1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Les mythes qui entourent les travailleurs du sexe

Rédigé le 09/01/2015 / 0

Un article du Lancet s'en prend à 8 mythes autour des "travailleurs du sexe". La plus vieille profession du monde est entachée de nombreuses idées préconçues, notamment autour du VIH, idée qui dénigrent et marginalisent ceux qui la pratiquent. Des chercheurs ont souhaité leur opposer quelques études pour mieux les combattre.

1. Les "sexworkers" (littéralement travailleurs du sexe en anglais) sont des femmes : il est vrai que la plupart le sont mais il y a également des hommes, qu'ils soient homosexuels, hétéro ou bi, et des "transgenre" qui ont un risque accru de VIH.

2. Le célibat est de mise : d'après les auteurs, la plupart ont des relations stables, et sont souvent mariés ou en couple.

3. Ils ne veulent pas d'enfant… Plusieurs études sur des prostitués russes, africaines, avaient montré que respectivement 80 et 50%  avaient au moins un enfant.

4. Ils sont contraints à la prostitution ou victimes de la traite. Un étude avait estimé que 22% des 21 millions de personnes victimes de la traite étaient soumis à l'exploitation sexuelle. Au Cambodge, un autre travail avait évalué qu'entre 3 et 8% des travailleurs du sexe étaient victimes de la traite.

5. Les sexworkers n'utilisent pas de préservatifs. Des barrières existent entre la faible disponibilité des préservatifs, la volonté du client de pas utiliser de protection, la méconnaissance du risque d'IST, le fait que porter des préservatifs sur soi est utilisé par les policiers comme une preuve de la prostitution. Toutefois, des séances d'éducation sur l'intérêt du préservatif et la façon de convaincre un client d'en porter, diminuent le risque de survenue de VIH et d'IST.

6. Ce travail est illégal. Le statut varie en réalité suivant les pays : si dans certains endroits, il est effectivement illégal et passible de sanctions, dans d'autres il est légal et réglementé. L'Assemblée Nationale a adopté en 2013 une loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel". Les auteurs indiquent que des interventions de prévention sont efficaces, même dans les pays où l'activité de prostitution n'est pas légale.

7. Il ne s'agit pas d'un vrai travail… Selon l'Office International du Travail, les travailleurs du sexe bénéficient des mêmes droit que n'importe quel travailleur !

8. les lois contre le commerce du sexe ont un effet préventif efficace sur sa diminution.  Rien n'indique que la criminalisation de la prostitution diminue sa pratique. Au contraire, la criminalisation des clients pourrait contraindre les travailleurs du sexe à se déplacer dans des zones moins visibles (et donc plus dangereuses et moins accessibles aux programmes de prévention).