1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Une journée pour la prostate

Rédigé le 17/09/2012 / 0

20 septembre 2012. Une journée nationale consacrées au cancer de la prostate qui touche 300 000 hommes au total en France.  Quels traitements sont utilisés ? Quels critères déterminent leur choix ? Zoom.

La prostate en chiffre

20 grammes (son poids)

3 à 4 cm de large

3 à 5 cm de long

71 000 nouveaux cas de cancer chaque année

Et 8 870 décès …

 

Qu’est-ce que la prostate ?

Imaginez une châtaigne, située en avant du rectum et en arrière de la vessie. Cette glande produit, aidée des vésicules séminales, le liquide séminal qui forme avec les spermatozoïdes le sperme. Elle est traversée par l’urètre, le conduit par lequel passe l’urine et le sperme, d’où les symptômes urinaires en cas d’adénome, de cancer ou d’infection.

La journée

Des réunions d’information se tiendront dans toute la France (voir le programme). Un site urofrance.fr proposera des animations et des explications détaillées, ainsi que le témoignages de patients.

 

Les différents traitements

4 cancers sur 5 sont découverts à un stade peu avancé, localisé à la prostate. Le plus souvent, la tumeur évolue silencieusement puis la compression de l’urètre entraînera des signes urinaires. Que l’on attribue souvent à l’âge ! Alors consultez au moindre doute…

Grâce à la biopsie, la tumeur est analysée et détermine l’extension ou non aux ganglions et à d’autres organes, c’est ce que l’on appelle le stade TNM (soit Tumor pour tumeur, Nod pour ganglion, M pour métastase). Le score de Gleason mesure quant à lui l’agressivité des cellules cancéreuses, il est côté sur 10 (plus il est élevé, plus la tumeur est agressive). La valeur du PSA est également prise en compte et suivant ces différents paramètres, le traitement est adapté au patient. D’autres  comme la taille de la prostate qui contre-indique la radiothérapie et la curiethérapie, l’âge du patient, son état de santé

La chirurgie, appelée prostatectomie radicale retire la prostate et les vésicules séminales. C’est le traitement de référence pour les cancers localisés chez les hommes de moins de 65 ans. Ses limites ? Le risque de troubles sexuels et parfois urinaires.

La curithérapie consiste en la mise en place de grains d’iode radioactif dans la prostate afin de détruire les cellules cancéreuses. Des effets secondaires inflammatoires peuvent se manifester.

La radiothérapie externe est proposée en cas de cancers localisés, aux hommes de plus de 70 ans ou s’il existe une contre-indication à l’opération. Il est possible de souffrir, comme pour la curiethérapie, d’effets inflammatoires de la vessie, du rectum, de diarrhées, de troubles sexuels.

L’hormonothérapie a pour but de supprimer l’action de la testostérone, soit de manière médicamenteuse soit chirurgicale (via une ablation des testicules).Elle est administrée en supplément du traitement pour les cancers avancés, afin de faire régresser l’extension de la tumeur. Il est aussi possible de la proposer aux patients qui ont une forme peu agressive,  sans métastase.

Les ultrasons sont réservés aux tumeurs peu agressives ou aux récidives localisées. Ils sont administrés par voie rectale. Il n’y a pas assez de recul pour comparer les résultats aux autres techniques.

La chimiothérapie peut être utilisée contre les cancers métastatiques lorsque l’hormonothérapie ne fonctionne pas.

 Retrouvez des fiches sur chaque traitement sur le site urofrance.fr

Tous ces traitements ne vont pas sans effets secondaires : des troubles sexuels, à type de difficultés d’érection ou absence d’éjaculation (c’est l’orgasme sec, la sensation de plaisir est conservée mais sans éjaculer), éjaculation rétrograde lorsque le sperme se mêle à l’urine, après la chirurgie ou l’irradiation, ou encore baisse de libido après l’hormonothérapie ; des troubles urinaires (1 patient sur 10 garde une incontinence après un an) ; des fractures suite à l’hormonothérapie.

Mais de réels progrès ont entouré la prise en charge de ce cancer ces dernières années : les traitements font reculer la mortalité et de nouveaux sont à l’étude. De quoi redonner espoir à tous les hommes concernés et à leurs proches...