1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Semaine du diabète : le point sur les troubles sexuels

Rédigé le 05/06/2015 / 0

C'est la semaine du diabète du 6 au 13 juin et l'occasion de parler de son éventuel retentissement sur la sexualité. Trouble de l'érection, éjaculation rétrograde, baisse de la libido ou encore sécheresse vaginale et infections peuvent perturber la vie sexuelle des personnes diabétiques, qui n'osent pas toujours en parler avec leur médecin. Or il existe des traitements pour retrouver une sexualité épanouie...

Précisons d'emblée que ces troubles sont loin d'être systématiques pour ne pas stresser les personnes diabétiques dont la vie sexuelle se porte bien ! Mais des complications sexuelles peuvent émailler l'évolution de la maladie et en parler tôt avec son médecin permettra à celui-ci de proposer un traitement.

Honneur aux dames

Les femmes sont plus exposées aux mycoses vaginales et aux infections, qui rendent les rapports douloureux. Un diagnostic précis amène à un traitement : des antifongiques (qui s'attaquent aux champignons responsables des mycoses) sont prescrits en ovule à insérer dans le vagin et/ou en crème à appliquer sur la vulve.

La sécheresse vaginale est également un problème : le diabète risque d'altérer les nerfs responsables de la lubrification, le phénomène qui "hydrate" le vagin. Résultat, la sécheresse rend la pénétration douloureuse et pousse parfois les femmes à abandonner la sexualité. Un traitement efficace peut pourtant être proposé aux femmes motivées, à l'aide d'ovules et de crèmes à appliquer plusieurs fois par semaine.

Les difficultés à atteindre l'orgasme ne sont pas rares. Quand il s'explique par des rapports douloureux, rendant le lâcher-prise impossible, il faut traiter la cause (infections, sécheresse), mais si il est lié à une atteinte des nerfs responsables de la sensibilité, au niveau du clitoris notamment, nous ne disposons pas de remède miracle pour le moment. Bien traiter son diabète pour garder une glycémie équilibrée est  le meilleur moyen de tenir à distance ce trouble.

Du côté des hommes

L'érection peut pâtir du diabète par atteinte des nerfs ou des vaisseaux qui entrent en jeu dans le mécanisme érectile. D'après l'association française du diabète, sur les 10 à 15% d'hommes souffrant de dysfonction érectile, 30 à 50% sont diabétiques. Et la fréquence de ce trouble augmente avec l'âge, la durée du diabète et un mauvais équilibre de la glycémie. Des traitements par comprimés, comme le Viagra et assimilés, ou des injections dans les corps caverneux remédient aux érections déficientes.

L'éjaculation se fait parfois en direction de la vessie, c'est ce que l'on appelle une éjaculation rétrograde. Elle ne dispose hélas pas de traitement.

La prostate s'infecte parfois et cette prostatite se manifeste par des symptômes urinaires, tels que les brûlures, les difficultés à uriner, ainsi qu'une pesanteur pelvienne. Lorsqu'elle devient chronique, des douleurs au moment de l'éjaculation sont possibles en plus des symptômes précédents.  Un traitement par antibiotique, adapté au germe en cause, solutionne la prostatite.

La baisse de libido dans les 2 sexes

Hommes comme femmes peuvent également souffrir d'une baisse de libido. Une maladie chronique a un retentissement psychologique, elle altère la confiance en soi, entraîne parfois une dépression.

Autre paramètre ayant un retentissement sur l'estime de soi : la prise de poids parfois entraînée par l'insuline, qui rend moins à l'aise dans son corps et moins confiant dans sa capacité de séduction. En cas de déprime ou de dépression, il ne faut pas hésiter à consulter un psychologue.

Un réflexe : consulter !

Devant un trouble sexuel, un seul réflexe : en parler à son médecin (diabétologue, généraliste, sexologue), qui prescrira un traitement.

En plus de l'observance stricte du traitement, la pratique régulière d'un sport, une alimentation équilibrée, le maintien d'un poids de forme et l'arrêt du tabagisme sont des mesures primordiales. Avec un objectif : maintenir la glycémie dans la norme et prévenir l'apparition de troubles liés au diabète.