lui permet d’emprunter les transports en commun, ce qui peut être assez pratique pour gagner en mobilité. Autonomie : 20 km. Coût : 899 €.

 

- Mono roue

Débarquée des Etats-Unis en 2012, c’est sûrement le système le plus innovant et aussi le plus difficile à prendre en main. Mais avec un peu d’entraînement et de persévérance, les plus cascadeurs y parviendront. 500 mono roues circulent actuellement dans Paris. Vitesse maximale : 20km/h. Avantage de taille, c’est une petite machine, du coup on fait le plein en seulement 1 heure. Coût : 2000 €.