1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Le lieu de travail : usine à fantasme ou lieu de rencontre durable ?

Rédigé le 26/06/2020 / 0

L'entreprise voit éclore d'après l'IFOP, de fréquentes relations, qu'elles soient purement sexuelles ou sentimentales. Un tiers des sondés y a déjà eu des rapports sexuels, un cinquième y a rencontré son partenaire actuel. Succomber à la tentation sur son lieu de travail, une relation intense qui nécessite quelques précautions...

C'est une usine à fantasmes si l'on en croit l'IFOP, qui a effectué en 2018 une enquête sur la "drague au travail"... 1009 Français ont répondu aux questions de l'IFOP, qui dégage quelques analyses intéressantes. Précision, les sondages donnent des tendances à un instant t, fondées sur des déclarations et donc les résultats sont soumis à précaution.

Usine à fantasme et lieu de rencontre durable 

Plus d’un homme sur deux contre moins d’une femme sur trois a déjà fantasmé sexuellement sur un(e) personne de leur entreprise. En termes de passage à l'acte, les femmes sont aussi nombreuses à y avoir fantasmé sur quelqu'un (30%) qu'à s’être livrée à un jeu de séduction (27%). En revanche, si un homme sur deux (53%) a déjà fantasmé sur un(e) collègue, ils sont à peine un tiers (36%) à avoir tenté d’en séduire sur leur lieu de travail...

Le lieu de travail décuple la tentation de relations extra-conjugales : une personne sondée sur quatre admet s’être déjà livrée à un jeu de séduction avec un(e) collègue rencontré(e)sur le travail (ex : dirigeant, collègue, stagiaire...) alors qu’il était en couple avec quelqu'un d’autre. Près d’une personne sur six en couple déclarent avoir une aventure extraconjugale avec quelqu'un rencontré dans leur milieu professionnel.

Au total, 35% des sondés ont déjà eu des relations sexuelles avec quelqu’un de leur milieu professionnel, quel que soit leur rang hiérarchique. Mais le lieu de travail n'est pas seulement le lieu d'adultères légers et purement sexuels... 14% des sondés, actuellement en couple, ont trouvé leur partenaire dans un espace lié à leur activité professionnelle.

Davantage d'intensité... mais aussi de complexité

Le temps passé sur le lieu de travail fait émerger de belles complicités, des affinités, des jeux de regards et de frôlements qui attisent l'excitation. Le côté interdit de la relation, très souvent cachée aux collèges d'après l'IFOP, ravive la transgression et il décuple l'intensité... L'entreprise a l'avantage d'être pratique : les partenaires se voient souvent et n'ont pas à trouver d'excuse s'ils sont déjà en couple. Mais contrairement aux idées reçues, cette facilité ne pousse pas à consommer la relation dans les bureaux : dans le sodnage, seul un tiers des personnes concernées admettent s’être déjà livrées à des ébats ou à des jeux sexuels sur leur lieu travail, les chefs d’entreprises étant deux fois plus nombreux que les salariés à s'adonner aux ébats intra-professionnels...

La majorité des couples formés en milieu professionnel préfèrent la discrétion (53%) et n'en parlent pas à leurs collaborateurs. Afficher sa relation avec des baisers à pleine bouche à la cafétéria ou des danses langoureuses lors des soirées professionnelles, fait courir le risque de se décrédibiliser ou d'être l'objets de plaisanteries douteuses. A voir si l'on assume ou pas !

Il n'est pas non plus toujours facile de travailler avec une personne avec qui l'on partage une intimité, notamment si la relation est hiérarchique : d'une part, trouver l'équilibre entre les sujets professionnels et personnels n'est pas toujours évident et cela nécessitera de développer d'autres centres d'intérêt. D'autre part, accepter et bien vivre les ordres, les remarques négatives, n'est pas toujours simple. De plus, attention aux relation manager-managé(e) avec le risque de harcèlement sexuel qui nécessitera un signalement s'il est avéré et une prise en charge de la personne harcelée.

Enfin, une rupture agitée ou décidée de façon unilatérale, laisse augurer de moments éprouvants pour celui ou celle qui a été quitté(e), forcé(e) de croiser quotidiennement son ex-partenaire.

Ces freins ne semblent pas gêner les sondés et de très belles histoires ont vu le jour sous l'auspice de l'entreprise...