1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Plan Q et sexfriend, le sexe sans l'amour

Rédigé le 06/09/2019 / 0

Premier article d'une série sur les différentes relations de couple, le plan Q et le sexfriend qualifient des relations sexuelles, plus ou moins éphémères, mais sans sentiment amoureux ni investissement dans la vie de l'autre. Zoom sur cette pratique sexuelle où le corps est libre et loin du cœur.

Le plan Q, comme son nom l'indique, se définit uniquement par des relations sexuelles d'un soir ou de plusieurs (il devient alors un plan Q régulier). Il s'accompagne parfois de sentiments amicaux, on le qualifie alors de l'anglicisme sexfriend.

Le symbole de son époque ?

Ce type de relations a probablement existé de tout temps. Les homosexuels l'ont longtemps pratiqué de façon beaucoup plus officielle et libre que les hétérosexuels mais depuis une bonne dizaine d'années, il devient plus fréquemment abordé et assumé chez ces derniers. L'avènement des sites et applis de rencontre a facilité son développement et il illustre sur un plan relationnel les innovations technologiques mais aussi sociétales. La rencontre sexuelle et amoureuse a réellement été modifiée par les sites et applis de rencontre, en facilitant la première et en retardant ou compliquant parfois la seconde.

Le plan Q et ses adeptes

"Cela fait 2 ans que j’enchaîne les plans Q, livre Alexandrine, âgée de 29 ans et qui a déjà connu 2 relations de longue durée, dont la dernière s'est terminée il y a 2 ans. Je n'ai que les avantages : je vois la personne quand j'ai envie de la voir, je garde mon indépendance et le contrôle sur la relation. Ce sont des plans Q améliorés, on ne se voit pas que pour le sexe puisqu'il y a des restaurants parfois, voire des cinés. Ce sont toujours des relations très respectueuses, fondées sur un bon feeling..."

Cette relation répond aussi à la capacité de dissocier corps et cœur : "Je considère le sexe et les sentiments amoureux comme deux choses différentes, analyse Marry, actuellement en couple libre. Si on peut s’amuser avec d’autres personnes, en se protégeant évidemment, tout va bien !"

Pour certains de ses adeptes, à l'instar d'Alexandrine, ce type de relations n'a même que des avantages : les bienfaits du sexe sans les inconvénients d'une relation suivie. "J'ai toujours été très indépendante de base et je trouve que j'ai une très grande qualité de vie. Je vis mes relations très bien, du moment que j’arrive à me regarder en face. J’y mettrai un terme le jour où je ne pourrai plus m’accepter dans ce genre de relations."

Pourquoi choisir ce type de relations ?

Le plan Q répond à bien des circonstances : l'envie de s'amuser ou de tester de nouveaux partenaires et de nouvelles pratiques, l'incapacité et/ou l'absence de volonté de s'investir dans une relation globale, les suites douloureuses d'une relation de couple classique qui a pris fin, la volonté de se protéger et de ne plus souffrir, le fait de ne pas rencontrer une personne qui inspire des sentiments amoureux, une incapacité à s'engager... Les raisons du plan Q sont presque aussi nombreuses que ses amateurs !

Parfois, on ne se retrouve tout simplement pas dans la relation monogame classique, qui a longtemps était imposée socialement (et l'est encore souvent). "Personnellement avant ma relation actuelle, je m’identifiais comme aromantique : en gros, je ne tombais pas amoureuse, raconte Marry. Hormis une relation longue durée exclusive, je n’ai eu que des histoires d’une nuit ou justement des « friends with benefits." Le plan Q peut ainsi répondre à une période de vie, avant de trouver un(e) partenaire et une forme de couple qui nous correspond vraiment.

Une relation qui lasse, ne convient pas ou fragilise

Mais les relations éphémères sont loin d'être toujours satisfaisantes : "J 'ai essayé les plans Q "classiques", mais ça ne me satisfaisait pas du tout, déplore Nicolas. J'avais vraiment l'impression de vouloir coucher avec un ami, que le sexe ne soit pas l'unique raison de notre rencontre...." Nicolas a désormais trouvé dans le polyamour des relations qui lui correspondent et le satisfont aussi bien sexuellement que sentimentalement.

De l'aveu d'Yves, divorcé depuis 4 ans, le plan Q peut en effet être lassant : "les corps s'enchaînent, finalement similaires les uns aux autres", et laissent un sentiment de lassitude et d'insatisfaction. Certes, la rencontre sexuelle est simple selon lui : "on s'échange quelques messages, on se chauffe, on se rencontre et on assouvit une pulsion sexuelle, c'est simple."

Mais ces relations éphémères ne sont plus forcément satisfaisantes au bout d'un moment et deviennent parfois déstabilisantes : "Après 10 ans de sexfriends et un gros coup de cœur qui n'était pas partagé, je me questionne sur ma capacité à faire une rencontre amoureuse, s'interroge Anne, 42 ans. J'ai parfois l'impression qu'enchaîner les sexfriends me rend moins capable de m'investir dans une relation plus classique. Mes besoins sexuels sont comblés par mes sexfriends et mes besoins affectifs par mes amis !"

Quand les sentiments s'en mêlent...

Le plan Q et le sexfriend ne posent aucun problème dès lors que la relation est respectueuse, protégée et claire : " je mets en garde dès le début mes sexfriends et s'ils s'attachent, je mets un terme à la relation car pour moi ça dérègle l’équilibre de la relation, prévient Alexandrine. La plupart sont contents car je ne leur demande aucun compte. Mais il arrive parfois qu’ils s’attachent, ils aimeraient que je sois un peu jalouse et que je leur rende des comptes.  Or nous n'avons aucun compte à nous rendre !"

Ainsi le décalage des sentiments est-elle une problématique récurrente : partager des relations sexuelles régulières favorise parfois l'émergence d'un amour qui pose problème dès lors qu'il est unilatéral. L'honnêteté dès le départ n'évite pas l'incontrôlable... et si dans le meilleur cas, la relation est susceptible d'évoluer vers un couple, comme pour Marry, le plus souvent elle se solde par une rupture devant un amour non partagé.

Pour ses détracteurs, le plan Q traduit d'une incapacité à s'investir dans une véritable relation ou d'une immaturité relationnelle...  Il faut reconnaître qu'il peut traduire une incapacité à s'engager, ponctuelle ou pas. La grande indépendante qu'est Alexandrine, fait preuve d'une grande lucidité : "Je pense clairement prendre la fuite devant toute relation amoureuse par peur de souffrir, reconnait Alexandrine. Quand je sens qu'il a de l'attachement, je prends mes distances et j'arrête la relation. Mais je crois que ça évoluera le jour où j'aurai trouvé la bonne personne et que je n'aurai plus envie de ça !" 

Il semble illusoire qu'un même schéma de relation exclusive et de longue durée corresponde à tout le monde, tout au long de sa vie. Le plan Q et le sexfriend sont parfois des alternatives épanouissantes et riches en plaisirs variés. Avec une condition : le préservatif et un dépistage régulier s'avèrent incontournables pour ne pas prendre et faire courir le risque d'infections sexuellement transmissibles et de grossesse...

A lire : Le plan Q, ethnologie d'une pratique sexuelle. Jean-François Bayart. Editions Fayard.