1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

En janvier, ne te fais pas attraper...

Rédigé le 24/01/2012 / 0

Ah le mois de janvier, ses soldes, ses gastro-entérites, ses grippes,… : quel bonheur ! Alors si vous voulez faire vos achats sans être malade, suivez le guide pour ne rien attraper.

Première stratégie très efficace, ne sortez pas de chez vous et surfez sur le net pour dégotter les vêtements les plus soldés. Car la grippe et la gastro-entérite se transmettent très facilement : éternuements, toux, serrement de mains,… les germes sont partout. Et ils sont sournois ! Ils peuvent rester vivants plusieurs jours sur une poignée de porte, une barre à laquelle vous vous tenez dans le bus ou le métro. Portez votre main à la bouche et la bête est dans la place.

Lavez-vous les mains, mais pas n’importe comment ! Hé oui, pour éliminer les virus et les bactéries, vous devez bien savonner vos mains, en insistant sur l’espace entre les doigts. Durée recommandée : 40 à 60 secondes (pensez à vos prochaines vacances ou au dossier sur lequel vous planchez, ça vous occupera).

Quand les laver ? Le plus souvent possible et systématiquement en sortant des toilettes, avant de préparer un repas, avant et après être passé à table ou encore après avoir changé un bébé, pris les transports en commun, éternué ou toussé.

Utilisez une solution hydro-alcoolique, ultra-pratique si vous n’avez ni savon ni d’eau à votre disposition. Son efficacité est prouvée depuis des années. A avoir systématiquement dans son sac à main ! Durée du lavage : 15 à 20 secondes.

Séchez vos mains aussi minutieusement que vous les avez lavées : à l’aide d’essuie-mains à usage unique. C’est prouvé, le séchage électrique favorise la propagation des germes.

Fermez le couvercle de la cuvette des toilettes quand vous tirez la chasse ! Non, ce n’est pas une blague : si la cuvette n’est pas fermée, les germes sont « vaporisés » dans la pièce et hop, un petit virus de gastro-entérite et c’est parti pour des diarrhées, des vomissements, des douleurs abdominales et parfois de la fièvre.

Lavez consciencieusement la vaisselle et ne partagez pas vos couverts.

Une personne de votre entourage est malade ? Lavez à l’eau de Javel les surfaces contaminées par les vomissements et les diarrhées et passez les vêtements à 60° à la machine à laver. Sachez qu’un malade ayant  une gastro-entérite  est contagieux dès que les symptômes commencent et jusqu’à 48 heures après. Pour la grippe, c’est 24 heures avant le début des symptômes et 4 à 6 jours après…

N’oubliez de nettoyer votre téléphone portable, la souris d’ordinateur et le clavier,… Le progrès, c’est beau mais n’oublions pas de lui appliquer les règles d’hygiène élémentaire !

Soyez civique ! Vaccinez-vous contre la grippe, vous avez jusqu’au 31 janvier pour le faire. Et faites vacciner vos enfants contre le Rotavirus, principal cause de gastro-entérites chez les enfants de moins de 3 ans. A réaliser à partir de 6 semaines, avec 2 ou 3 doses selon le vaccin. De même, éternuez ou toussez dans un mouchoir, que vous jetterez juste après. Vous protègerez ainsi les autres de vos miasmes.

Adoptez ces conseils pour passer l’hiver en bonne santé. Et en mai, faites ce qu’il vous plaît ! 

PS Enfin presque, ces conseils sont à suivre à vie...

Ejaculation prématurée : ralentir le rythme…

Rédigé le 13/01/2012 / 2

C’est le problème sexuel le plus fréquent, l’éjaculation prématurée toucherait 1 homme sur 3. Des pistes pour comprendre et mieux contrôler votre éjaculation.

QU’est-ce que c’est ?

L’éjaculation prématurée a lieu avant la pénétration ou quelques minutes après. En pratique, c’est surtout l’impossibilité d’avoir un rapport satisfaisant pour les 2 partenaires qui est prise en compte.

L’éjaculation est un phénomène réflexe qui survient à un certain seuil d’excitation, souvent en même temps qu’un orgasme. Spontanément, elle est donc impossible à contrôler. Pas de panique, il existe des techniques pour apprendre à la ralentir.

 

Quelle est l’origine ?

Il y a déjà des causes physiques à éliminer : prostatites, infections du gland ou MST, un frein trop court, un phimosis, une cicatrice douloureuse ou même des hémorroïdes (du fait de la souffrance qu’elles induisent) ! Bonne nouvelle, une fois ces causes traitées, votre éjaculation devrait être normalisée.

Tout va bien sur le plan physique ? Alors il va falloir chercher dans la psychologie : hé oui, le 1er organe sexuel est le cerveau ! Stress, angoisse de ne pas satisfaire sa partenaire, peu de confiance en vous sur le plan sexuel, fatigue, 1ers rapports ou rapports rares, trouble de l’érection,… ce sont toutes des causes fréquentes d’EP.

Un cercle vicieux se met en place : le 1er « échec », vécu comme tel entraîne la peur d’un 2ème échec. Et l’angoisse va accélérer encore plus l’éjaculation.

 

Quel traitement ?

Certains antidépresseurs ralentissent le seuil de l’éjaculation mais ils ne traitent pas la cause du problème, juste le symptôme. Idem pour les préservatifs avec un gel anesthésiant, qui peut être dangereux. Attention aux effets secondaires…

Alors réfléchissez bien : une thérapie avec un sexologue peut vous donner accès à un plaisir inouï et inconnu ! Et cette prise en charge se fait sur plusieurs axes :

Prenez le temps… le temps de caresser votre partenaire, de l’embrasser, de la câliner, de ne pas la pénétrer  tout de suite. Non, la sexualité n’est pas du temps perdu ! Et vous devez apprendre à consacrer du temps  au plaisir des préliminaires, avant la jouissance de l’orgasme. Prenez du recul par rapport à vos sensations.

Détendez-vous… Plus facile à dire qu’à faire, je sais. La relaxation fait partie intégrante du traitement. Si vous êtes plus détendu pendant l’acte sexuel, vous vous libèrerez de l’angoisse (de la performance par exemple), du stress du rapport. Et cela freine l’éjaculation. Faites de la sophrologie par exemple.

Variez les plaisirs et le rythme : plus vous avez de plaisir, plus vous accélérez le rythme des « va-et-vient ». Et c’est cela qui vous mène à l’éjaculation. Alors tentez de ralentir les mouvements.

Les exercices de Kegel vous aideront à mieux connaître votre corps et le contrôler.  

 

Et faites des travaux pratiques… Commencez d’abord en vous masturbant puis aidez-vous de votre partenaire si vous avez une relation complice et qu’elle désire vous aider. La technique « stop and go » (ou Master and Johnson) consiste à stimulez votre pénis (ou faire stimuler) et arrêtez le rapport juste avant l’éjaculation. Détendez-vous pour diminuer l’érection et recommencez… Le but ? Apprendre à reconnaître les signes imminents de l’éjaculation et prendre de la distance pour ne pas être débordé par eux.  Et plus vous ferez l’exercice, plus vous vous rapprocherez du point critique et améliorerez votre connaissance de l’éjaculation. Et vous déterminerez le point de « non-retour » que vous ne devez pas franchir si vous ne souhaitez pas éjaculer.

Si votre partenaire n’es pas associée aux T.P., c’est à elle de jouer maintenant : elle effectue des stimulations diverses (attention, pas de pénétration !), et vous stoppez tout quand vous vous rapprochez du point E –appelons-le comme ça…  Faites ces exercices pendants plusieurs jour. Et quand vous êtes prêt, passez à la pénétration, allongé sur le dos. Votre partenaire est sur vous et doit effectuer des va-et-vient de plus en plus rapides. A vous de la stopper dès que vous sentez l’éjaculation venir. Puis on se détend et on recommence !

Autre variante : le squeeze, vous ou votre partenaire  enserre la base du gland et la serre dès que vous arrivez au point E. Comprimez le bout de la verge marche aussi.

Vous pouvez aussi coupler les 2 techniques.

 

Patience et assiduité sont indispensables pour couronner de succès votre thérapie ! Car l’efficacité est d’autant plus grande que vous êtes suivi par un sexologue, associant différentes techniques comme la relaxation…

Bonne santé !

Rédigé le 02/01/2012 / 0

Après avoir fait votre liste au père Noël, vous vous êtes penchés sur les résolutions du 1er janvier... Et là, ça s'est tout de suite compliqué. Oh des idées, vous en avez... Mais comment les tenir ? Mode d'emploi des résolutions faciles à suivre...


Tout d'abord, soyez réaliste...


Non, vous n'allez pas perdre 20 kilos en 3 semaines, c'est une hérésie ! Abandonnez la soupe aux choux, la macrobiotique ou le régime protéiné. N'oubliez pas que les régimes sont risqués : effet yoyo, carences alimentaires, troubles du comportement alimentaire,... Alors fixez vos objectifs avec modération.

Du point de vue médical, on se fonde sur l'IMC, l'index de masse corporelle. Il s'obtient en divisant la taille en mètre par le poids en kilo, au carré. Il doit être inférieur à 25, sinon vous êtes en surpoids, avec les risques que cela comporte : maladies cardio-vasculaires, diabète,... Votre tour de taille est également pris en compte : Mesdames, si il est supérieur à 80 cm, vous avez un risque accru. Pour vous Messieurs, c'est au-dessus de 95 cm. Trouvez le nutritionniste ou une diététicienne qui déterminera avec vous un programme sur mesure et raisonnable.


Le but est d'adopter une alimentation équilibrée et de la garder (c'est le plus dur). Pour rappel, il s'agit de manger à chaque repas, une de féculents pour l'énergie, une portion de légumes et de fruits pour les vitamines. Du côté des protéines, optez pour 2 œufs, de la viande ou du poisson, une fois par jour. Quant aux laitages, 2 à 3 par jour vous apporteront le calcium nécessaire à vos os.


Ne visez pas l'inatteignable

 
Certes, d'après Oscar Wilde, « mieux vaut viser la lune car même en cas d'échec, vous atterrirez dans les étoiles ». Mais dans le domaine du sport, cette phrase relève de la poésie, c'est tout. Ne visez pas le marathon si vous vous mettez seulement au jogging.

Vous n'êtes pas sportif (-ve) ? Privilégiez la marche, 30 minutes par jour. Inutile de vous inscrire dans une salle de sport hors de prix, alors que vous n'irez qu'une seule fois.

Vous souhaitez vous avoir une activité physique régulière ? Choisissez un sport que vous aimez. C'est le seul moyen de vous y tenir, même par temps de pluie ou en cas de tempête de neige. Et même d'aimer le sport !


Ensuite commencez en douceur : idéalement, l'OMS recommande  150 minutes par semaine. De la folie ? Dit comme ça, c'est un peu effrayant, j'avoue... Ne vous découragez pas et commencez à votre rythme (une à 2 fois par semaine une demi-heure par exemple) puis augmentez-le progressivement. Car ce qui prime, c'est la constance !


Misez sur le sport entre amis
Rien de tel qu'un ami pour pallier une motivation défaillante. Il (ou elle) n'acceptera aucune excuse et vous convaincra de venir avec lui (elle). Et la prochaine fois, si c'est lui qui a la flemme de nager ou courir, vous le motiverez.


Et n'oubliez pas les résolutions classiques : arrêtez de fumer (un ch@t est organisé mercredi, posez toutes vos questions à des spécialistes). Et buvez de l'alcool sans excès (2 verres par jour pour les femmes et 3 pour les hommes). Vous pouvez évaluer votre dépendance en cliquant ic.


On fait le point dans un an ? Bonne année à tous !

 

Sponsorisé par Ligatus