1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Couple : comment bien communiquer ?

Rédigé le 08/04/2016 / 0

Au début, on parle de tout avec facilité, on accepte les défauts de l'autre : la vie est belle au pays des amoureux, et la communication aisée ! Avec le manque de temps, la vie quotidienne ou le stress, elle s'altère ; les conflits parfois larvés se transforment en non dits, frustration ou colère. Alors comment garder un dialogue optimal et parler sereinement en couple ? Voici quelques recommandations. Conseils concrets.

Tout d'abord, déterminez  vos objectifs : une communication franche ou qui évite les conflits ? Le but de vos discussions est-il d'améliorer la relation et de parler en profondeur ou simplement de rester dans le léger et le quotidien (enfants, courses, problèmes professionnels, factures,…) ?

Ensuite, analysez la façon dont vous parlez à deux : l'un monopolise-t-il la discussion ? L'autre évite-t-il les discordes ? Acceptez-vous de reconnaître vos torts ? Parlez-vous pour améliorer une situation problématique, pour exprimer vos griefs et accabler l'autre, ou juste pour combler le silence ?

En pratique

Préparez la discussion : quel est le problème ? Quels sont vos arguments ? Formulez clairement ce que vous voulez ou attendez de l'autre. Ne faites pas de suppositions sur la position de votre partenaire.

Choisissez le bon moment : il y a un temps pour tout, et spécialement pour les sujets qui fâchent. Ils sont à éviter le soir en rentrant d'une journée professionnelle chargée et stressante, quand vous sentez l'autre peu réceptif, préoccupé ou en colère.

Prévoyez un peu de temps : si vous êtes pressé, vous expédierez la discussion que ne sera pas constructive.

Soyez honnête, respectueux et bienveillant : exprimez votre vision des choses et écoutez celle de l'autre, sans lui couper la parole. Si vous n'arrivez pas à vous mettre à la place de l'autre, demandez-lui de vous expliquer davantage et écoutez-le.

Acceptez la position de votre amoureux, il a le droit de ne pas voir la situation comme vous. Essayez de mieux le comprendre, en posant des questions, en reformulant ce qu'il dit (technique de psy !)  et en réfléchissant posément. Vous êtes totalement bloqué ? Dites-le simplement : "je ne comprends pas ton point de vue aujourd'hui, j'ai besoin de temps pour y réfléchir". C'est sans doute le plus ardu à faire, il est tellement tentant de répondre de façon impulsive ! Mais on regrette souvent ces paroles spontanées, dites sous le coup d'une émotion négative… En décalant votre réponse, vous prenez le temps de la réflexion "à froid".

La structure des phrases est importante : plutôt qu'un "tu" accusateur et critique, préférez le "je" moins agressif (exemple : un "tu laisses toujours traîner tes affaires partout" se transforme en "j'apprécierais vraiment que tu ranges un peu plus tes vêtements".  En injectant de l'humour, la pilule passe mieux : "oui, je sais, je suis psychorigide" avec un grand sourire pour dédramatiser la critique.

Dans un autre article, j'aborderai la façon de bien vous disputer car la dispute n'a d'intérêt que si elle est constructive…Elle fait vivre le couple, permet d'exprimer colères, blessures et frustrations. Elle régule les émotions et les conflits.

Faites chacun un pas vers l'autre. Si l'un fait tous les efforts et l'autre aucun, cela ne fonctionnera pas longtemps...

Ne vous éloignez pas physiquement, parlez-en côte à côte, manifestez de la tendresse. Vous abordez ce sujet parce que vous voulez le dépasser à deux et régler ce conflit pour qu'il n'envenime pas votre relation. Vous êtes dans le même bateau, même si parfois vous avez envie de passer votre amoureux/se par dessus bord !

Parlez de vos désirs et de vos plaisirs

En parallèle de ces discussions de fond, continuez à parler réellement de vous, de vos envies, de vos désirs profonds, de vos besoins. Ils évoluent avec le temps et il n'est pas rare que les couples s'éloignent parce qu'ils ne partagent plus ce qui les rassemblait avant… Entretenez le plaisir du dialogue et du partage, en vous réservant un moment privilégié à deux, à une fréquence qui vous convient à tous les deux.

Faites un état des lieux régulier de votre couple : non pour ressasser ce qui vous éloigne mais pour ravivez ce qui vous rapproche. L'envie de continuer à être ensemble est-elle toujours présente ? Un couple n'est pas un CDI tranquille et confortable… Avez-vous encore envie de passer du temps avec l'autre ? De le surprendre et d'injecter de l'humour et du jeu à la relation ?

Nourrissez votre couple, ayez des activités seul(e) qui vous plaisent et racontez-les à votre partenaire. La réciprocité est bien évidemment indispensable : si vous partagez ce que vous faites à quelqu'un qui n'écoute plus vraiment, le plaisir n'est plus là… Des questions sont alors à se poser, ensemble, voire avec l'aide d'un thérapeute si le dialogue est rompu.

 

Hommes-femmes : quelles attentes sexuelles ?

Rédigé le 01/04/2016 / 0

Dans son dernier numéro, la revue Sexologies aborde les attentes sexuelles des femmes face à celles des hommes. Résultat : les hommes attendent une plus grande fréquence sexuelle, avec une partenaire plus active, érotique mais aussi compréhensive, tandis que les femmes rêvent d'un amoureux doux, précautionneux, attentif aux conditions de l'amour. Détails…

Les auteurs, mené par le sexologuePhilippe Brénot, ont synthétisé les données de deux enquêtes de l'Observatoire pour le couple, entre 2010 et 2012, ainsi qu'un sondage Harris interactive/Top santé.

33% des hommes sont très satisfaits de leur vie sexuelle. A savoir que pour un peu moins de 2/3, un rapport réussi est un moment d'intimité partagée, un ressenti qui a évolué au fur et à mesure de la communication dans le couple.

63% des hommes jugent la fréquence sexuelle des rapports insuffisante. A mettre en parallèle avec les 2/3 des hommes qui sont insatisfaits de leur vie sexuelle.

Signe d'une évolution positive : 50% comprennent le refus de leur partenaire. Restent les 50% restant qui attendent toujours que leur femme accomplisse le devoir conjugal…

Sous la couette, la levrette, l'Andromaque (femme dessus) et la sodomie ont la préférence de ces Messieurs.

68% attendent une femme plus active et plus érotique à l'horizontal, mais aussi plus compréhensive car plus de la moitié craint de décevoir leur partenaire. Les auteurs soulignent tout  de même la complexité à concilier cette équation périlleuse !

80% érigent la fidélité en valeur morale incontournable, ils sont 62% à se dire prêts à pardonner un coup de canif dans ce contrat moral…

Du côté des femmes

44% des femmes évaluent leur vie sexuelle comme très satisfaisante. Ce qui laisse de nombreuses femmes peu heureuses sous la couette. 76% se plaignent parfois d'un manque sexuel. Eh non, il n'est pas réservée aux hommes ! Toutefois, il ne reflète pas les mêmes réalités : chez elles, il se décrit souvent comme une attente de moments privilégiés, où disponibilité, tranquillité, contexte relationnel et amoureux, sont associés, tandis qu'eux le vivent en terme de fréquence des rapports et de régularité.

Quatre femmes sur cinq plébiscitent le partage, qu'il soit physique, verbal, sensuel, relationnel pour qu'un rapport sexuel soit réussi. Et trois quarts placent l'orgasme comme important ou très important pour qu'il le soit.

La position d'Andromaque est privilégiée ; en abandonnant la passivité d'un missionnaire elle offre à la femme la possibilité d'accéder plus facilement au plaisir.

Sur l'autel du couple, la fidélité est érigée en valeur primordiale par 86% des sondées. Une femme sur 2 ne pardonnerait pas à son amoureux de la tromper.

Et signe que les temps changent, 76% revendiquent leur besoin d'indépendance, même s'il est vécu comme un signal d'infidélité par de nombreux hommes !

Reste à savoir comment concilier les attentes des uns et des autres, sans doute en les abordant ensemble, en privilégiant celles qui sont communes et en se rappelant que la diversité fait aussi la richesse de la relation. La sexualité et les attentes évoluent au cours de la vie, rien n'est gravé dans le marbre…

Autres différences sur le désir, le plaisir, la pornographie

Outre des attentes dissemblables, le désir et le plaisir ne fonctionnent pas de la même façon.

Concernant le désir, les auteurs soulignent la différence entre les deux sexes : les hommes sont disponibles quasiment en permanence, tandis que le désir des femmes est plus conditionnel, requérant une ambiance érotique et amoureuse. Un constat à nuancer, je trouve, chez les plus jeunes : la sexualité féminine se rapprochant davantage de la sexualité masculine. Chez 68% des femmes interrogées, les attentions et la gentillesse du partenaire stimulent leur désir, avant même les critères physiques, tels que la voix, l'odeur, le corps,…

L'initiation au plaisir se distingue par une fréquence élevée de l'orgasme chez les hommes,  lors du premier rapport (76%, contre 6% des femmes seulement…). Chez 37% des femmes, cette étreinte a été douloureuse ; elle marque souvent la sexualité future et explique l'attente d'un homme doux et précautionneux. 58% des femmes ont souvent un orgasme, 21% rarement et 5% jamais.

Concernant la pornographie, quatre hommes sur cinq désireraient que leur partenaire s'y intéresse, alors qu'elles sont seulement 44% à le faire, souvent pour accompagner leur amoureux. Eux préfèrent les scènes hétérosexuelles, avec plusieurs partenaires, dans le cadre de films amateurs, plus proches de la réalité. Alors qu'elles aiment les scènes lesbiennes, le triolisme, éventuellement la sexualité de groupe ; l'érotisme l'emporte sur la pornographie puisqu'elles sont 70% à être davantage excitées par le premier, "multi-sensoriel", que le second, essentiellement visuel.

Source : Les attentes sexuelles des femmes face aux attentes de leur partenaire. Brenot et all. 

Sponsorisé par Ligatus