1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Réveillez la sexbomb qui est en vous !

Rédigé le 22/07/2013 / 1

La chaleur est là, ça y est ! Alors pourquoi pas booster celle qui est en vous… Ces quelques conseils coquins vous mettront dans le bain. Que celles-ci qui sont lasses de la sexo à outrance se consolent : un prochain post portera sur le slow sexe, une pratique de plus en plus en vogue. De quoi assouvir vos envies, dans un sens ou dans l’autre !

 

De l’importance de la séduction 

 

A force de vivre avec votre chéri, vous avez oublié que la séduction est le moteur essentiel du rapport homme/femme. Quelques astuces pour le charmer à nouveau :  triez votre placard (exit le pull informe, le jogging,…), oui au top qui vous met en valeur et dans lequel vous vous sentez bien, au jean qui fait de belles fesses, au soutien-gorge qui fait une poitrine pigeonnante, etc. Le but ? Trouver les tenues dans lesquelles vous vous vous sentez femme. Idem pour les hommes à la poubelle les chaussettes trouées ou autres slips élimés !

Et fixez-vous à nouveau un rendez-vous galant, comme au tout début (et réservez-vous une soirée par mois, notée dans votre agenda et incontournable !). Faites-vous beau et belle pour y aller, utilisez le langage du corps pour faire comprendre vos envies e votre désir, laissez aller… A vous le baiser à pleine bouche, à la place de la bise distraite sur la joue… en savourant vos sensations, bien sûr.

Embrasser est un art, hors de question de saboter un baiser. Alors ne mangez pas d’ail, d’épices ou tout aliment au goût très fort. Evitez tout ce qui peut rester coincé dans les dents (le persil entre les dents est anti-sexy !). Lavez-vous les dents ou parfumez votre haleine avec un bonbon à la menthe ou à un goût apprécié par votre partenaire

 

Connaissez votre corps

 

La masturbation est intéressante pour savoir ce qui vous fait du bien et pouvoir guider votre partenaire. C'est un domaine très intime que vous n'osez pas forcément aborder.

Quelques conseils pour celles qui débutent : prenez votre temps, choisissez un moment où vous ne serez pas dérangée, pensez à un fantasme, et hop, c’est parti ! Du lubrifiant peut faciliter les choses au début.

Pas de panique si ce n’est pas votre truc ou si vous n’êtes pas (encore) à l’aise avec la pratique, le pommeau de douche est une alternative intéressante. Autre option efficace : il suffit de guider Chouchou en pleine action, selon ce que vous ressentez et ce que vous aimez…

 

Le piment, une question de dosage 

 

Les magazines débordent d’articles toujours plus osés sur les dernières pratiques sexuelles à la mode. Alors c’est bien d’oser la nouveauté, c’est même recommandé pour faire évoluer votre sexualité. Sextos (textos sensuels), fellation, cunnilingus ou pratiques plus ‘hot’, pourquoi pas, mais à une condition : que cela tente vraiment.

Si certains piments semblent trop chauds, ne culpabilisez pas : respectez vos envies et dites-le simplement à votre partenaire, en lui expliquant que pour le moment, la pratique ne vous dit rien. En plus, les envies évoluent avec le temps : alors qui sait ce que vous aimerez dans quelques mois.

 

Oui aux fantasmes !

 

Un fantasme est comme un rêve pimenté, qui vient nourrir votre sexualité. Souvent inexplicable, il puise ses fondements dans votre inconscient et n’a qu’un but : attiser le désir. Pile ce dont on a besoin pour s’extirper du quotidien !

Les scénarios les plus fous peuvent être échafaudés afin de faire monter la température. Tout est permis, puisque cela reste dans la tête ! Libre à vous de le mettre en pratique, avec 2 risques : qu’il tombe « à plat » ou qu’il ne fasse aucun effet…

A suivre…

Bzzz…. La saison du moustique est ouverte !

Rédigé le 05/07/2013 / 0

Bzz… ah ce petit bruit irritant qui empêche de dormir et fait craindre au mieux des démangeaisons, au pire  des maladies tropicales ! Le moustique revient chaque été hanter nos soirées et nos nuits. Mode d’emploi pour se protéger

 

Piqûres, palu, dengue et cetera

 

La chaleur et l’humidité sont indispensables au développement des œufs, du stade de larve au stade adulte. Si les 2 conditions sont réunies sur votre lieu de vacances, vous n’échapperez pas aux moustiques, hormis si vous êtes en altitude, au-delà de 1 500 mètres.

 

Pas de panique, la plupart du temps, il s’agit d’un moustique ‘basique’, qui pique sans transmettre de maladies. Si vous souhaitez ne pas vous gratter toute la journée, prévoyez des produits anti-moustique, des diffuseurs électriques ou des serpentins. La climatisation réduit l’agressivité des moustiques mais ne les empêchera pas de piquer. Et si le moustique est parvenu à sa victime malgré tout, désinfectez la plaie. Si les démangeaisons sont terribles, une crème à base de corticoïde ou de crotamiton vous soulagera.

 

Outre les piqûres horripilantes mais bénignes, le moustique se révèle plus dangereux en transmettant certaines maladies, comme la dengue, le paludisme ou encore le Chikungunya. L’Institut Pasteur a même réalisé des vidéos pour expliquer comment le moustique pouvait transmettre des maladies. Le moustique prend du sang, possiblement infecté. Le virus traverse l’estomac et se propage dans le corps du moustique femelle, dont les glandes salivaires. Quand celui-ci pique à nouveau, tous les 3 à 5 jours, elle contamine une personne. Certains virus restent présents durant toute la vie du moustique, qui continue à disséminer le germe jusqu’à sa mort.

 

En France

 

Un site leur est dédié et ne laisse rien échapper. Vie du moustique, moyens de se protéger, cartographie des moustiques en France et à l’étranger, le moustique est décortiqué ! Je précise que le site déclare un conflit d’intérêt.

En France, ce sont les piqûres ‘basiques’ qui sont le plus à craindre.

Mais attention dans la moitié sud de la France, où le moustique-tigre sévit dans 17 départements… Derrière ce nom, se cache Aedes albopictus, qui a la particularité de se développer dans les eaux stagnantes (soucoupes de pots de fleurs,  bassin,…).

 

Les risques ? La dengue ou la maladie du Chikungunya. Le Ministère de la Santé a mis en place un plan anti-dissémination du moustique. Mais prudence donc si vous êtes dans une zone concernée.

Appliquez du répulsif sur votre peau, la journée notamment (un avis médical est indispensable pour les bébés ou si vous êtes enceinte),  portez des vêtements longs, utilisez les moyens classiques pour chasser les moustiques (insecticides, serpentins,…) et consultez si vous avez une fièvre supérieure à 38°, des maux de tête, des douleurs dans les muscles ou les articulations. Ne pratiquez pas l’automédication avec des anti-inflammatoires ou de l’aspirine, ils augmentent le risque de saignement, qui existe dans la dengue et le Chikungunya.

  

Sous les tropiques

 

Les moustiques asiatiques et africains sont redoutés à cause du paludisme, de la dengue, la fièvre jaune, l’encéphalite japonaise ou encore le virus du Nil. Ne plaisantez pas avec ces risques : faites le point sur les vaccins (fièvre jaune, encéphalite japonaise,…) adaptés à votre destination, avec un médecin. Un traitement antipaludéen peut également s’imposer selon le pays. Enfin des mesures simples, mais parfois un peu contraignantes, diminueront le risque de piqûre. Voici les recommandations de l'Institut de Veille Sanitaire.

L’arsenal anti-moustiques se compose de :

-       vêtements amples et couvrants, notamment à la tombée de la nuit,

-       produits anti-moustiques (vous trouverez la liste dans les Recommandations aux voyageurs 2013, par l’Institut de Veille Sanitaire. Utilisable à partie de l’âge de 12 ans, le diéthyltoluamide, ou DEET est efficace à la concentration de 50% sur les moustiques tropicaux et à des concentrations inférieures en France ; l'éthyl-butyl-acétyl-amino-propionate peut être appliqué chez la femme enceinte et chez l’enfant à partir de 30 mois). A renouveler toutes les 4 à 8 heures, selon la molécule et sa concentration, ou en cas de sudation importante, de baignade,… Si une crème solaire est appliquée, il convient d’attendre 30 minutes pour vous attaquer au répulsif !

-       moustiquaire, imprégnée d’insecticide, est fortement recommandée pour dormir : c’est romantique, non, ce baldaquin mousseux ? Et si vous quittez votre moustiquaire pour aller aux toilettes ou prendre l’air 5 minutes, remettez une couche de répulsif.

-       diffuseur électrique et un serpentin peut être utilisé en complément.

Faites une croix sur les huiles essentielles, les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l’homéopathie, les raquettes électriques, les rubans, papiers et autocollants gluants sans insecticide,…


Grâce à ces conseils, une fois l’esprit et la peau tranquilles, savourez vos vacances en toute sérénité…