1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

A mort les varices !

Rédigé le 18/06/2012 / 0

18 millions de Français sont concernés par l’insuffisance veineuse chronique. Varices, jambes lourdes, œdème des chevilles, voire ulcère variqueux empoisonnent le quotidien. Tour d’horizon des traitements qui vous réconcilient avec vos jambes.

Premier stade de la maladie veineuse, les varicosités. Elles dérangent par leur aspect inesthétique et à cause d’elles, vous avez jeté vos jupes courtes. Retrouvez le plaisir de montrer vos gambettes grâce à 3 techniques. Commençons par la plus efficace. La sclérose consiste à injecter un produit dans la veine pour réduire son diamètre. Le laser n’est efficace que sur celles qui ont un petit diamètre, inférieur à 3 mm. Enfin, la thermocoagulation fait appel à la chaleur pour coaguler les veines. Son efficacité est discutable. Elles sont toutes les 3 bien supportées, évitez simplement le soleil durant 3 semaines.

Vos varices sont plus conséquentes ? Il va falloir sortir l’artillerie lourde pour les dégommer ! La veine malade peut retirée grâce au « stripping », un procédé qui utilise un câble. Vous êtes sous anesthésie générale, vous serez hospitalisée 3 jours et 3 semaines d’arrêt de travail sont nécessaires.

Le stripping sur fil est une variante moins traumatisant pour les veines. Dans ce cas-là, un fil est inséré dans la veine et lorsqu’il est retiré, elle se retourne sur elle-même, tel un gant. Bilan des courses : une demi-journée ou 24 heures d’hospitalisation et 1 seule semaine d’arrêt.

Avec la phlébectomie, de petites incisions sont réalisées sur le trajet de la veine puis le phlébologue la retire à l’aide d’un crochet. Double avantage : seule une anesthésie locale est réalisée et aucune hospitalisation n’est nécessaire. Prévoyez tout de même un pantalon pour sortir de l’hôpital… Vous pouvez reprendre votre activité 1 semaine après.

Le traitement endovasculaire consiste quant à lui à insérer une fibre dans la veine puis à utiliser la chaleur (via le laser) ou la radiofréquence pour la détruire. Les suites opératoires sont les mêmes qu’avec la phlébectomie.

 Si vous n’êtes pas encore prête à vous traiter, quelques conseils pratiques faciliteront votre vie quotidienne . Exit stilettos et Louboutin qui perturbent le retour veineux. Un talon de 3 cm est largement suffisant. Inutile de serrer votre ceinture, d’une part c’est inconfortable et ensuite cela compromet la remontée du sang vers le cœur. Les jeans slim sont certes à la mode mais ils ne font pas bon ménage non plus avec le retour veineux. Tout comme les chaussettes trop serrées, préférez les bas de contention. Je vous entends d’ici hurler : mais c’est horrible ! Et non, les fabricants ont fait de gros progrès sur le plan esthétique. N’hésitez pas si vous avez les jambes douloureuses ou très enflées en fin de journée.

Le chauffage par le sol, les pièces trop chauffées, les bains chauds  ne sont pas non plus recommandés. Inutile de lézarder au soleil sous 40°, vos jambes n’aimeraient pas vraiment cela. Evitez de rester longtemps debout, de piétiner autant que possible. A vous de trouver un juste milieu…

Dernières recommandations, bougez (marchez, faites du vélo ou de la natation) et évitez le surpoids.

Quant aux veinotoniques, Ils ne sont plus remboursés depuis 2009, au grand désespoir des patients. Au motif de ne pas agir sur le diamètre de la veine… Ils auraient pourtant une action sur le retour veineux et soulageraient la douleur.

 Et les crèmes ? Ah c’est un commerce juteux pour les pharmacies. A vous d’évaluer par vous-même leurs effets et le confort qu’elles vous apportent. Mais n’en attendez pas des miracles !

Don du sang : à vous de jouer !

Rédigé le 08/06/2012 / 1

Le 14 juin est consacré au don du sang. Avec un mot d’ordre : donnez, donnez, donnez… Car les hôpitaux manquent toujours de sang. Derrière eux, ce sont des malades qui ont un visage, une famille, et qui pourraient être vous.


Le don en chiffres

19 dons sont nécessaires chaque minute en France, soit 3 millions de dons par an. 1 million de patients sont soignés chaque année. Demain, ce sera peut-être un proche ou bien vous qui aurez besoin de sang. Alors n’hésitez pas, renseignez-vous sur la collecte la plus proche et lancez-vous.

L’établissement français du sang vous rappelle quelques bonnes raisons de donner. C’est solidaire, éthique, vital, pratique. Peut-être est-il nécessaire de rappeler que c’est sans risque. Non, vous ne risquez pas d’attraper une hépatite ou le VIH. Les conditions d’hygiène sont exemplaires : aiguilles à usage unique et stérile évidemment, personnel soignant compétent.

 

Questions pratiques

Quelles sont les conditions ? Avoir plus de 18 ans et moins de 70. A partir de 60 ans, le don reste possible, après un entretien médical uniquement. Si vous avez une gastro-entérite ou une grippe, attendez une quinzaine de jours. Idem si vous avez pris des antibiotiques ou des corticoïdes. Autre critère requis : peser plus de 50 kilos.

Y a-t-il des contre-indications ? Oui, elles peuvent être définitives (maladies cardio-vasculaires, insuffisance respiratoire comme l’asthme sévère, affections chroniques, diabète insulino-dépendant) ou temporaires. Par exemple après un soin dentaire attendez 7 jours (1 seul si c’était pour une carie). De même, le don de sang n’est pas autorisé pendant la grossesse et 6 mois après l’accouchement, à cause d’une anémie ou durant 4 mois après une opération, un piercing, un tatouage, un voyage dans une région touchée par le paludisme ou la maladie de Chagas. Autre facteur limitant : il vous faudra attendre 4 mois après votre dernier rapport sexuel non protégé.

Faut-il être à jeun pour donner votre sang ? Non, au contraire, prenez un petit-déjeuner ou un déjeuner. Mais limitez les matières grasses et l’alcool, évitez les repas trop copieux. Hydratez-vous suffisamment (avec de l’eau ou un jus de fruit).

Combien de dons pouvez-vous faire ? Les hommes peuvent faire 6 dons de sang total par an, les femmes 4. On peut effectuer 24 dons de plasma et 12 dons de plaquettes.

 

Sur les lieux

Vous êtes accueilli et inscrit sur un registre. Nota bene : n’oubliez pas votre carte d’identité ou de donneur, indispensable ! Vous remplissez un questionnaire sur votre santé et vos voyages. Vous pouvez même le remplir en ligne. Ces données sont bien sûr confidentielles.

Un médecin vient vous poser quelques questions supplémentaires avant le don et vous examiner, notamment afin de vérifier que vous n’ayez pas d’infection.  Soyez honnête ! Le médecin n’est pas là pour vous juger mais pour garantir la sécurité du don.

Puis on passe aux choses sérieuses : vous effectuez votre don de sang, de plaquettes ou de plasma. Prévoyez une dizaine de minutes pour le premier mais entre 30 et 90 minutes pour les autres. Cliquez ici pour plus d’informations. Un malaise vagal est possible pour les plus anxieux, une légère fatigue pour d’autres. Une collation est offerte pour éviter l’hypoglycémie et vous pouvez vous reposer un peu si besoin. Et voilà ! Votre générosité sauvera des vies, merci d’avance…

Vous avez d’autres questions ? Posez-les au téléphone au 0 800 109 900.   

Nous avons besoin de vous !

Rédigé le 04/06/2012 / 0

 

Il y a 1 mois, je vous ai proposé de participer à une enquête portant sur les internautes surfant sur les sites de santé.

Il n'y a hélas pas eu assez de réponses pour exploiter les résultats. Donc je fais à nouveau appel à vous : connectez-vous à ce questionnaire, cela vous prendra quelques minutes et fera avancer les connaissances sur les sites de santé.

Merci d'avance pour votre participation !

Sponsorisé par Ligatus