1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Octobre rose : une radio pour le cancer du sein

Rédigé le 30/09/2013 / 0

 A l’occasion d’Octobre rose, le mois dédié au cancer du sein, l’Institut Curie a mis en place une radio éphémère, radio.curie.fr

Les émissions auront lieu en direct de 17h30 à 18h30. La 1ère émission aura lieu à la Fnac Montparnasse (136 rue de Rennes à Paris) sur le thème 'Peut-on guérir d'un cancer du sein'. Les suivantes à l’Amphithéâtre de l’Institut Curie, 5 place Pierre et Marie Curie à Paris.

Pas de panique si vous n’habitez pas à Paris, elles seront accessibles 24 h sur 24 en streaming sur le site. Experts, patientes, proches de patiente, associations se succèderont sur les ondes, avec un mot d’ordre : informer sur ce cancer qui a touché 48 800 femmes en 2012.

Rendez-vous sur radio.curie.fr entre le 1er et le 31 octobre !

Orgasme du pied : ce n'est pas le pied !

Rédigé le 26/09/2013 / 0

Drôle d'étude, publié en juillet 2013 dans le Journal of Sexual Medicine… Une femme néerlandaise s’y plaint d’orgasme non désirés et spontanés à un endroit inattendu : le pied. Des sensations orgasmiques remontent en effet de son pied gauche vers le vagin, de façon inopinée et répétée. 

Un paradis, penseraient celles qui ont du mal à atteindre le 7ème ciel mais un cauchemar pour la patiente, dont les orgasmes survenaient jusqu’à 5 ou 6 fois par jour !

Un an et demi plus tôt, elle avait reçu des soins en urgence, suite à un coma provoqué par une septicémie. Les médecins avaient alors diagnostiqué des dommages nerveux au niveau du pied gauche, à type de brûlures.

La régénération du nerf se serait faite partiellement et les différentes informations nerveuses, en provenance du pied gauche et du vagin, seraient emmêlées au niveau de la moelle épinière.

L’un des auteurs de l’étude, le Dr Waldinger, neuropsychiatre et professeur en psychopharmacologie à l'université d'Utrecht, explique que le nerf en provenance de la peau du pied et celui responsable des sensations du vagin, passent tous les 2 par la moelle épinière, au niveau du ganglion nerveux sacré S1 notamment. Un « court-circuit » se produit et le cerveau interprète les informations comme venant exclusivement du vagin…

Le traitement a consisté à bloquer les influx nerveux du ganglion de la racine sacrée S1 grâce à l’injection de bupivacaine, un anesthésique caractérisée par sa longue durée d’action. Un traitement efficace qui a fait disparaître les sensations orgasmiques, selon l’auteur, mais qu’il faudra probablement renouveler.

 Ne rêvez toutefois pas d’orgasme du pied : c’est le seul cas connu au monde.

De petits testicules pour les bons pères ?

Rédigé le 18/09/2013 / 0

De petits testicules pronostiqueraient la capacité à bien s’occuper des enfants. C’est l’hypothèse pas si farfelue d’une étude publiée en août 2013 dans la revue PNAS.

On savait déjà les hommes préoccupés de la taille de leur pénis, organiseront-ils désormais des concours de testicules dans les vestiaires ? Possible, en tout cas, les femmes le feront… Car la revue Proceedings of the National Academy of Science a publié un article étonnant. Des chercheurs de l’université de Californie ont souhaité comprendre pourquoi certains pères ne s’investissaient pas dans l’éducation de leurs enfants. Et les petits bijoux de famille ont été retrouvés chez les hommes les plus paternels.

Descriptif de l'étude

70 pères biologiques de 21 à 55 ans qui avaient un enfant âgé de un à deux ans ont été soumis à un questionnaire sur les soins qu'ils portaient à leur enfant, à la mesure des niveaux de testostérone (totale et libre) et de la taille des testicules, à une analyse de l'activité cérébrale d'une aire dédiée à la récompense et au plaisir, quand ils regardaient une photo de leur progéniture.

Surprise lors de l’analyse des résultats 

La taille des testicules et les niveaux de testostérone étaient inversement corrélés aux gestes de soins de l'enfant et à l’activité d’une zone du cerveau associée à l’éducation.

"Nos données suggèrent que la biologie du mâle humain reflète un compromis entre l'énergie mobilisée pour la reproduction et celle consacrée à élever sa progéniture", d'après l'auteur. Mais il explique que les hommes qui ont de gros testicules ne veulent pas forcément moi moins s'investir dans l'éducation de leur enfant, mais que cela leur est sans doute plus difficile biologiquement.

Alors Mesdames, à vos règles si vous cherchez un bon père !

 

 

Suicide : une prévention possible ?

Rédigé le 10/09/2013 / 0

Un suicide a lieu toutes les 40 secondes dans le monde. Le 10 septembre a lieu la journée mondiale de prévention du suicide. L’occasion de faire le point sur les recommandations formulées et la manière de vous comporter avec une personne suicidaire.

En France, près de 11 000 suicides ont eu lieu l’année dernière. Les tentatives de suicides seraient 20 fois plus nombreuses... 8 personnes sur 10 expriment leurs idées suicidaires. Il est faux de croire que celles qui en parlent ne le font pas : il est primordial de prendre au sérieux toute intention de suicide. La mort est la seule réponse à une souffrance intolérable.

D'après l'OMS, la majorité des suicides pourraient être prévenus et certaines mesures ont prouvé leur efficacité.

La première est de restreindre l’accès aux méthodes de suicide les plus fréquentes, telles que les armes à feu ou les substances toxiques comme les pesticides.

La prévention et la prise en charge de la dépression, de troubles bipolaires, de la schizophrénie, de la démence, de l'épilepsie, de l’alcoolisme et de la dépendance à l'alcool et aux drogues, facteurs de risque connus du suicide, font également partie des recommandations.

Idéalement le soutien familial, amical et social devrait être renforcé auprès des personnes ayant eu des pensées suicidaires. Concernant le type de thérapie le plus efficace, celle de résolution des problèmes a montré un niveau de recommandation fort d'après l'organisation. Enfin, après une tentative, un suivi régulier est indispensable.

En cas de risque faible (tout en ayant des pensées telles que 'je préfèrerais être mort, je ne peux plus continuer', la personne n'a pas de plan précis), poussez la personne à consulter un professionnel de santé. En cas de risque élevé (la personne a un plan de suicide et a les moyens de le réaliser), il est impératif de ne pas la laisser seule et d'appeler une aide supplémentaire (médecin traitant, 15).

Comment vous comporter avec une personne suicidaire  ?

Parlez avec calme, écoutez-là avec bienveillance, créez un contact. N'ayez pas peur de parler du suicide avec elle, c'est une idée fausse de croire que cela la poussera à passer à l'acte. Au contraire, cela ouvre le dialogue : envisager avec elle les solutions autres que le suicide.

Montrez-lui que vous l'aimez, encouragez-la à reprendre des activités qu'elle aimait auparavant et renouer contact avec les gens qu'elle aimait, à son rythme, sont des pistes pour la relancer sur le chemin de la vie. 

Communiquez-lui le numéro d'associations joignables 7 jours sur 7 est important. Parler à un inconnu est souvent plus facile, l'écoute de ces centres est attentive et professionnelle. Suicide écoute est joignable au 01 45 39 40 00, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Filsanté jeune dispose d'un numéro 3224 joignable de 8 h à minuit.

En revanche, évitez de lui faire la morale, de lui dire de ne plus penser à la mort, de tout faire à sa place,...

 

Plus de sexe pour gagner plus ?

Rédigé le 02/09/2013 / 0

Augmenter la fréquence de leurs rapports sexuels, ce sera l’objectif de tous les hommes à la lecture  d’une étude allemande. Elle montre en effet les hommes faisant l’amour au moins 4 fois par semaine gagnaient plus de 5% que les autres.

Publiée en juillet par l’Institut pour l’étude du travail et menée par Nick Drydakis,  l’étude a porté sur 8 000 dossiers d’hommes âgés de 26 à 50 ans afin d’étudier le lien entre l’activité sexuelle et le salaire. Ceux qui avaient au moins 4 relations sexuelles par semaine gagnaient en moyenne 5% de plus que les autres.

Alors est-ce une vie sexuelle épanouie qui conditionne une rémunération plus élevée ou l’inverse ? L’étude ne le dit pas, il reste donc à déterminer si les personnes qui sont plus épanouies sexuellement atteignent plus facilement le succès ou si celles qui ont le plus de succès réussissent davantage à charmer.  Pour Nick Drydakis, la sexualité est un indicateur de la santé et qu’elle peut donc influencer la productivité d’un individu. Ainsi l’absence de rapports sexuels peut-elle conduire à des troubles de l’humeur, de l’anxiété, une dépression, peu propice à une vie professionnelle performante.

Gageons que certains hommes vont encore plus adorer la bagatelle !