1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Couple : amour ou habitude ?

Rédigé le 12/01/2017 / 0

La question peut sembler étrange, notamment aux amoureux qui viennent de se rencontrer et sont encore tout feu tout flamme. Mais avec le temps, il n'est pas toujours simple de savoir si l'on s'aime encore, ou si l’on est simplement habitué à la présence de l’autre.

Les débuts sont toujours intenses, excitants et flamboyants. En cause, l'explosion de neurotransmetteurs dans le cerveau, friand de nouveauté. L'être aimé nous manque quand il est absent, on a envie de le toucher, de l'embrasser, de jouir et de ressentir cette explosion d'hormones, si apaisantes. Au bout d'un certain temps, l'habitude s'installe confortablement, l'ocytocine (l'hormone de l'attachement, sécrétée par la mère lorsqu'elle allaite, par les amants, etc) fait son travail et l'attachement se noue. Une certaine routine se met en place et tous les couples y sont confrontés un jour. Elle n'est pas forcément négative, contrairement à ce que l'on entend partout ! Elle a un côté très rassurant, lorsqu'elle s'accompagne de tendresse et d’attentions. Mais certains la gèrent mieux que d'autres, notamment en développant des centres d'intérêt communs et en gardant une sexualité épanouie. Ils sont vigilants à ce qu'elle ne plombe pas leur couple et ne s'accompagne pas d'habitude…

Habitude et ennui, ennemis du couple

L'habitude est inhérente à la vie et n’est pas réservée aux couples. Mêmes les célibataires y sont confrontés ! Certains rituels alimentent le couple, par exemple avoir un restaurant en amoureux toutes les semaines ou une soirée surprise tous les mois. D'autres habitudes le tuent : un missionnaire tous les samedis soirs n'est plus très excitant à la fin, pour celle qui rêve d'une Amazone le mercredi matin ou celui qui aimerait un quickie de temps en temps .

Certaines personnes la tolèrent mieux que d'autres, certains en ont même besoin s'ils ont un tempérament anxieux si la nouveauté les angoisse. Or dans un couple, celui qui est routinier devient prévisible, il ne voit pas l’habitude s’installer et ne fera rien pour la rompre. Par conséquent, son partenaire peut se lasser et s'ennuyer ferme !

Or l'ennui crée un vide, tout d'abord en soi ; il donne parfois envie d'aller voir ailleurs pour le combler (de façon sexuelle ou affective). De plus, il s'instille entre les deux amoureux et il les éloigne l’un de l’autre. Il risque de leur faire prendre des chemins différents, avec des vies parallèles, où ils ne partagent plus rien…

Est-ce grave ?

Oui, si le plaisir d'être avec l'autre se transforme en indifférence, pire en sentiments négatifs. Les conflits risquent de se multiplier, celui qui s'ennuie est "absent"  ou il devient plus terne, plus triste. Les rapports sexuels se raréfient.

Toutefois, certains couples s'accommodent très bien de l'habitude et de l'ennui ; chaque partenaire développe d'autres centres d'intérêt ou s'investit plus dans une des sphères sociale, professionnelle, associative,… Ce qui ne pose pas de problèmes si les deux en sont conscients et acceptent ce « contrat » tacite. D'autres couples, en revanche, ne la supportent pas et font tout exploser : en trompant ou en rompant…

En parler ou pas ?

En parler, avant d'arriver au point de rupture révèle une faiblesse du couple. Mais elle peut être temporaire, grâce à cette prise de conscience et aux efforts entrepris pour y remédier. C'est une façon saine de gérer la situation.

Il est important de ne pas faire d'accusations ("tu ne fais aucun effort", « tu n’as plus envie d’être seul avec moi», etc), mais au contraire de mettre les choses à plat en analysant à deux les changements à mettre en place. Où se situe le problème ? Dans quelles circonstances s'est-il installé (départ des enfants, changement professionnel, excès de travail,…) ? Quelles sont les améliorations concrètes à apporter ? Par exemple, instaurer davantage de rituels de couple ou passer plus de temps ensemble par exemple, mais en privilégiant les moments de qualité…

Chaque couple doit trouver l'équilibre entre ceux consacrés au couple et ceux plus personnels. Les premiers sont indispensables pour partager des activités, des instants plus intimes, à deux et d’autres plus sociaux, entre amis. Les seconds sont là pour avoir chacun son "jardin secret » et injecter de l'oxygène dans le couple. Ils permettent aussi de mieux se retrouver à deux…

Cet équilibre est fluctuant avec le temps, les circonstances, les épreuves. D'où la nécessité de faire des points réguliers sur les besoins de chacun et ceux du couple. Enfin, une thérapie de couple est un excellent moyen de repartir sur de bonnes bases, lorsque la communication est rompue et l'envie de se retrouver, partagée par les deux.