1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Couple : entretenir la passion sexuelle

Rédigé le 25/03/2016 / 0

Bonne nouvelle sous la couette, le déclin de la passion et de la satisfaction sexuelle ne serait pas inévitable ! Tout au moins d'après l'équipe de David Frederick, qui a décortiqué les attitudes et comportements différenciant les personnes satisfaites de leur vie conjugale, des insatisfaites. Variété sexuelle, communication, ambiance romantique sont des facteurs prédicteurs d'une sexualité satisfaisante dans les deux sexes. Décryptage.

Pour les auteurs, si la passion est correctement nourrie, elle dure des dizaines d'années ! Tout comme près d'un tiers des personnes interrogées, qui trouvent leur vie sexuelle aussi palpitante qu'au début. Cette satisfaction sexuelle s'observe chez ceux qui font plus souvent l'amour, reçoivent plus de fellations ou de cunnilingus, ont des orgasmes plus intenses, injectent de la variété dans les actes sexuels et communiquent bien à l'horizontale…

Les données ontt été collectées en 2006, grâce à un questionnaire en ligne, et remplies par 38 747 personnes en couple depuis depuis au moins 3 ans. Les données viennent d'être publiées dans le Journal of Sexual research.

Les 6 premiers mois, les amants vivent leur lune de miel : ils sont 83% à être heureux de leur vie sexuelle. Puis l'harmonie sexuelle décline, avec une petite moitié globalement satisfaite mais 27% des femmes et 41% des hommes insatisfaits !

La routine, le faux ennemi ?

87% des Américains mariés de l'étude se sont déclarés très extrêmement ou très heureux physiquement, alors que leurs réponses dresse le portrait d'une sexualité routinière. Certes, les satisfaits sont un peu moins nombreux que les insatisfaits  à trouver leur vie sexuelle prévisible (pour les hommes, 71 contre 85 chez les hommes, 65 contre 86 chez les femmes). Mais finalement, la différence n'est pas si grande… Alors si les satisfaits se "contentent" d'une sexualité routinière, est-ce parce qu'ils ont plus de plaisir ? Un peu plus en effet, mais c'est surtout vrai chez les femmes (84% des hommes satisfaits atteignent facilement l'orgasme, contre 72% des insatisfaits, alors que les chiffres féminins sont de 93% et 58% seulement).

Alors est-ce parce que la flamme des débuts a perduré ? En effet, près des deux tiers des personnes satisfaites estiment leur vie sexuelle aussi passionnante que les premiers jours (alors que 7% des insatisfaits le pensent, dans les 2 sexes).

Entre autres facteurs nourrissant la satisfaction sexuelle, les auteurs relèvent la fréquence des rapports, la pratique du sexe oral, l'orgasme plus intense contribueraient à la satisfaction sexuelle. Toutefois, la baisse de la fréquence des rapports est mieux vécue si les orgasmes sont intenses. A bon entendeur…

Montrer et susciter le désir

61% des hommes satisfaits se sentent désirés par leur partenaire, contre 18% des insatisfaits. La différence entre les 2 camps se réduit chez les femmes, avec 74% et 32%. Alors les femmes des insatisfaits manifestent-elles moins leur désir ? Les hommes insatisfaits sont moins désirables (en se laissant aller par exemple) ou ont-ils davantage besoin qu'on leur montre du désir ? L'étude ne le dit pas…

Mais ces nombres soulignent l'importance de montrer à l'être aimé son désir, en prenant des initiatives, en l'exprimant. L'inverse est aussi  vrai : continuer à provoquer le désir chez l'autre, en ne se laissant pas à aller et en restant désirable, est tout aussi primordial.

Communiquer sous la couette, l'accès au nirvana ?

Au pays des insatisfaits, 61% des hommes et 62% des femmes ont l'impression que leur partenaire ne sait pas ce qui l'excite (contre 18% et 13% des satisfaits). Mais 43% des hommes et 53% des femmes n'osent pas demander ce qu'ils veulent à leur partenaire (chez les satisfaits, ils sont respectivement 87 et 90% à se sentir à l'aise pour demander ce qui leur ferait plaisir à leur amante et amant).

Question de fond : en l'absence de dialogue, comment résoudre la situation ?

De même, 3 satisfaits sur 4 disent "je t'aime, alors qu'ils ne sont qu'1 insatisfait sur 2. Près d'1 satisfait sur 2 parlent de choses sexys, contre 1 insatisfait sur 5. Parler de façon positive met donc de l'eau au moulin de l'amour…

Injecter de la variété

La monotonie conduit à l'ennui, c'est particulièrement vrai dans le domaine de la sexualité… Chez les insatisfait, ¼ des hommes et plus d'1/3 des femmes ne se satisfont pas de la variété sexuelle, alors qu'ils sont ¾ des hommes et 87% des femmes a l'être chez les satisfaits ! La satisfaction sexuelle est en effet corrélée au nombre d'actes différents réalisés au cours de l'année précédent le sondage en ligne. Et ils nombreux : nouvelles positions, sexe oral, sodomie, masturbation de son partenaire,  sextoys, jeux sexuels, port de lingerie,…

Les conseils pratiques

Après analyse complète des chiffres, les auteurs ont élaboré quelques conseils, que je vous soumets.

Prenez le temps de créer une ambiance propice aux câlins, quelques bougies et une lumière tamisée feront l'affaire. Allongez les préliminaires, sans oublier les baisers longs et profonds. Les massages, la lingerie, les bavardages à propos des fantasmes épicent la vie sexuelle. Parlez d'amour et soyez tendre après l'étreinte. Et si vous n'avez pas d'idées pour booster votre vie sexuelle, lisez les magazines, les livres donnant des conseils. Ainsi que mon blog bien sûr !

Etude source : What Keeps Passion Alive? Sexual Satisfaction Is Associated With Sexual Communication, Mood Setting, Sexual Variety, Oral Sex, Orgasm, and Sex Frequency in a National U.S. Study. David Frederick. Jour of Sex Res. 22/02/2016.doi:10.1080/00224499.2015.1137854

Orgasme sec, le plaisir sans l'éjaculation

Rédigé le 16/03/2016 / 0

On parle d'orgasme sec lorsque le plaisir arrive à son sommet sans se solder par une éjaculation. Une situation frustrante pour les hommes, habitués à voir dans le sperme le témoin concret de leur virilité.

Une cause est aussi fréquente que plaisante : de nombreux rapports. S'ils éjaculent souvent durant une courte période, l'organisme se trouve "en rupture de stock". Expression triviale signifiant tout simplement que le corps n'a pas eu le temps de reconstituer le sperme ! C'est bien évidemment temporaire et sans inquiétude. Cette explication est plus fréquente chez les hommes jeunes car leur période réfractaire, le temps entre deux érections et peuvent donc avoir des éjaculations fréquentes sur une courte durée.

Autres causes : la chirurgie de la prostate, avec la prostatectomie radicale ou la chirurgie de l'adénome ; une éjaculation rétrograde : le sperme se dirige vers la vessie au lieu de sortir du corps par l'urètre ; certaines maladies comme la sclérose en plaques, Parkinson le diabète ; les médicaments (certains antidépresseurs, alpha-bloquant) ; la radiothérapie au niveau du bassin ; les anomalies congénitales des canaux par lesquels chemine le sperme  pour ne citer que quelques-uns des situations provoquant un orgasme sec.

Bonne nouvelle, le plaisir est habituellement conservé mais l'absence d'éjaculation est perturbante pour les hommes et laissent souvent en plein désarroi leurs amantes.  Une consultation permet d'en trouver l'origine et de la soigner quand un traitement est possible (adaptation des posologies ou changement de molécule, chirurgie, prise en charge de la pathologie,…). L'orgasme sec pose problème aux hommes qui désirent un enfant, un recours à un spécialiste de la fertilité est alors nécessaire.

Attention, une très faible quantité de sperme pouvant être émise, l'affection ne dispense pas de préservatif ! Qui protègera de surcroit des infections sexuellement transmissibles…

Source : International Society of Sexual Medicine

Trouver un préservatif, c'est facile !

Rédigé le 10/03/2016 / 0

Vous n'aurez plus aucune excuse pour ne pas avoir de préservatif ! Si vous n'en avez pas sur vous, trouvez les points de vente de préservatifs proches de vous en un clic, grâce à l'appli TUP trouver un préservatif.

Bonus, les CeGIDD, les centres Gratuits d'Informations, de Dépistage des infections par le VIH, des hépatites et des infections sexuellement transmissibles).

L'appli recensera les évènements autour du dépistage et de la prévention et fera des flashs d'actualité sur la prévention. Elle propose également des fiches pratiques sur la contraception d'urgence, les vaccins contre l'hépatite A, l'hépatite B et le papillomavirus, le test rapide de VIH (TROD). Cet outil innovant qui contribue à la lutte contre les IST, est disponible en France et dans les DOM-TOM.

Site de rencontres, les clés pour réussir en ligne

Rédigé le 07/03/2016 / 0

Avant, il y avait les parents qui organisaient un mariage arrangé, ou le bal populaire, qui offrait aux célibataires le mirage de l'homme de leur vie. Aujourd'hui, Internet a révolutionné les rencontres amoureuses. Dans la jungle des "clics", les rencontres sont ultrarapides, les ruptures aussi et il est parfois délicat de s'y retrouver. Emma Jane Richardson et Sébastien Tubau, psychologues, se sont rencontrés sur Internet. Ils ont tiré de leurs expériences professionnelles et personnelles un livre pour optimiser ce moyen de rencontre phénoménal mais dangereux qu'est Internet. Sébastien Tubau a répondu à mes questions.

En quoi la rencontre sur Internet est-elle différente de celle effectuée dans la vie réelle ?

Fondamentalement, il n'y a pas grosse différence car cela conclut à une rencontre réelle. Mais il n'y a pas de contact physique au tout démarrage, le simple médium qu'est Internet fait passer par l'écrit, un profil, une photo. Ca change la donne par rapport à une rencontre dans la vraie vie. Mais Internet n'est pas forcément un biais, c'est un simple paramètre à intégrer car toute rencontre est biaisée par quelque chose (quelqu'un qui arrange la rencontre, par exemple).

Quels sont les principaux conseils pour bien utiliser Internet ?

Mes conseils sont simples :

  • prendre le temps d'un retour sur soi et ce qui est important (voir ci-dessous).
  • être le plus honnête possible dans son profil. Même si ça limite le nombre de réponses, elles auront plus de chances de correspondre à ce que vous voulez.
  • passer assez vite à la rencontre physique. Internet n'est pas une fin en soi, juste un moyen donc il faut embrayer rapidement sur du réel.

Ce retour sur soi, dont vous parlez dans votre livre,  nécessite un "travail individuel préparatoire", à réaliser avant la rencontre, pourquoi est-il indispensable ?

Parce que le support Internet nécessite une bonne préparation pour ne pas perdre de temps, ne pas être confus devant l'absence de réponses ou ne pas être noyé sous les demandes. Et cette préparation passe sur un travail sur soi, pour être clair sur ce que j'ai à offrir et ce que je recherche, et du coup, clair sur le type de personne pouvant me correspondre. Plus l'on est clair sur son objectif, plus on a de chances de l'atteindre.

Avec Internet, on a tendance à ne pas trop savoir ce que l'on veut, avec des objectifs trop vagues du genre "être heureux avec quelqu'un". Le support implique une préparation supplémentaire pour ne pas se perdre. Mais c'est pareil dans la vraie vie finalement…

Internet a un effet grossissant dans le temps : si je suis une jeune femme, je reçois des tonnes de réponse, sans faire quoi que ce soit. Ca peut être aussi perturbant qu'un homme qui écrit beaucoup sans réponse. Dans les 2 cas, on peut douter et tout remettre en questions. Au début, la jeune femme trouve ça agréable mais il y a des effet pervers : la quantité ne prédispose pas à la qualité, elle peut se perdre dans trop de sollicitations et perdre de vue ce qu'elle recherche. Alors elle peut enchaîner les rencontres ou au contraire, se replier sur elle (en déduisant de son expérience que "les hommes sont tous pareils et ne pensent qu'à ça"). Alors que le problème est qu'elle n'a pas été assez claire sur ce qu'elle souhaitait…

Internet oblige donc davantage à faire ce retour sur soi, pour être clair sur ses valeurs, son projet de vie. Or les profils que l'on voit sur les sites de rencontre sont très généralistes et cela ne suffit pas ! Personne ne leur a posé la question : "que veux-tu vivre à travers un couple" ?

Dans l'idéal, un retour à la case départ est nécessaire : qu'est ce qui est important pour moi, sur quoi suis-je prêt à transiger et à ne pas transiger ? La clé ne réside pas tant en  ce que je recherche mais en ce que j'ai à offrir. Il faut inverser : je suis riche de ceci ou cela et je cherche une relation avec qui exprimer ce potentiel, ce qui est important pour moi. Et cela change tout…

Comment mettre toutes les chances de son côté pour réussir une rencontre ?

Il faut se méfier de ses attentes, même si il faut avoir des exigences et ne pas transiger sur ses valeurs. Quand on a des attentes, on projette des représentations ; hors la réalité n'y correspondra jamais. Les attentes et les fantasmes qui l'accompagnent sont probablement le pire ennemi de la personne qui recherche sur Internet. Notamment les attentes physique… je pense à une de mes patientes qui a rencontré un homme qui a tout pour lui plaire mais n'est pas assez grand. Elle a toujours rêvé d'un homme grand et pour quelques centimètres, elle passera peut-être à côté de la "bonne rencontre". Ce genre d'attentes cache par exemple une peur de l'engagement.

On connaît tous des gens qui sont en recherche, ils ont toujours des tonnes de bonnes raisons pour ne pas faire la bonne rencontre mais en même temps, très souvent, "trop de bonnes raisons" cachent quelque chose de plus profond, comme la peur d'avoir mal ou celle de se lancer dans l'inconnu. Internet déforme les choses car on a l'illusion de la maîtrise (on consulte le profil X fois pour s'assurer que c'est la bonne personne), alors qu'on ne maîtrise rien du tout en réalité.

Internet a tendance à donner les bons arguments pour trop se protéger et ne pas s'ouvrir à l'autre. Or dans une rencontre, on est obligé de s'ouvrir ! La bonne "protection" ne passe pas par tous les critères que l'on se donne mais elle passe par le travail préparatoire, en étant clair sur ses valeurs, son objectif,…

Réussir ses rencontres sur Internet, Emma Jane Richardson et Sébastien Tubau. Editions Jouvence. 4,95€

Pourquoi les hommes dorment-ils après l'amour ?

Rédigé le 01/03/2016 / 0

Attention, sujet miné… Pourquoi Robert s'endort –il après vos galipettes alors que vous rêviez d'un moment de tendresse dans ses bras ? Une attitude de mufle ? Pas forcément, si l'on en croit les scientifiques.  Plusieurs interprétations ont été avancées, qui agaceront celles qui parlent à leur oreiller après l'amour, faute de mieux !

Une dépense énergétique supérieure chez les hommes ?

Deux américains avaient consacré un livre à ce sujet palpitant, Why do men fall asleep after sex ?. Les auteurs y soutiennent l'hypothèse que les galipettes représentent une dépense énergétique conséquente et que l'énergie nécessaire est trouvée en puisant dans les réserves en glycogène des muscles. Les  hommes disposant de davantage de masse musculaire que les femmes, il serait logique qu'ils se sentent plus fatigués qu'elles selon les auteurs américains…

Certes, il est prouvé que les femmes dépensent moins d'énergie que les hommes. Mais une étude publiée dans Plos avait estimé la dépense calorique d'un rapport sexuel de 30 minutes à 101 kilocalories chez les hommes et 69,1 kcal pour les femmes (soit l'équivalent d'une activité physique d'intensité modérée). Pas de quoi s'endormir sous la couette, d'autant plus que la durée du rapport est souvent plus courte. L'explication tombe à l'eau …

Une origine émotionnelle ?

Une autre interprétation, psychologique cette fois, est souvent avancée : les hommes n'aiment pas et/ou ne savent pas parler de leurs émotions et sentiments, alors que les femmes sont à l'aise dans l'expression et l'analyse. Elles trouvent dans ces discussions sur l'oreiller une façon de majorer l'intimité. Les premiers se réfugieraient-ils dans la somnolence pour échapper à la corvée de la parole ? Le jugement est sévère. Notamment pour tous les gentlemen qui aiment bavarder en serrant leur amante dans leurs bras...

La faute du cerveau ?

Les hommes ont une période réfractaire après l'orgasme, qui rend toute érection impossible dans les moments qui suivent (de quelques minutes à quelques jours, selon l'âge et l'homme). En 2012, un chercheur français, Serge Stoléru, s'est penché de près sur les cerveaux féminins et masculins durant et après l'amour. Du côté masculin, le cortex cérébral préfrontal se déconnecte durant l'orgasme puis deux zones du système limbique, siège des émotions, (le cortex cingulaire et l'amygdale) ordonnent au cerveau d'enlever tout désir sexuel avec la libération de messages chimiques, comme la sérotonine et les opioïdes. Des substances qui favorisent l'endormissement… Les hommes auraient donc un moment où leur corps se calme et récupère, à l'inverse des femmes.

Celles-ci n'ont pas de période réfractaire, elles sont capables d'enchaîner sur un autre rapport après un orgasme. Elles baignent dans les endorphines et autres neurotransmetteurs comme la dopamine et l'ocytocine. Elles sont zen mais non sujettes à l'endormissement…

Une autre étude avait montré que dans les deux sexes, la sécrétion de prolactine est augmentée (ce qui diminue le désir sexuel) et contribue à une impression de fatigue. Les femmes n'ayant pas toujours un orgasme, elles sont plus en état de papoter…

Des 3 explications, celle de Serge Stoléru présente le plus d'arguments solides, n'en déplaise à certaines ! Et s'il s'endort, c'est aussi parce qu'il est comblé, et ça, c'est grâce à vous…

 

Sponsorisé par Ligatus