1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Le nombre de partenaires sexuels influence-t-il le risque de divorce ?

Rédigé le 29/06/2016 / 0

Le nombre de partenaires sexuels avant le mariage a-t-il une répercussion sur la stabilité conjugale ? Quel est le rapport, me direz-vous… Eh bien, un sociologue a cherché à déterminer si un nombre élevé d'amants avant le mariage était associé à davantage de divorces. Conclusion, n'y a pas de relation proportionnelle mais les vierges divorcent moins.

Nicholas Wolfinger, professeur de sociologie, a mené une analyse, postée sur le site The Institute of family studies et portant sur les liens entre le sexe pré-marital et la stabilité du mariage. Partant du principe que l'évolution des mœurs sexuelles est susceptible de se répercuter sur la vie maritale, il a compulsé les données issues du National Survey of Family Growth, en croisant le nombre de partenaires avant le mariage et les divorces dans les 5 ans suivant l'union. 3 cohortes étaient analysées, en 2002, 2006-2010 et 2011-2013.

Selon lui et contrairement à ce que pourraient suggérer l'intuition et les âmes bien pensantes, le fait d'avoir eu plusieurs partenaires avant l'union n'est pas proportionnel au taux de divorce. Certes, on aurait pu penser que l'appétit sexuel avant le mariage se poursuivait pendant celui-ci et en dehors, avec des aventures extraconjugales conduisant inéluctablement au divorce. Que nenni, c'est plus complexe que cela et il n'y a pas vraiment de règles si l'on en croit les chiffres.

Précision : en 1970, 21% des femmes arrivent vierges au mariage et 2% arborent plus de 10 partenaires à leur palmarès. En 2010, retournement de situation, 5% sont vierges en se mariant et 18% ont plus de 10 partenaires. Pour comparaison, l'enquête de Michel Bozon en 2006 avait montré que les Françaises avaient 4,4 partenaires sexuels et les Français 11,4.

Le podium…

La palme du plus faible taux de divorces revient à celles qui se marient vierges, quelle que soit la décennie L'auteur a alors croisé les données avec l'assiduité à l'église, imaginant que la religion explique la virginité et le fait de ne pas rompre les liens sacrés du mariage. Ainsi, les futures mariées vierges sont aussi celles qui fréquentent le plus les bancs de l'église..

Le deuxième taux de divorce le plus bas concerne celles qui ont eu un partenaire pour les 2 cohortes les plus récentes (est-ce le mari ou pas ? Ce n'est pas précisé mais l'auteur le suppute et insiste sur le fait que même un seul partenaire augmente le risque de divorcer…). Donnée à part avec les années 80 puisqu'elle concerne celles qui ont eu  plus de 10 partenaires.

Enfin sur la troisième marche du podium, se trouvent en 2010, dans les années 90 celles avec 4 à 5 partenaires et en 1980 celles qui ont "connu le loup" avec 1 partenaire.

Plus de 10 partenaires, plus de divorce

A l'inverse, ce sont les femmes ayant eu plus de 10 partenaires qui ont le plus divorcé mais de façon surprenante uniquement dans les années 2010 ! D'après l'auteur, beaucoup d'histoires sexuelles pourraient signifier davantage de "bagages", altérant la stabilité conjugale. Cela pourrait aussi traduire des caractéristiques personnelles, comme un antécédent d'abus sexuels dans l'enfance, facteur de risque concernant les partenaires sexuels mais aussi un mariage houleux. Enfin (et il était temps), cela révèle parfois une simple curiosité sexuelle, pas forcément compatible avec une vie conjugale sans histoire, en tout cas à partir du 21ème siècle si l'on en croit le taux de divorce !

Deux mises en garde sont effectuées par le sociologue: les 33% de divorce ne sont pas beaucoup plus élevés que les 30% des femmes ayant eu 2 partenaires. De plus, la présumée liberté des mœurs actuelle n'est peut-être pas totale : avoir quelques partenaires sexuels, entre 3 et 9 serait davantage acceptable qu'au-delà du chiffre 10…

L'auteur regrette toutefois ne pas avoir eu de telles données sur les époux, tout en précisant qu'elles auraient vraisemblablement été soumises à caution, les souvenirs des hommes étant moins fiables que ceux des femmes…

Etude source : Counterintuitive Trends in the Link Between Premarital Sex and Marital Stability 

Euro : comment garder une vie sexuelle

Rédigé le 20/06/2016 / 0

L'Euro 2016 est déjà bien entamé. Pendant un mois, la France vit au rythme des matches, commentaires, pronostics et autres analyses "footballesques"… Ces évènements sportifs mettent souvent à mal la vie sexuelle des couples. A fortiori si un seul est passionné du ballon rond. Quelques astuces vous offriront les si précieuses, endorphines, "hormones du bonheur" sécrétées durant l'orgasme.

Cas de figure n°1 : la cohérence

  1. Vous n'aimez ni l'un ni l'autre le foot ? Vous êtes bénis des dieux et votre vie sexuelle ne subira pas les foudres du ballon…
  2. Vous êtes tous les deux fans de foot ? C'est la configuration la plus simple, Vous fêterez la victoire sur l'oreiller  ou devant la télé ! Et la défaite aussi d'ailleurs, pour vous consoler…

Cas de figue n°2 : la discorde

Si le foot représente la pomme de la discorde, pas de panique, je vous ai trouvé quelques astuces pour ne pas dire adieu aux endorphines…

  1. Si Monsieur squatte le canapé les yeux rivés à l'écran, organisez des "contre-soirées" entre filles. Choisissez une soirée Sextoys où une ambassadrice vous présente les derniers modèles,  autour d'une coupe de champagne ou de cocktails qui vous feront monter le rouge aux joues, à moins que ce ne soit les jouets... Yoba, Softparis, En général, vous découvrez aussi les derniers cosmétiques pour pimenter votre vie sexuelle, comme les huiles de massage, ou la lingerie affriolante (non, une culotte fendue n'est pas facile à porter). Choisissez bien vos amies et votre soirée sera riche en éclats de rire, de découvertes sexuelles en confidences amusantes.  Gageons qu'au retour de votre soirée, vous serez d'humeur très coquine ! Ca va chauffer sous la couette, le match étant fini… Si l'effeuillage  d'un stripteaser vous excite, il réchauffera la température de vos soirées filles.
  2. si c'est Madame qui aime le foot et que vous avez la chance d'avoir un ami qui n'aime pas le foot, écumez les nouveaux bars et comparez vos amies féminines sur FB (certes, c'est moins épicé que les soirées sextoys mais je n'ai pas trouvé l'équivalent masculin, à moins d'opter pour les lap danses de certains clubs - potentielle dispute en vue si vous le faites, vous êtes prévenu...). Ou faites un streap poker en trouvant quelques joueuses motivées par une soirée sans foot.

Dans tous les cas

Pimentez la soirée sportive : lancez des paris sur les résultats, avec à la clé un gage très coquin. Libre au gagnant de vous demander une nouvelle position, une fellation ou un cunnilingus devant le prochain match (au début, pas au moment des pénalties qui mobiliseront toute l'attention de votre cher(e) et tendre), de lécher de la crème chantilly sur votre corps, de recevoir un massage érotique torride. Faites travailler votre imagination !

Faites diversion : l'air de rien durant le match, laissez votre main s'égarer sur le corps de votre amant(e), d'abord son torse, ses tétons, puis descendez doucement sur son ventre, passez sur l'intérieur de ses cuisses et posez doucement votre main à l'endroit stratégique. La suite n'appartient qu'à vous…

Les plus audacieuses tenteront le striptease devant l'écran. Une forte susceptibilité contre-indique ce genre d'initiative puisqu'elle peut se solder par un échec cuisant, à ne pas interpréter personnellement…

Jouez-la en mode quickie : à la mi-temps, retrouvez les joies du quickie, rapport torride et rapide.

Adoptez la masturbation : on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Alors si votre partenaire n'est sensible qu'aux charmes du ballon rond, tant pis pour lui. Découvrez ou renouez avec les joies des auto-caresses, elles vous mèneront au 7ème ciel. Non, l'Euro ne vous privera pas d'endorphines !

 

 

Perdre du poids en faisant l'amour, info ou intox ?

Rédigé le 07/06/2016 / 0

La toile s'agite au lancement d'une plate-forme d'exercices baptisée Bangfit, par un célèbre site porno. Ce coach sportif s'invite dans votre chambre à coucher sous la forme d'un jeu, équivalent de la Wiifit du sexe. Ou comment être coachés sur vos positions sexuelles et soi-disant maigrir, en faisant des "sexercices" durant 30 minutes. Info ou intox ? En tout cas, il y a de quoi relancer le jeu dans votre couple ou lever les yeux au ciel devant le concept !

Le coach vous propose un certain nombre de positions afin de brûler le plus de calories. Vous imitez les scènes que vous observez sur l'écran tandis que votre téléphone portable (que vous avez glissé dans une banane très glam) se charge de vérifier la bonne réalisation des mouvements et de compter les calories. Selon l'humeur et les circonstances, vous choisissez un programme en solo, à deux ou à plusieurs…

Points positifs : enfin la télévision dans la chambre ne sonne plus le glas de la vie sexuelle ! Et ce jeu relancera peut-être le jeu dans votre couple, qui est la base de la sexualité. Point négatif : il est navrant de ne plus pouvoir faire l'amour juste pour le plaisir de faire l'amour ! La performance avait déjà envahi les rapports sexuels, au tour de l'obsession de la minceur…

Perdre du poids en faisant l'amour ?

Je vous avais déjà parlé du fitsex (contraction entre fitness et sexe), cet art oiseux de perdre du poids en faisant l'amour. Sous prétexte qu'il est plus excitant de perdre du poids en faisant l'amour que de faire un jogging – là, ils marquent un point-là, j'avoue.

Mais ne comptez pas trop sur les galipettes pour perdre des calories, la dépense est minime ! Si l'on en croit le site, pour 10 minutes de levrette, vous dépenserez 48 kilocalories (on utilise dans le langage courant "calories") si vous êtes un homme, 26 si vous êtes une femme. Assise en amazone sur lui, elle consomme 38 calories et lui 17. Avec un missionnaire, les compteurs afficheraient à 13 et 43.

A titre de comparaison, on estime qu'une demi-heure de vélo elliptique allège de 350 calories. Certes, c'est moins agréable…

Une douce illusion…

La plupart du temps, on assimile la durée du rapport à la durée de la pénétration (vision plutôt masculine de la sexualité au passage, que fait-on du cunnilingus ou de la fellation ?). 5,4 minutes, c'est le temps estimé par une étude[1] du Journal of Sexual medicine, une moyenne qui reflète de grandes disparités entre les couples.

Une étude médicale[2] avait évalué la dépense au cours d'un rapport à 4,1 kcalories par minute pour un homme et 3,1 pour une femme (soit 101 et 61 pour une étreinte d'environ 25 minutes). Ces résultats apparentent l'activité sexuelle à une activité physique d'intensité modérée.

Mixons les études, cela fait un rapport de 5 minutes et 40 secondes, qui consomme 22,14 calories pour Monsieur et 16,74 pour Madame !

En résumé, si jouer avec les positions vous amuse, n'hésitez pas. Si vous le faites pour perdre du poids, chaussez plutôt vos baskets ! Ou allongez la durée des plaisirs…