1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Cancer du sein : le point sur le dépistage

Rédigé le 01/10/2012 / 1

Le mois d'octobre est rose, dédié depuis quelques années au cancer du sein. Il fait la promotion du dépistage organisé. Un dépistage de plus en plus décrié... Quelles en sont les modalités ? Pourquoi est-il critiqué ? Quelques réponses.

Historique rose

Le Ruban Rose, symbole de la campagne annuelle américaine, fête ses 20 ans et c’est la 19ème campagne « Le cancer du sein, parlons-en ! ». C’est grâce à Evelyn Lauder que ce ruban et surtout cette couleur sont devenus les symboles du cancer du sein. La marque cosmétique éponyme s’associe à des chercheurs et un groupe de presse pour promouvoir les recherches sur ce thème. Et tenter de teinter de glamour une maladie qui met à mal la féminité des patientes. Depuis 8 ans, le Ministère de la Santé et l’institut national du cancer participent à Octobre rose, ce mois qui fait la promotion du dépistage organisé.

Le cancer du sein en chiffres 

1 femme sur 8 sera un jour confrontée au cancer du sein.

53 000 femmes ont appris l’année dernière qu’elles étaient concernées.

Pourtant seulement 1 femme sur 3 ne se fait pas dépistée ou pas régulièrement.

Et la mortalité baisse, excepté chez les plus de 85 ans, à la fois grâce à l’amélioration des traitements et au dépistage organisé. Petit rappel sur ce dernier : il est destiné aux femmes de 50 à 74 ans, ne présentant pas de symptôme apparent et n'ayant pas d'antécédent de cancer du sein. Il est réalisé tous les 2 et une double lecture par  des radiologues spécialement formés garantit son efficacité : ce dépistage réduirait de 10 à 30% la mortalité de cancer. Et  détecterait 8% de cancers qui seraient sinon passés inaperçus.

Le dépistage remis en question

Vous avez peut-être entendu des voix s'élever contre le dépistage.  Certains médecins lui reprochent de dépister des cancers qui n'auraient pas évolué et d'entraîner des traitements lourds et invasifs. L'UFC Que choisir "tire la sonnette d'alarme garantir le droit des femmes de choisir librement et de manière éclairée de se faire ou non dépister." Il reproche à la France l'information axée uniquement sur des bénéfices surévalués, sans mentionner les risques.  Autre argument, le fait que les médecins soient financièrement  intéressés : 245 euros si 80 % de ses patientes âgées de 50 à 74 ans participent au dépistage. 

La ministre de la Santé a déclaré qu'une réflexion était en cours et a insisté sur la liberté de choix des femmes tout en indiquant que la pertinence du dépistage n'était pas remise en cause.

Alors que faire ? Parler avec son médecin traitant et son gynécologue des bénéfices et des risques du dépistage ainsi que de faire le point sur vos facteurs de risque.

N'oubliez pas le rendez-vous annuel chez votre gynécologue et soyez vigilante entre 2 mammographies à certains signes : une boule dans le sein, un ganglion sous l'aisselle, un écoulement par le mamelon, une rougeur ou un aspect de peau d'orange, un changement du galbe de votre sein,... Direction votre médecin rapidement.

PS : l'institut Curie propose une webradio, Webradio Curie, destinée à l'information sur le cancer du sein. En ligne du 1er au 31 octobre.