1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Cancer ORL : quand y penser ?

Rédigé le 28/02/2013 / 0

Les cancers ORL touchent la bouche, la gorge, la langue, les glandes salivaires, le pharynx et le larynx. Sournois, ils sont détectés tardivement du fait de symptômes assez banals. Alors, à quels signes être attentif ?

Les symptômes devant vous alerter sont les suivants :

-       Une déglutition difficile ;

-       Une voix qui change ou devient enrouée ;

-       Un ganglion qui grossit au niveau du cou ;

-       Un baillement douloureux ;

-       Une douleur au niveau d’une oreille ;

-       Des picotements ou douleurs dans la gorge ou la bouche ;

-       Des saignements au niveau de la bouche

-       Une respiration difficile ou bruyante.

Soyez particulièrement vigilant si le symptôme touche un seul côté ou s’il est persistant.

Autant ne pas trainer devant ces signes peu spécifiques : si dans la grande majorité des cas, ils sont liés à une affection bénigne, ils débouchent parfois sur un diagnostic précoce de cancer et donc des chances de guérison supérieures.

Le cancer est multifactoriel, il dépend de facteurs génétiques, non modifiables mais aussi environnementaux, qui peuvent être modifiés : 9 fois sur 10, l’alcool et/ou le tabac sont responsables de ce cancer. La suppression du tabagisme et une consommation modérée d’alcool sont donc fortement recommandées et éviteraient 90% des cancers. Le Papillomavirus est de plus en plus associé à ces cancers (contracté lors de rapports buccogénitaux - fellations ou des cunilingus effectuées sans préservatif). Manger équilibré ne sert pas seulement à garder la ligne : une alimentation déséquilibrée fait partie des facteurs de risque reconnus., tout comme une forte exposition au soleil, des radiations ou des agents infectieux 

Je suis fatiguée !

Rédigé le 18/02/2013 / 0

C’est le plein hiver et tout le monde se plaint d’être fatigué. Une bonne nuit ne suffira pas à vous reposer, autant le dire tout de suite ! C’est une bonne hygiène de vie, incluant le sommeil, l’alimentation, une activité physique qui vous aideront à vous sentir mieux.

 

Compléments alimentaires : pas de miracle !

A base de vitamines, oligoéléments et de minéraux, les compléments alimentaires promettent des merveilles.  Les carences sont pourtant rares et leur effet est surtout psychologique. Ils se révèlent intéressants dans certaines situations (femmes enceintes, personnes âgées), après un conseil médical. Attention si vous suivez un traitement, du fait d’interférence possible.

Mais ce ne sont pas des médicaments, ils ne reçoivent pas d’AMM, d’autorisation de mise sur le marché et ne font le plus souvent pas l’objet d’étude scientifique pour déterminer leur efficacité. N’en attendez donc pas de miracle ! Et ne cumulez pas les compléments alimentaires, vous risqueriez un surdosage qui peut se révéler nocif.

Méfiez-vous d’Internet, y acheter vos compléments alimentaires est dangereux car vous n’avez aucune garantie de ce qui est mis dans vos gélules… Rien de tel que votre pharmacien habituel ou un herboriste pour les plantes.

 

Les aliments anti-fatigue

L’alimentation reste la principale source de tonus lorsque la fatigue est passagère.

A répartir en 3 ou 4 prises et en favorisant une alimentation équilibrée.

La vitamine C est connue de tous pour son action tonifiante. Où la trouver ? Dans le persil, le kiwi, les agrumes, les fruits rouges, la plante appelée cynorrhodon… La quantité optimale a été fixée à 200 mg par jour. Sans danger dans la plupart des esprits, elle provoque toutefois à raison de plus d’1 gramme par jour, elle provoque des troubles gastriques à type de brûlures ou de diarrhées, ou des troubles urinaires (lithiases). Au delà de 2 grammes par jour, elle interfère avec les tests biologiques (dosage de la créatinine, de la glycémie). N’en abusez donc pas !

Le ginseng est lui aussi intéressant, à condition qu’il soit vieux (plus de 6 ans) et de culture  de préférence bio.

A ne pas négliger : les féculents, fournissant de l’énergie aux cellules, aux muscles. Ils vous éviteront aussi de craquer sur des gâteaux, des barres chocolatées, hypercaloriques qui arrondiront vos poignées d’amour et autres bourrelets…

Un petit coup de pompe ? Un café ou un thé, un carré de chocolat noir (un seul…) ou une poignée de fruits secs en cas d’hypoglycémie vous remettront d’aplomb. L’effet est  aussi (surtout ?) psychologique mais qu’importe si le résultat est là.

 

Une bonne hygiène de vie

Deuxième pierre angulaire d’une bonne forme, le sommeil. Exit les écrans excitants (télé, ordinateur), le sport, les repas trop riches et copieux, l’alcool, le tabac, le café, le thé ou le coca. Privilégiez les activités calmes avant de dormir : lecture,  musique calme, bain à condition qu’il ne soit pas trop chaud, méditation ou séance de sophrologie. Tachez de vous coucher à heure régulière, dans un environnement calme.

Enfin, l’activité physique est essentielle, malgré ce paradoxe : les gens fatigués trouvent rarement l’énergie de pratiquer un sport. Elle est pourtant conseillée à ceux qui souffrent de cancer ou de maladies chroniques, afin de réduire la fatigue et la perte musculaire que provoquerait l’inactivité. Alors, en l’absence de pathologie, pas de fausse excuse ! Sautez sur votre bicyclette, faites un jogging ou allez marcher 30 minutes. Vous dormirez mieux, évacuerez votre stress et vous sentirez tellement mieux grâce aux endorphines…

 

Mais en cas de fatigue qui se prolonge, en l’absence de raison (enfants, excès de travail, de sorties, vacances trop lointaines…), consultez votre médecin  qui déterminera si une cause organique explique votre fatigue.