1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Le couple "classique", l'exclusivité avant tout

Rédigé le 13/09/2019 / 0

Après le plan Q et le sexfriend, je poursuis l'exploration des différents types de couple, avec la relation exclusive. Si la fidélité est au cœur du couple, l'engagement à s'aimer toute leur vie est un travail quotidien, pour les deux partenaires.

La relation "classique", axée sur la fidélité, reste probablement la plus fréquente ou la plus officielle, reconnue et assumée. Certes, l'augmentation du nombre de divorces* et de la diminution du nombre de mariages* traduit le désamour des Français pour cette union, mais pas forcément pour ce type de relation puisqu'en parallèle, le nombre de pacte civil de solidarité augmente.* Et bon nombre de couples non mariés ni pacsés choisissent une relation exclusive, qu'ils vivent ensemble ou pas. Le couple exclusif se fonde sur un engagement moral et physique et il repose le plus souvent sur un contrat de confiance.

Un projet de vie personnel et souvent familial

La relation s'inscrit dans un projet de vie personnel, où les deux partenaires s'aiment et se désirent à l'évidence, mais font des projets ensemble, comptent aussi l'un sur l'autre et se font aussi évoluer au sein de cette relation dédiée l'un à l'autre. "Mon couple m’a permis, et me permet encore, de me construire et de me nourrir grâce à nos échanges, à l’attention portée par mon mari, à ses réflexions ses analyses, conseils…" constate Julie mariée depuis 18 ans à Laurent, qu'elle connaît depuis 24 ans.

"La relation apporte aussi son lot de débats, de différences, de questionnements, qu’ils aboutissent à un enrichissement ou à une conciliation, s'exclament d'une même voix Cléo et Marc-Antoine, ensemble depuis 13 ans. Elle nous rend meilleurs en nous poussant à progresser dans les conciliations nécessaires, pour cultiver notre amour et le plaisir d’être ensemble car nous savons à quel point un couple est fragile, comparable à une coupe de champagne qu’il faut entretenir avec soin pour y déguster le meilleur des breuvages." 

Le couple se fédère souvent autour d'un projet de vie familial : "Ma famille a une place essentielle dans ma vie et s’articule autour du couple, analyse Marie, 38 ans, mariée depuis 15 ans et ayant 2 enfants. J’ai besoin de beaucoup partager avec mon mari, d'échanger autour du quotidien, des choses anodines comme des choses plus essentielles."

"Ma relation avec Julie constitue, avec ma paternité, le centre de ma vie, confirme Laurent. Elle constitue une véritable joie quotidienne et un réconfort permanent. Néanmoins, je ne me considère pas comme dépendant d’elle car c’est chaque jour un choix assumé et volontaire." En effet, le concept d'ils vécurent d'amour et d'eau fraîche est loin de couler de source, lorsque les deux partenaires sont confrontés aux écueils de la vie commune, à la logistique d'une famille, aux confrontations inévitables, aux contraintes professionnelles de l'un et de l'autre... Il est alors facile de s'éloigner ou de vivre en parallèle si l'on n'y prend pas garde.

Une relation qui s'entretient au quotidien

"La communication est très importante, même s’il n’est pas toujours facile de ne pas évoluer en parallèle en raison des contraintes professionnelles et familiales, reconnait Marie. Nous essayons de nous retrouver régulièrement pour préserver cette proximité."

En plus du dialogue et de temps de qualité passé ensemble, la relation se nourrit aussi d'intimité sexuelle mais aussi psychologique, de tendresse et de séduction quotidiennes.

"Ma relation crée également un espace réconfortant et ressourçant face aux difficultés de la vie, à la fatigue, aux contrariétés… constate Julie. Avec le sentiment sécurisant d’être aimé pour soi-même. Ce sentiment ne doit cependant pas aboutir à une passivité où l’amour serait uniquement réconfortant. J’aime le caractère dynamique d’une relation. C’est du « travail », de l’exigence avec dans certain cas, même du dépassement de soi !"

L'exclusivité, fondamentale

Historiquement, la fidélité a été prônée par l'Eglise comme pierre angulaire du couple mais elle assurait aussi la paternité du mari mais elle se retrouve dans différentes cultures et religions. Aujourd'hui, elle repose davantage sur la culture des partenaires, leurs sentiments lorsqu'ils sont associés à l'exclusivité, leur religion ou spiritualité, sans oublier les normes sociales et/ou parentales. Pour chacun des 3 couples interviewés, elle est indispensable et même fondatrice de leur engagement.

"Je crois à une relation qui se construit et s’enrichit avec le temps, et j’ai du mal à penser qu’une infidélité est compatible avec une relation épanouie, estime Julie. Une infidélité ne conduirait pas forcément à une rupture mais à une remise en cause et des questionnements très certainement." Laurent partage ce point de vue en estimant que "l'infidélité introduit le mensonge qui tue l’amour", même s'il est plus nuancé sur l'infidélité psychologique.

"La fidélité sexuelle est essentielle pour moi, analyse Marie. Pour moi, il n’y a pas de relation possible sans confiance, je ne conçois pas qu’on puisse être investi à 100 % dans une relation de couple sans exclusivité. Et il me paraît indispensable d’être en permanence connectée psychologiquement avec mon mari, je vivrais très mal le fait d’avoir quelqu’un d’autre en tête et de me projeter dans une autre relation." Même si elle reconnaît que leur relation est relativement jeune (15 ans).

Le spectre de l'infidélité

Pour un couple qui s'est juré fidélité, l'adultère est évidemment une épreuve. Elle est en augmentation, en tout cas celle affichée dans les sondages, fondés sur des déclarations... Selon un sondage Ifop, paru en 2017, l’infidélité toucherait 49% des hommes et 37% des femmes au cours de leur vie. 

"Il y a eu un épisode d'infidélité au tout début de notre couple (à peine un mois), ce qui a beaucoup compté dans notre manière d’y répondre, se livre Marc-Antoine. La fidélité n’était pas la source du problème et elle n’a été qu’une échappatoire par rapport au vrai sujet : veut-on l’un et l’autre vraiment être ensemble, au-delà des difficultés ?" Claire enchaîne ainsi : "Cet épisode a permis de nous confronter à des questionnements essentiels (sentiments pour l’autre, envie d’être ensemble, projection d’un avenir commun). Elle a apporté une immense force aux réponses qui en sont sorties. En revanche, elle a amené de la souffrance et des doutes qui ont mis des mois à guérir." Même si dans ce cas, le couple était jeune, la capacité à dépasser la problématique de l'infidélité, le fait de dialoguer, de se remettre en question et de voir son avenir ensemble, semblent fondamentaux.

Pour Marie, cet épisode a pris la forme d'une simple suspicion qui a fait évoluer le couple : "il a fallu beaucoup d’explications de la part de mon mari pour lui faire confiance, le croire et ne pas en souffrir. Au final je pense que cette période même si elle a été difficile à vivre, nous a rapprochés car elle nous a forcés à nous interroger sur ce que nous souhaitions pour l’avenir, sur la force de notre engagement et sur notre capacité à faire face aux doutes et aux difficultés de la vie. Cela rappelle aussi que l’on est vite absorbé par le quotidien mais qu’il est important de ne pas perdre de vue l’essentiel et de le préserver..."