1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Le point sur la cyprine et les fluides sexuels féminins

Rédigé le 03/05/2019 / 0

Sécrétée sous l'effet de l'excitation sexuelle, la cyprine se pare de résonnances érotiques et sulfureuses. Pourtant, son rôle dans la lubrification féminine est soumis à caution. Plusieurs autres fluides sont produits par la vulve et le sexe.

La cyprine serait la manifestation physique de l'excitation sexuelle : elle correspondrait au liquide produit, sous l'effet de l'excitation sexuelle, par les glandes de Bartholin, deux glandes situées dans la moitié inférieure de la vulve, de part et d'autre de l'orifice du vagin. Ces glandes sont désormais appelées glandes vestibulaires majeures.

Plus ou moins transparente et liquide selon les femmes et les circonstances, la "cyprine" lubrifierait donc la vulve et l'entrée du vagin ; elle facilite ainsi la pénétration du pénis dans le vagin.

Mais pourquoi utiliser le conditionnel... ? En réalité, ce rôle n'est pas officiellement prouvé et il serait très limité, avec simplement quelques gouttes produites (source : Manuel de sexologie, éditions Masson).

Cyprine versus vagin ?

C'est en fait la lubrification du vagin qui contribue à celle de la vulve... Elle se fait via un mécanisme très particulier : un liquide transsude (traverse) des vaisseaux vers les parois du vagin. Sous l'effet de l'excitation sexuelle, la vascularisation des zones génitales augmente en effet et la lubrification du vagin aussi. C'est la transsudation vaginale. Ce liquide rend le va-et vient du pénis, d'un doigt ou d'un sextoy, beaucoup plus facile et sans douleur.

Toutefois, dans l'imaginaire érotique, la cyprine se pare encore d'une aura beaucoup plus sulfureuse, que le mot "transsudation vaginale" !

Et la femme fontaine ?

L'émission fontaine se compose en fait de deux phénomènes différents. L'un produit par les glandes près de l'urètre (dont les glandes de Skene), il est épais et blanchâtre et produit au moment de l'orgasme, dans des quantités très variables d'une femme à l'autre ; c'est l'éjaculation féminine proprement dite. Et l'autre issu de la vessie, qui peut être d'une quantité importante et nécessiter des protections sur le lit ! 

Les autres sécrétions

D'autres sécrétions sont présentes : au niveau de la vulve, un ensemble glandes (dites vestibulaires mineures) tapissent la surface des grandes et petites lèvres. Elles sont composées de glandes sudoripares, qui produisent la sueur, et sébacées, qui forment le sébum. Elles produisent un liquide épais et blanchâtre, l'équivalent du segma produit par les hommes ; c'est le principal responsable de l'odeur sexuelle, qui stimule de nombreux hommes mais qui gêne aussi souvent les femmes. Il a pourtant un rôle protecteur !

La glaire cervicale, ce liquide plus ou moins filant durant le cycle, est sécrétéepar les cellules du col de l'utérus. Elle est épaisse durant une grande partie du cycle pour empêcher les spermatozoïdes d'accéder à l'utérus mais au moment de l'ovulation, elle se liquéfie pour faciliter leur passage et leur fournir de l'énergie pour qu'ils parviennent jusqu'à l'ovule. 

Le corps de la femme fourmille de sécrétions pour faciliter la sexualité et la proc

Sponsorisé par Ligatus