1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Sexualité : quels bienfaits physiques ?

Rédigé le 06/01/2020 / 0

De l'orgasme à la spiritualité, le sexe offre une palette enthousiasmante d'émotions,  de sensations, seul et à deux (ou plusieurs dans le polyamour), de sentiments. Mais les études scientifiques confirment-elles les bienfaits allégués de l'activité sexuelle ? Cette semaine, faisons le point sur différents atouts physiques...

Que l'on soit célibataire se masturbant ou profitant des plaisirs d'un sexfriend, en couple de longue date ou tout récent, la sexualité a de nombreux attraits. Si tant est que l'on s'y intéresse et que l'on s'offre le luxe de découvrir ou redécouvrir de nouvelles façons de se toucher ou de toucher, de se caresser ou de caresser, de s'aimer soi ou l'autre...  Elle réconcilie avec son corps, quiconque savoure les plaisirs qu'il offre. Mais que disent les études sur les bienfaits physiques de l'activité sexuelle ?

La santé du cœur et des vaisseaux

Dans un Allodocteurs de 2011, le Dr Claire Mounier-Vehier, cardiologue, expliquait que "l'activité sexuelle est bonne pour le cœur parce qu'on libère des endorphines relaxantes, cela dilate les vaisseaux. Comme toute activité sportive, l'activité sexuelle est bonne. Il est conseillé d'avoir une relation sexuelle une à trois fois par semaine."

Plusieurs raisons expliqueraient les bénéfices cardio-vasculaires de l'activité sexuelle. D'abord, c'est une activité physique qui améliorent les muscles, les tendons et les articulations et favorisent les fluctuations hormonales. Ce que modère le Dr Desvaux : "ce n'est pas un effort intense. A fortiori, les liens entre les deux relèvent davantage d'un ressort psychologique." En effet, l'activité sexuelle avec un(e) partenaire renforce l'intimité de la relation, majore sa qualité et par ce biais, peut avoir des bénéfices sur la santé. Une mauvaise santé physique perturbait la qualité de la relation et la sexualité. Enfin, une relation et une sexualité de qualité pourraient diminuer le stress, qui est un facteur de risque connu sur le plan cardio-vasculaire.

Une autre étude avait conclu que les femmes qui avec des rapports sexuels "de bonne qualité" avaient un risque réduit d'hypertension (pas les hommes). D'après cette étude, une activité sexuelle avec pénétration vaginale serait associée à une meilleure protection cardio-vasculaire au stress.

Le risque de cancer de la prostate

Une étude, parmi d'autres, avait montré que plus un homme éjaculait, moins il avait de risque d'avoir un cancer de la prostate. "C'est vrai avec plus de 21 éjaculations par mois, il faut tenir un bon rythme tout de même, s'exclame le Dr Desvaux. L'accumulation de stress oxydatif de produits de dégradation, contenus dans le sperme, favoriserait l'inflammation de la prostate. Et l'idée est qu'il faudrait drainer les toxines (c'est comme buvez, éliminez...)." Bonne nouvelle, le risque diminue à partir de 13 éjaculations mais l'étude contient des biais, donc pas de panique si vous êtes en dessous...

La sexualité avec un(e) partenaire pourrait booster les défenses immunitaires. C'était la conclusion ambitieuse d'une étude qui avait comparé des femmes sexuellement actives avec d'autres abstinentes depuis plus de 4 mois. Certes, il y avait des différences entre les 2 groupes mais les résultats nécessitent d'être répliqués par d'autres études et seules 32 femmes avaient été incluses.