1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Sextoys : la révolution des nouvelles technologies

Rédigé le 31/08/2016 / 0

Qu'apportent les nouvelles technologies dans le domaine du sexe ? Les sextoys traduisent-ils un phénomène de mode ou un véritable changement des pratiques sexuelles ? Un documentaire passionnant, réalisé en 2015, fait une revue des nouveaux jouets et s'interroge sur la sexualité du futur. Il pose des questions très intéressantes sur les rapports humains, à l'aune de la technique...

Le documentaire Technosexe, visible sur youtube, nous emmène d'abord au Japon, pays des bars à filles, des écolières en jupe courte et des héroines de manga, inspiratrices interdites du désir masculin. La sexualité y est érotique et ludique, belle et amusante : les sextoys sont vus comme des objets de plaisir au design de plus en plus glamour et amusant, très éloignés de ceux plus obscènes des sexshops. Avec un but affiché par les créateurs : démocratiser les jouets. On y découvre un groupe de jeunes Japonais préférant se masturber et utiliser un jouet, plutôt qu'avoir une relation avec une femme ("requérant trop d'énergie !"). Un timide confie être plus à l'aise avec les femmes virtuelles plutôt que réelles, celles-ci étant beaucoup trop intimidantes. Le sextoy signerait-il la mort des relations de couple traditionnelles ? C'est la principale critique des détracteurs des innovations sexuelles des nouvelles technologies…

Connecter les couples

Pourtant, de plus en plus sont destinés aux couples, leur offrant de retrouver l'aspect ludique de la sexualité. Les sextoys ne sont pas là pour remplacer le rapport sexuel mais pour l'enrichir de plaisirs variés et de sensations nouvelles, en solo ou en duo. La nouveauté, un ingrédient essentiel dans la sexualité… Utilisés intelligemment, sans excès et sans exclure les partenaires, les jouets apparaissent comme une façon de pimenter un peu plus les rapports.

A une époque où de nombreux couples vivent séparés, les sextoys connectés réconcilieraient les couples vivant à distance, avec le plaisir sexuel partagé. Il faudra encore attendre les sous-vêtements connectés, vibrant au gré des envies du partenaire, qui les contrôle à distance. Autre idée de génie pour les couples séparés, connecter les sextoys : on se voit et on se parle à distance, alors pourquoi ne pas se toucher ? Lui a un masturbateur, relié à un godemiché qu'elle utilise…. Si elle bouge son jouet, lui ressent le mouvement effectué.

Le futur nous réserve vraisemblablement des objets de plus en plus interactifs, pour le plaisir de tous. Mais ils ne trouvent pas (encore ?) leur public : peur de ces sensations provoquées à distance, jouets trop lourds à manipuler, peur d'un orgasme provoqué par un objet et non par une personne…

Cybersex, réalité virtuelle, love doll : avancée ou substitut ?

Les écrans offrent aussi des substituts : une femme virtuelle sur écran, dont vous avez soigneusement choisi les mensurations, est reliée à un masturbateur qui offre les sensations d'un rapport. A vous de choisir ensuite les positions voulues et les réactions de la femme. Et l'immersion est encore plus réelle, avec le masque de réalité virtuelle. Bientôt, le futur fusionnera ces deux technologies, les sensations du toucher, associées à la réalité virtuelle. Une avancée ou une régression ?

Mêmes les jeux vidéos s'y mettent avec le cybersexe et les avatars qui servent de maîtresses débridées : pour ses détracteurs le cybersexe traduit une misère sexuelle tandis que pour les amateurs développe l'imaginaire sensuel…

Les "robots sexuels" (love dolls au Japon, qui existent depuis 1 siècle) sont désormais personnalisables aussi bien au niveau du corps que du visage, avec une texture qui se rapproche de la peau et des muqueuses. Mais ne seraient-ils pas qu'un substitut féminin pour célibataires en mal de relations humaines ?

A chacun de se faire une idée sur ces joujoux modernes, qui impacteront vraisemblablement la sexualité de demain… A nous de les transformer en ingrédients pimentés du plaisir, à utiliser avec modération !

A lire pour en savoir plus :