1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Cinq idées reçues sur le couple

Rédigé le 05/08/2015 / 0

Après les idées reçues sur la femme et sur l'homme, réunissons-les le temps d'un article pour faire le point sur la sexualité du couple à travers 5 idées préconçues. Un orgasme simultané et des rapports 3 fois par semaine sont-ils incontournables pour être heureux sous la couette ? Le mariage d'amour a promulgué la fidélité en pierre angulaire de l'union mais le couple est-il voué à se séparer en cas d'adultère ? La jalousie est-elle une preuve d'amour ? Quelques réponses pour se démarquer des préjugés qui collent à la peau du couple…

  • Une sexualité de couple réussie passe par un orgasme simultané

Faux

Pourquoi considérer l'orgasme simultané comme le Graal de la sexualité ? Pour ceux qui voient le rapport comme une "communion sexuelle", il traduit la fusion ultime, la jouissance totalement partagée. Beaucoup assimilent cette "fonte" l'un dans l'autre comme un plaisir suprême. Sa rareté exacerbe aussi son aura particulière. De plus, l'orgasme simultané ne présente pas un "intérêt" colossal si l'on reste sur un plan purement sexuel : l'intensité du plaisir physique n'est pas plus grande.

Mais à force de le chercher, il s'éloignera sûrement, avec le risque de ne plus accéder à son orgasme en focalisant sur lui et non plus sur ses sensations physiques et l'érotisme du rapport. Dommage de gâcher la complicité sensuelle pour un trophée improbable ! Alors explorez votre sexualité, découvrez vos corps et amusez-vous sans penser à une performance simultanée aux antipodes de l'épanouissement sexuel.

  • L'infidélité sonne le glas du couple

Vrai et faux

Tout dépend de l'importance de la fidélité dans le couple.

Dans un sondage Ipso de 2010, 21% des hommes et 13% des femmes avouaient avoir déjà été infidèles au cours des 5 années précédentes. Par amour ou désir pour un autre que leur partenaire, pour flirter avec la nouveauté, par vengeance de l'infidélité du conjoint entre autres raisons…

Pour la majorité des Français, la fidélité est une valeur de couple primordiale et fouler aux pieds ce pacte d'amour blesse terriblement : la confiance est piétinée, la trahison violente, la blessure parfois irrémédiable. Certaines personnes sont incapables de pardonner l'adultère, d'autres y arrivent… La capacité personnelle de pardon entre bien sûr en jeu pour surmonter ce choc conjugal. Tout comme une analyse honnête des raisons qui ont poussé à tromper : une difficulté individuelle ou dans le couple, un manque (sexuel, émotionnel, intellectuel,…). Réussir à se remettre en question et à remettre en questions un couple que l'on pensait solide, dans un climat devenu empreint de défiance, de colère, d'anéantissement parfois, est sans doute l'épreuve la plus compliquée…

Et pourtant, certains couples y parviennent : l'amour qu'ils se portent mais surtout la volonté de surmonter ce traumatisme ensemble sont les fondements de cette nouvelle étape. Comme le dit Blandine de Dinechin dans un Allodocteurs en date du 02/2015, " "Ce qui est important de comprendre, c'est qu'on n'est pas un couple parce qu'on a un passé, on est un couple parce qu'on a envie de passer le futur ensemble."

  • Pour être heureux en couple, il faut faire l'amour 3 fois par semaine

Faux, faux et archi-faux

Qu'elles sont agaçantes, ces normes chiffrées qui n'ont aucun sens !

D'après les statistiques*, les Français déclarent avoir 8,7 rapports par mois. Cette fréquence diminue avec l'âge et suivant la durée de la relation (12 rapports mensuels quand le couple est ensemble depuis moins de 6 mois versus 8 si la durée dépasse les 5 ans).

De quoi angoisser tous ceux qui sont en dessous…  "mon couple est-il en train de prendre l'eau ?"  Or répétons-le encore une fois : il n'y a pas de normalité en matière de sexualité ! En revanche, il est pertinent de se poser la question de la satisfaction sexuelle (en dehors du nombre de rapports et d'orgasmes imposés par les magazines bien sûr) : la qualité des rapports prime sur la quantité… Une étreinte qui fait vibrer tous les quinze jours comble largement plus qu'un rapport quotidien sans plaisir. En effet, le désir se nourrit des plaisirs passés et anticipés et la sexualité dans un couple n'est pas fixe, elle varie suivant les périodes et c'est normal !

Que faire lorsque l'un est frustré ? Car l'un des écueils du couple est la différence de désir sexuel dans le couple : les besoins sont rarement au diapason. Si ce décalage est ponctuel, il vaut mieux laisser de l'espace à celui ou celle qui a moins envie. S'il se prolonge, autant lancer une discussion. Celui dont la libido défaille peut l'expliquer gentiment, avec un "je" moins agressif que le "tu" agressif, en rassurant sur ses sentiments pour éviter que le conjoint en demande ne se sente rejeté et doute des sentiments de sa partenaire.  Retrouvez ici les conseils pour les couples dont les besoins diffèrent.

* Enquête Contexte de la sexualité des Français datant de 2006, sous la direction de Michel Bozon

  • S'il m'aime, il devrait deviner ce que je souhaite

Faux

C'est tellement facile de se dédouaner sur son partenaire : "s'il ne comprend pas ce dont j'ai envie (au lit ou ailleurs), c'est qu'il ne me désire pas ou ne m'aime pas". Au-delà de la facilité, cette phrase traduit de l'immaturité : c'est l'autre qui est responsable de mon bonheur, qu'il soit sexuel ou conjugal, ce n'est pas moi. Ainsi si je suis malheureux(se) ou si je ne suis pas comblé(e), je n'ai pas à m'en prendre à moi-même ni à me remettre en question, mais juste à décharger ma colère et mes doutes sur l'autre.

Chaque individu est responsable de son propre bonheur et en couple, il participe au bonheur de celui qu'il aime sans en être responsable. Cette harmonie à deux passe par la communication : eh oui en dépit d'un très grand amour, la télépathie n'est toujours pas possible ! Si l'on ne communique pas ses envies, ses questions, ses plaisirs, il est impossible que la personne qui partage notre vie et notre lit comprenne nos besoins. Besoins et désirs qui changent en plus avec le temps et évoluent… Le dialogue est vital pour le couple, quelque soit le domaine où l'envie de changement se passe. Se réserver un moment à deux par semaine ou par mois où chacun parle de soi en profondeur, sans tabou est primordial. Et sans être dérangés par les enfants, la belle-mère, le boss ou le chien !

  • La jalousie est normale dans un couple, c'est une preuve d'amour.

Plutôt faux

Etre jalouse de cette blonde sexy en diable qui parle à votre ami depuis 2 heures, c'est normal et plutôt sain ! A petite dose, la jalousie n'est pas problématique, elle peut même être assimilée à une preuve d'amour dans le sens où elle signifie la peur de perdre la personne que l'on aime. Elle est parfois le signal que le couple a une faille et permet de réagir à temps pour la combler. Mais quand on se retrouve à harceler son amoureux ou amoureuse de questions, à fouiller ses poches et à traquer le moindre sms compromettant, attention jalousie maladive en vue...

Elle traduit le plus souvent une insécurité et une manque de confiance en soi et renvoie souvent à des peurs intérieures, parfois héritées de l'enfance (peur de la solitude). Résultat, on développe un besoin de contrôler l'autre, son emploi du temps et ses fréquentation ; cette volonté de contrôle a l'effet inverse et éloigne le partenaire car elle l'étouffe, le met mal à l'aise, lui donne envie de fuir cette cage. Il est alors temps de se poser les bonnes questions : que motive ce tempérament jaloux ? Quels besoins inconscients ou désirs insatisfaits révèle-t-il ? L'aide d'un psychologue apporte un éclairage différent et extérieur sur cette jalousie qui fait du mal, à soi-même et au couple.