1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Kâma-Sûtra : Voyage au pays de l'érotisme indien

Rédigé le 02/10/2014 / 1

Avec son exposition sur le Kâma-Sûtra, la Pinacothèque ouvre un monde fantasmatique et onirique, où l'érotisme devient sacré et l'union charnelle un accomplissement. Un bel hommage à cet écrit, père de la littérature érotique…

Rédigé au 4ème siècle par un brahmane, sous la forme de vers, le Kâma-Sûtra offre aux Indiens une culture de l'érotisme difficile à comprendre pour les Occidentaux, très empreints des traditions judéo-chrétiennes et de la culpabilisation du plaisir. "Si dans le christianisme, Dieu est Amour, en Inde Dieu fait l'amour", écrivait Michel Angor dans l'Art érotique hindou. Kâma est en effet le dieu de l'amour dans la religion hindoue...

En Orient, les œuvres traditionnelles ont une fonction religieuse : l'érotisme est sacré, la pratique sexuelle est assimilée à la pratique rituelle, et vice-versa, puisque la sexualité donne la vie, est une véritable force créatrice et permet de se régénérer.

L'exposition présente plus de 300 œuvres, en suivant l'ordre des 7 livres du Kâma-Sûtra : Les Méditations ; L'art de faire l'amour ; L'art de faire la cour et le Mariage ; La conduite de l'épouse ; Séduire les femmes des autres ; la Courtisane ; Les aphrodisiaques et les charmes.

Cette exposition est un voyage initiatique au pays de la sexualité sacrée, à partager avec son amant et tous ceux qui aiment l'amour !

Une mythologie sexuelle

Je vois ces écrits comme une sorte de mythologie sexuelle, de représentations rituelles sacrées qui louent l'acte sexuel, mettent les Dieux et les hommes dans des situations souvent peu réalistes. Le Kâma-Sûtra est pourtant auréolé d'une réputation sulfureuse en Occident et témoigne d'une grande maîtrise sexuelle pour bon nombre d'amants.

Or l'idée reçue qu'un bon amant connaît son Kâma-Sutrâ par coeur persiste. Elle est pourtant erronée : certes, la variété alimente le désir mais la surenchère le plombe….

Les couples peuvent s'inspirer de certaines positions pour pimenter leur sexualité, y insuffler un peu de nouveauté, alimenter leurs fantasmes. A la Pinacothèque, les représentations, sous la forme de dessins, sculptures et pièces de bois sont vraiment belles, souvent érotiques, parfois amusantes tellement elles sont irréalistes mais elles célèbrent toutes la beauté de l'union charnelle.

En les transposant à sa propre sexualité, le principal risque est de sombrer dans une gymnastique acrobatique, de se déconnecter de son corps et de ses sensations. Si l'on se concentre uniquement sur la position à adopter, mettre le pied droit ici, la main gauche là, pencher la tête de telle manière,… on s'éloigne de son plaisir et de celui de l'autre. Et  on risque de tomber dans la recherche de performance, en enchaînant des positions toujours plus nombreuses et sportives et en devenant spectateur de nos rapports… C'est le meilleur moyen de chasser le plaisir !

Le juste milieu est souvent invoqué dans le bouddhisme, il est aussi intéressant en matière de sexualité : diversifier sa sexualité si l'on en a envie, oui ; tomber dans la surenchère mécanique et acrobatique, non…