1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Ejaculation prématurée : ralentir le rythme…

Rédigé le 13/01/2012 / 2

C’est le problème sexuel le plus fréquent, l’éjaculation prématurée toucherait 1 homme sur 3. Des pistes pour comprendre et mieux contrôler votre éjaculation.

QU’est-ce que c’est ?

L’éjaculation prématurée a lieu avant la pénétration ou quelques minutes après. En pratique, c’est surtout l’impossibilité d’avoir un rapport satisfaisant pour les 2 partenaires qui est prise en compte.

L’éjaculation est un phénomène réflexe qui survient à un certain seuil d’excitation, souvent en même temps qu’un orgasme. Spontanément, elle est donc impossible à contrôler. Pas de panique, il existe des techniques pour apprendre à la ralentir.

 

Quelle est l’origine ?

Il y a déjà des causes physiques à éliminer : prostatites, infections du gland ou MST, un frein trop court, un phimosis, une cicatrice douloureuse ou même des hémorroïdes (du fait de la souffrance qu’elles induisent) ! Bonne nouvelle, une fois ces causes traitées, votre éjaculation devrait être normalisée.

Tout va bien sur le plan physique ? Alors il va falloir chercher dans la psychologie : hé oui, le 1er organe sexuel est le cerveau ! Stress, angoisse de ne pas satisfaire sa partenaire, peu de confiance en vous sur le plan sexuel, fatigue, 1ers rapports ou rapports rares, trouble de l’érection,… ce sont toutes des causes fréquentes d’EP.

Un cercle vicieux se met en place : le 1er « échec », vécu comme tel entraîne la peur d’un 2ème échec. Et l’angoisse va accélérer encore plus l’éjaculation.

 

Quel traitement ?

Certains antidépresseurs ralentissent le seuil de l’éjaculation mais ils ne traitent pas la cause du problème, juste le symptôme. Idem pour les préservatifs avec un gel anesthésiant, qui peut être dangereux. Attention aux effets secondaires…

Alors réfléchissez bien : une thérapie avec un sexologue peut vous donner accès à un plaisir inouï et inconnu ! Et cette prise en charge se fait sur plusieurs axes :

Prenez le temps… le temps de caresser votre partenaire, de l’embrasser, de la câliner, de ne pas la pénétrer  tout de suite. Non, la sexualité n’est pas du temps perdu ! Et vous devez apprendre à consacrer du temps  au plaisir des préliminaires, avant la jouissance de l’orgasme. Prenez du recul par rapport à vos sensations.

Détendez-vous… Plus facile à dire qu’à faire, je sais. La relaxation fait partie intégrante du traitement. Si vous êtes plus détendu pendant l’acte sexuel, vous vous libèrerez de l’angoisse (de la performance par exemple), du stress du rapport. Et cela freine l’éjaculation. Faites de la sophrologie par exemple.

Variez les plaisirs et le rythme : plus vous avez de plaisir, plus vous accélérez le rythme des « va-et-vient ». Et c’est cela qui vous mène à l’éjaculation. Alors tentez de ralentir les mouvements.

Les exercices de Kegel vous aideront à mieux connaître votre corps et le contrôler.  

 

Et faites des travaux pratiques… Commencez d’abord en vous masturbant puis aidez-vous de votre partenaire si vous avez une relation complice et qu’elle désire vous aider. La technique « stop and go » (ou Master and Johnson) consiste à stimulez votre pénis (ou faire stimuler) et arrêtez le rapport juste avant l’éjaculation. Détendez-vous pour diminuer l’érection et recommencez… Le but ? Apprendre à reconnaître les signes imminents de l’éjaculation et prendre de la distance pour ne pas être débordé par eux.  Et plus vous ferez l’exercice, plus vous vous rapprocherez du point critique et améliorerez votre connaissance de l’éjaculation. Et vous déterminerez le point de « non-retour » que vous ne devez pas franchir si vous ne souhaitez pas éjaculer.

Si votre partenaire n’es pas associée aux T.P., c’est à elle de jouer maintenant : elle effectue des stimulations diverses (attention, pas de pénétration !), et vous stoppez tout quand vous vous rapprochez du point E –appelons-le comme ça…  Faites ces exercices pendants plusieurs jour. Et quand vous êtes prêt, passez à la pénétration, allongé sur le dos. Votre partenaire est sur vous et doit effectuer des va-et-vient de plus en plus rapides. A vous de la stopper dès que vous sentez l’éjaculation venir. Puis on se détend et on recommence !

Autre variante : le squeeze, vous ou votre partenaire  enserre la base du gland et la serre dès que vous arrivez au point E. Comprimez le bout de la verge marche aussi.

Vous pouvez aussi coupler les 2 techniques.

 

Patience et assiduité sont indispensables pour couronner de succès votre thérapie ! Car l’efficacité est d’autant plus grande que vous êtes suivi par un sexologue, associant différentes techniques comme la relaxation…

Sponsorisé par Ligatus